Gros plan sur… La thèse de Caroline Bertron, sur les scolarités des fortunes internationales dans les pensionnats privés suisses

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Caroline Bertron, qui a soutenu sa thèse en décembre 2016 au Centre Européen de Sociologie et de Science Politique (CESSP, Université Paris 1) et au Laboratoire d’Anthropologie Culturelle et Sociale (LACS, Université de Lausanne) sous la direction d’Anne-Catherine Wagner et d’Anne-Christine Trémon.

 

1. Votre thèse, réalisée au CESSP et au LACS sous la direction d’Anne-Catherine Wagner et d’Anne-Christine Trémon, porte sur la scolarité des grandes fortunes internationales dans les pensionnats privés de Suisse romande. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

 

Les pensionnats internationaux de Suisse romande ont été peu étudiés, même s’ils se sont fait connaître (notamment l’Institut Le Rosey) à travers les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Ce sont pourtant des écoles anciennes de la bourgeoisie. Au début du xxe siècle, on trouve près de 150 pensionnats de jeunes filles et près de 40 pensionnats de garçons dans le canton de Vaud, il n’y a désormais plus qu’une dizaine de pensionnats internationaux, tous très onéreux[1]. Même si l’offre est aussi beaucoup transformée, la majorité des élèves est toujours envoyée de l’étranger. Les « pensionnats suisses » sont encore perçus auprès de leurs clientèles comme un « type d’école » un peu hors sol, non attaché à un modèle académique national et perpétuant un type d’éducation cosmopolite dans une tradition aristocratique et européenne. Les pensionnats ont commencé à accueillir des élèves plus jeunes (parfois dès 8-10 ans, et non plus seulement pour les dernières années de secondaire) et plus d’élèves externes. Ils proposent une gamme élargie de cursus scolaires (anglophones surtout), tout en accordant une large place aux activités extra-scolaires. Ces établissements recrutent auprès de familles très dotées en capital économique résidant à l’étranger. Ils organisent une partie de leur marketing ensemble.

Au départ, je ne pensais pas travailler directement sur ces établissements. J’envisageais les pensionnats comme une « porte d’entrée » pour étudier les mobilités intrafamiliales internationales À la suite d’une enquête menée à Baltimore auprès d’immigrés coréens, je me suis intéressée au rôle « pionnier » des enfants dans certains types de migration. Les enjeux historiques et contemporains liés aux migrations d’élite restent un aspect très présent dans ma thèse.

Pourquoi la Suisse ? Au moment où j’ai commencé ma thèse, plusieurs recherches étaient menées sur les boarding schools américaines et les transformations des inégalités sociales dans le contexte états-unien[2] mais aussi sur le rôle de l’envoi des enfants des classes moyennes d’Asie du Sud et de l’Est dans des écoles de l’aire pacifique anglophone. L’idée était donc d’étudier des choix éducatifs transnationaux en dehors des espaces anglophones plus souvent étudiés. Sans entrer ici dans le détail des transformations des choix d’envoi en pension et de scolarité transnationale, j’ai rapidement observé que les recrutements dans les pensionnats en Suisse étaient devenus moins européens et nord-américains et davantage dirigés vers les pays de l’ex-URSS, l’Asie du Sud-Est, le Golfe persique et parfois l’Amérique du Sud. J’ai alors cherché à comprendre la longévité des « pensionnats suisses » malgré les transformations des modes de scolarité dans les classes dominantes européennes (déclin progressif de l’envoi en pension, valorisation de la proximité scolaire et résidentielle, consécration des voies d’excellence scolaire nationale et généralisation des scolarités longues).

 

  1. Comment avez-vous enquêté sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

 

J’ai réalisé des entretiens semi-directifs (plus de 80) dans huit pensionnats et trois écoles de jour internationales privées, avec des directeurs et cadres d’établissement, des anciens élèves tout juste sortis de pensionnat ou issus de générations plus anciennes, mais aussi avec les enseignants et tuteurs d’internat. J’ai mobilisé peu d’entretiens avec des parents, d’une part, car j’ai réalisé mon terrain en Suisse, d’autre part, parce que les écoles étaient encore plus protectrices des parents que de leurs élèves. Cependant, dans la mesure où les écoles sont souvent situées dans des lieux retirés et des territoires d’entre-soi comme les stations alpines, j’ai pu interviewer des parents prospectifs à la sortie de visites d’école. J’ai réalisé quelques observations dans les écoles, et c’est surtout dans les visites des campus et de leurs alentours, et à partir des lieux d’entretien, au domicile des enquêtés, ou dans les locaux et environs des écoles, que j’ai pu appréhender les entretiens comme des « situations d’observation » ethnographique à part entière (S. Beaud, 1996). J’ai par ailleurs traité les archives de l’enseignement privé (cantons de Vaud et Genève) de manière qualitative, pour examiner dans la régulation du secteur des « pensionnats pour étrangers » tels qu’ils ont longtemps été appelés, l’émergence de normes sociales et morales, et au premier titre, ce qu’est être un « bon.ne enseignant.e » ou un « bon.ne directeur.trice » de « pensionnat ». À partir des sources et archives internes aux écoles, souvent très riches pour comprendre les transformations des pédagogies et des modes de légitimation des écoles, j’ai également construit des statistiques descriptives sur les origines des élèves et leur orientation universitaire, puis recoupé grâce à l’analyse de profils LinkedIn et des annuaires d’anciens élèves, des localisations et des secteurs professionnels dominants des anciens élèves.

 

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé ? Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

 

Plus qu’un cadre théorique spécifique, il y a plus probablement une approche économique, patronale et financière, des scolarités. Deux concepts ont été particulièrement utiles pour combiner une sociologie de l’éducation avec une sociologie économique.

J’ai mobilisé le concept de « production symbolique » (Boni-Le Goff et Laurens, 2013), pour analyser les dimensions entrepreneuriales qui sont à l’œuvre dans ces écoles. L’approche par la « production symbolique » m’a permis de caractériser les pratiques des directeurs et propriétaires d’écoles comme celles d’entrepreneurs qui contribuent à stabiliser l’image d’une entreprise ou une vision économique et de voir comment ces pratiques s’adossent à des pratiques patronales, de défense d’intérêts et de production de consensus.

Dans les archives documentaires des établissements, qu’il s’agisse de la première moitié du xxe ou du début du xxie siècle, j’ai montré que le marketing s’appuyait sur un nation branding particulier, l’air de la montagne, les sports et les voyages alpins ou encore la contemplation du paysage suisse. Des années 1930 aux années 1980, la fabrique du paysage, ressource durablement exploitable par les pensionnats, s’adosse aussi sur le modèle politique de la « Suisse refuge » et sur une prétendue « stabilité » culturelle et démocratique. Ce n’est pas sans rappeler ce que Boltanski appelait dans Le Bonheur suisse (1966) la force de la confusion entre la « nature suisse » et la « nature des Suisses ». En m’appuyant sur d’autres travaux et sur l’examen de brochures institutionnelles et touristiques, j’ai pu montrer une affinité entre le rôle de ces écoles et celui des sanatoria alpins à la fin du xixe siècle, la production symbolique déjà stabilisée de l’hôtellerie et du tourisme en Suisse ou l’importance des mouvements hygiénistes, mais cela n’expliquait pas entièrement sur le long terme pourquoi l’image des pensionnats s’était construite sur des ressources « naturelles », au moins autant que sur la réputation propre de la pédagogie suisse en Europe ou les réseaux mondains des pensionnats.

Le concept de « rente de monopole » développé par David Harvey pour parler de la mondialisation du secteur viticole (qu’on peut aussi remplacer par celui de « rente de territoire ») m’a permis d’articuler la construction d’un territoire avec celle d’un marché et d’un commerce régional d’écoles internationales. J’ai montré qu’une multiplicité d’acteurs « transnationaux », locaux et à l’étranger, parents et acteurs des pensionnats, ont participé à la construction sociale d’une « unicité » et d’une « inimitabilité » de la pédagogie et des écoles suisses. J’ai étudié la production et les modes de diffusion des argumentaires de la « nature » pour l’attraction des clientèles sur le territoire suisse et pour l’unification d’un secteur économique d’éducation privée. Cela m’a permis de voir comment les intérêts des pensionnats ont été construits comme des intérêts patronaux, autour de lieux, de regroupements et d’institutions spécialisés dans la représentation du secteur des écoles privées, la « défense des intérêts de leurs chefs » (Offerlé, 2009) et la promotion d’intérêts publics.

Plus généralement, j’ai étudié les transformations des modèles économiques et de la régulation de l’activité des pensionnats, les transformations d’un capitalisme familial des écoles en rapport avec les transformations des idéologies économiques et libérales d’autres secteurs économiques en Suisse. J’ai ainsi analysé la production d’un consensus, à partir des années 1930, entre les autorités publiques scolaires cantonales et l’association de l’enseignement privé autour de mesures sur la préférence nationale (une école en Suisse, même « internationale » doit être dirigée par des Suisses) et la protection de la « liberté de commerce » dans l’enseignement privé. Plus qu’une législation scolaire (qui viserait à assurer une équivalence d’enseignement entre le privé et le public), les autorités continuent de défendre une législation sur des arguments économiques, la « réputation à l’étranger » des écoles, l’impact commercial de ces écoles pour le canton et la Suisse.

Alors que de nombreux travaux ont montré comment les organisations internationales ont imposé des objectifs économiques dans les systèmes éducatifs nationaux, ou encore l’émergence d’un « ordre éducatif mondial » (Laval et al., 2002) et d’une « culture éducative mondiale » (Resnik, 2006) par les dynamiques de privatisation qui parcourent les systèmes publics, peu d’études ont été consacrées à la mondialisation de l’éducation secondaire dans ses dimensions financières ou pris en compte les spécificités économiques et les impulsions spécifiques de l’éducation privée dans ces processus.

J’analyse les transformations financières récentes des établissements, puisqu’un certain nombre de pensionnats sont rachetés par des multinationales en éducation. Les « rentes de monopole » de « l’éducation suisse » se redéfinissent ainsi avec la financiarisation globale et les transformations gestionnaires de l’éducation privée des élites. Les modes de régulation des pensionnats privés passent de plus en plus par des accréditations privées anglo-saxonnes, des réseaux mondiaux d’écoles internationales mais aussi par des accréditations privées en Suisse. Le secteur commercial lémanique « pour étrangers » est ainsi progressivement remplacé par un secteur « d’éducation internationale » où, d’un côté, les externats privés internationaux ont plus de place dans les politiques d’attractivité des entreprises internationales dans la région et où, de l’autre, les pensionnats privés ont, eux, plus de place dans les politiques de compétitivité scolaire de la Suisse.

En ce qui concerne les apprentissages des élèves, l’un des résultats importants de ma thèse est de montrer le rôle des activités extra-scolaires dans la socialisation économique et financière des jeunes très favorisés. Je montre qu’à travers le « service » ou le « bénévolat » des élèves, le « don » et les pratiques philanthropiques relèvent d’un apprentissage à un élitisme « global » (une « citoyenneté globale », un « leadership mondial ») et s’adossent à un apprentissage financier (levée des fonds) et gestionnaire (budgétaire). J’ai mobilisé des approches socio-anthropologiques du care, du don et de la monnaie (notamment Viviana Zelizer, mais aussi l’anthropologue Keith Hart). Celles-ci ont également été utiles dans mon analyse de la distribution de l’argent de poche, de ses usages et de la double socialisation financière à l’œuvre, par les parents et par les personnels de pensionnats. À travers l’instauration de différentes monnaies institutionnelles, ce sont des pratiques de l’échange qui sont distinguées, mais aussi in fine des apprentissages des fonctions sociales de l’argent chez les jeunes très favorisés.

 

Liens :

Page personnelle : http://cessp.cnrs.fr/spip.php?article502

Contact : carolinehs.bertron@gmail.com

 

[1] Mon échantillon comprend 12 établissements dans les cantons de Vaud et de Genève. Les frais de scolarité sont compris entre environ 60 000 et 110 000 CHF par an.

[2] Je pense notamment à l’enquête de Shamus Khan sur le pensionnat Saint Paul’s school (Massachussetts) publiée en anglais en 2010. Khan S. (2015) La Nouvelle Ecole des élites. Marseille: Agone.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *