AAC – Les entreprises américaines font-elles le bonheur (19e-21e siècles) ?

Dans le cadre du Congrès de l’Association Française d’Études Américaines, qui se tient cette année à Strasbourg, du 6 au 9 juin 2017, et qui a pour thème « la recherche du bonheur », veuillez trouver un appel à communications pour un atelier en rapport avec l’histoire des entreprise.

 

Les entreprises américaines font-elles le bonheur (19e-21e siècles) ?

La ferme individuelle de l’ère Jeffersonienne, la société General Motors du milieu du 20e siècle et les « startups » du début du 21e siècle  ont peu de choses en commun si ce n’est peut-être leur lien avec l’ensemble de valeurs, de croyances et d’espoirs que l’on rassemble habituellement sous le terme de « rêve américain ».  Depuis le début du 19e siècle, la recherche du bonheur a inspiré à la fois des projets de réforme de l’organisation des entreprises et des tentatives plus radicales pour remettre en cause la propriété privée ou pour inverser l’ordre des priorités entre le profit économique, l’épanouissement personnel et l’harmonie sociale.

Nous souhaitons dans cet atelier nous interroger sur la dimension proprement économique du rêve américain, et plus précisément sur le rôle assigné à l’entreprise dans la recherche du bonheur. Dans quels termes les différents acteurs du monde de l’entreprise ont-ils défini cette contribution et comment s’articulent les composantes matérielles, morales, individuelles et collectives du bonheur ? L’aspiration à des relations sociales plus satisfaisantes dans le monde des affaires et du travail a coexisté avec des projets d’expansion de la sphère des loisirs, de la philanthropie et de la consommation. Dans une certaine mesure, l’État a lui aussi joué un rôle dans la quête du bonheur   dans l’entreprise.

La relation entre les entreprises conventionnelles et les entreprises alternatives ou marginales est aussi une question à aborder. Des Shakers à Edward Bellamy et aux communes des années Soixante, les projets utopistes se sont souvent heurtés à la difficulté de rompre avec les pratiques économiques établies. Inversement, les initiatives paternalistes, les innovations dans la « gestion des ressources humaines »  et dans les stratégies de communication doivent peut-être davantage qu’on ne le pense habituellement aux champions radicaux de la cause du bonheur. C’est autour de ces questions que nous espérons construire cet atelier, en sollicitant des contributions axées sur différents périodes de l’histoire des États-Unis, y compris la période très contemporaine.

 

Do American business enterprises foster happiness (19th-21st centuries)?

The individual farm of the Jeffersonian era, the General Motors corporation of the mid-20th century and the ‘startups’ of the early 21st century have little in common except perhaps their association with the nexus of values, beliefs and hopes usually subsumed under the ‘American dream’ label.  Since the early 19th century, the pursuit of happiness has inspired both experiments with new forms of business organization and more radical efforts to challenge private property or to reverse the order of priorities between economic profit, self-fulfillment and social harmony.

This workshop questions the economic dimension of the American dream, and more specifically the role assigned to business enterprises in the pursuit of happiness. In what terms have the different actors of business enterprises defined this contribution, and how have they articulated the material, moral, individual and collective components of happiness? Aspirations to more satisfying social relations in business and work have coexisted with plans to expand the sphere of leisure, philanthropy and consumption. To some extent, the State has also shaped the pursuit of happiness in business enterprise.

Another set of questions pertains to the relation between mainstream and marginal or alternative enterprises. From the Shakers to Edward Bellamy and the communal movements of the Sixties, utopian projects have often foundered on the difficulties of breaking with established business practices. Conversely, paternalistic schemes, innovations in ‘human resources management’ and public relations strategies may owe more than is generally acknowledged to the radical champions of happiness. We invite contributions addressing some of these questions in different periods of US history, including in our time.

 

 

Organisation

Alexia BLIN, ATER, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Doctorante EHESS

Ophélie SIMÉON, MCF, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Évelyne PAYEN-VARIÉRAS, MCF, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

 

Les propositions de communication, d’environ 250 mots, accompagnées d’une courte biographie, sont à envoyer avant le 15 janvier 2017 à alexia.blin@ehess.fr, ophelie.simeon@univ-paris3.fr, et evelyne.payen@univ-paris3.fr

 

Voir le site du Congrès :

http://www.afea.fr/-Congres-2017-Strasbourg-La-recherche-du-bonheur-.html


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *