Séminaire: Code Quantorg– Pratiques et usages de la quantification dans les organisations, Université Paris-Dauphine

Séminaire Code Quantorg – Pratiques et usages de la quantification dans les organisations – 2017

Lieu : Université Paris-Dauphine, (M-2) Porte Dauphine, (RER-C) Avenue Foch.

Dates : Les mardi 17 Janvier, 7 mars, 28 mars et 9 mai 2017 à 14h Salle P504

Vincent-Arnaud Chappe (CSI-i3, CNRS, Mines Paris Tech) – Marion Gilles (ANACT, Centre Max Weber) – Jean-Marie Pillon (IRISSO, Université Paris Dauphine)

 

Ce séminaire se propose d’ouvrir un espace de réflexion sur la multiplicité des objets quantifiés proliférant aujourd’hui dans les organisations privées, publiques ou associatives, afin d’en interroger la construction et les usages.  Si la comptabilité et plus généralement la quantification remontent aussi loin que les grandes administrations privées et publiques (Carruthers et Espeland, 1991 ; Gardey, 2008), la période contemporaine se caractérise par la multiplication des objets de compte. Egalité, performance, qualité, avenir, santé, etc. : les chiffres se saisissent aujourd’hui de nombre de thématiques qui furent longtemps exprimés avec des mots (Chiapello et Gilbert, 2013). Dans le prolongement de la sociologie historique de la quantification, les organisateurs et les intervenants se proposent de se saisir à leur tour de ces données pour étudier comment elles contribuent à faire exister et à (con)former les phénomènes qu’elles prétendent représenter (Desrosières, 2008). La multiplicité des indicateurs utilisés dans les organisations constituera ainsi le cœur des discussions de ce séminaire et, à travers eux, leurs producteurs, leurs utilisateurs, leurs défenseurs et leurs opposants. Nous mettrons ainsi l’accent sur la construction et les usages de ces indicateurs, les juridictions professionnelles qu’ils déstabilisent ou participent à consolider, les compétences ou profils qu’ils favorisent ou qu’ils excluent, les controverses qui les concernent ou au cours desquelles ils sont mobilisés, leur influence sur l’activité organisationnelle et la division du travail. Il s’agira alors de comprendre comment les dynamiques organisationnelles ou bureaucratiques sont, en partie au moins, le fruit des usages qui se nouent autour des dispositifs et pratiques internes de quantification.

 

Programme :

Mardi 17 janvier 2017, 14h00, salle C108 : Liliana Doganova (CSI-i3, Mines ParisTech), « Que vaut une molécule ? Formulation de la valeur dans les projets de développement de nouveaux médicaments ».

Discussion : Pauline Barraud De Lagerie (IRISSO – Université Paris Dauphine)

 

Mardi 7 Mars 2017, 14h00, salle P504 : Clotilde Coron (Orange), « Du débat sur les indicateurs à l’action : le cas de l’égalité professionnelle ».

Discussion : Alexandra Bidet (CMH – CNRS – ENS Ulm)

 

Mardi 28 mars 2017, 14h00 : Hugo Bertillot (CSO, EHESP), « Quantifier la qualité des services hospitaliers. Construction métrologique et légitimation politique des indicateurs. ».

Discussion : A déterminer

 

Mardi 9 mai 2017, 15h00 : Eve Chiapello (EHESS – Paris) « Quand la loi transforme les quantifications de gestion ».

Discussion : Jérôme Denis (CSI-i3 – Mines ParisTech)

 

Bibliographie :

Carruthers B.G., Espeland W.N., 1991, « Accounting for rationality: Double-entry bookkeeping and the rhetoric of economic rationality », American journal of Sociology, p. 31 69.

Chiapello È., Gilbert P., 2013, Sociologie des outils de gestion : introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, Paris, La Découverte.

Desrosières A., 2008, Pour une sociologie historique de la quantification, Paris, Presses de l’École des Mines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *