Gros plan sur… La thèse de Jean-Baptiste Paranthoën, sur la construction sociale de la proximité dans les marchés agroalimentaires.

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Jean-Baptiste Paranthoën, docteur en sociologie depuis novembre 2016 au laboratoire CESAER sous la direction de Gilles Laferté et ATER en sciences politiques à l’université de Paris Nanterre.

1. Votre thèse, réalisée au CESAER sous la direction de Gilles Laferté (directeur de recherches à l’INRA), porte sur la construction de la proximité dans les marchés agroalimentaires. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Entamée en 2009 dans le cadre d’un mémoire de master 2 de sociologie politique réalisé à l’université de Nanterre, l’enquête s’est d’abord concentrée sur la création d’une Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) en milieu rural. La familiarité avec les maraîchers ayant contribué à sa constitution et que je connaissais depuis le collège offrait un accès privilégié aux dynamiques internes à la construction de l’association ainsi qu’aux différents réseaux locaux d’interconnaissance sur lesquelles elles reposaient. Il s’agissait de restituer la construction d’une cause, celle du rapprochement des producteurs et des consommateurs, au sein des mondes ruraux auxquels sont le plus souvent associées des positions conservatrices.

Ce premier travail s’est confronté à une littérature abondante, constituée d’ouvrages hybrides qui regroupent des chercheurs et des militants, dans laquelle les focales socio-historique et institutionnelle sont très peu développées tout comme les échelles autres que locales. Or, ma participation à un certain nombre de colloques et de séminaires m’a peu à peu montré l’implication conjointe de militants et de chercheurs dont les thèmes débordaient la seule question des AMAP pour s’élargir à une catégorie centrale de l’ordre économique, celle de « proximité », telle qu’elle se manifeste dans l’expression « circuits courts ». Ces marchés qui étaient d’ailleurs l’objet de programmes de recherche-action où se mêlaient des salariés d’organismes de développement et des chercheurs appartenant le plus souvent aux institutions scientifiques agricoles (écoles d’agronomie publiques et privées, INRA) venaient également d’être définis par le ministère de l’Agriculture à la suite de la constitution d’un groupe de travail.

Dès lors, l’obtention d’un contrat doctoral au sein de l’INRA, institution légitime de l’encadrement agricole, a largement facilité une stratégie de recherche visant à restituer la construction militante, savante et institutionnelle de ces marchés qui visent au rapprochement des producteurs et des consommateurs. Cette appartenance a permis d’avoir accès aux nombreux intermédiaires non économiques (salariés d’association, chercheurs, membres du ministère de l’Agriculture, conseillers des chambres d’agriculture) qui participent au processus d’institutionnalisation de la proximité dans les marchés agroalimentaires à côté des prix et de la qualité.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Afin de dénaturaliser l’exigence de proximité et de déconstruire son apparente homogénéité, je me suis intéressé à ses processus d’objectivation et de catégorisation. Ce parti pris a permis de saisir les multiples investissements et les usages labiles dont elle a été l’objet sans pour autant négliger les concurrences qui ont participé (ou pas) à l’imposer au détriment d’autres.

A partir d’une sociologie des « institutions relatives à l’échange » pour reprendre la classification de Durkheim, il s’agissait d’analyser la façon dont les acteurs économiques sont enserrés dans des formes d’échanges encadrés qu’ils participent dans le même temps à (re)définir. Pour rompre avec une vision fonctionnaliste des institutions marchandes comme nous y invitent Pierre François et Sophie Dubuisson-Quellier [1], je me suis attaché à réaliser l’étude concomitante des conditions historiques et sociales de la construction des marchés en circuits courts et de leurs logiques concrètes de fonctionnement. Il était en effet difficile de comprendre la relative incertitude qui caractérise ces marchés et plus largement la définition de la proximité sans rendre compte des processus de différenciation des sphères de production et de consommation qui se sont accélérés au cours du XXème siècle ainsi que les luttes pour l’imposition des normes marchandes légitimes. Mais à l’inverse, l’absence de définition étatique stabilisée de la proximité et de moyens juridiques et coercitifs pour la faire accepter et respecter impliquait un retour vers les échanges analysés en situation. Ce faisant, la sociologie de l’institutionnalisation [2], telle qu’elle s’est développée en France à partir des années 1980 dans le domaine politique d’abord avant de se déployer sur d’autres objets, a constitué un cadre théorique particulièrement stimulant. Parce qu’elle s’attache à restituer les conditions sociales d’émergence des institutions marchandes tout en appréhendant leur force contraignante, cette perspective permettait d’étudier la manière dont la proximité est devenue au sein des marchés agroalimentaires le centre des attentions et le moteur des intentions.

Dans le prolongement des travaux de Neil Fligstein et de Pierre Bourdieu qui ont montré l’importance de l’accès à l’autorité régulatrice de l’Etat dans la construction des marchés, la réalisation d’une sociologie politique des marchés a permis d’interroger les effets de la transformation de l’action publique sur l’organisation des échanges marchands. Parce qu’ils soulignent le rôle d’un certain nombre d’intermédiaires dans le fonctionnement des transactions, les travaux récents issus de la sociologie de la culture ont également été particulièrement précieux pour rendre compte de l’activité des agents d’intermédiation qui sont souvent invisibles. Sans pour autant nier les spécificités disciplinaires, le décloisonnement de sous-champs des sciences sociales visait, ainsi, à interroger la plasticité des ordres sociaux pour saisir la recomposition des alliances qui participent à l’organisation et au fonctionnement des marchés.

3. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Rendre compte des multiples investissements dont la proximité est l’objet impliquait de diversifier les échelles d’analyse et les méthodes d’enquête. Dans le va-et-vient entre une échelle locale et nationale s’offre à voir la manière dont un certain nombre d’agents parviennent à s’imposer dans le travail de définition des règles du jeu marchand. Une approche par le haut qui s’attache à restituer les conditions sociales au principe de l’institutionnalisation de la proximité permettait, dans un premier temps, d’analyser le travail de légitimation dont elle est l’objet. Cette démarche impliquait de restituer la construction, ainsi que la dynamique d’une cause, celle du rapprochement des producteurs et des consommateurs, et de suivre la façon dont elle s’est peu à peu cristallisée dans un ensemble de savoirs, de pratiques et de dispositifs. Peu audible au cours d’un XXème siècle marqué par la complexification et l’allongement des circuits d’échanges, cette cause a émergé au début des années 1990 à la faveur d’une coalition transectorielle formée par des organisations professionnelles agricoles contestataires d’une part et des associations environnementalistes et de défense des consommateurs d’autre part. Contestant d’abord l’Organisation Mondiale du Commerce, la coalition regroupée au sein de l’Alliance Paysans Ecologistes Consommateurs s’est ensuite peu à peu spécialisée dans la promotion des AMAP avant de trouver des relais auprès des membres relativement marginaux du secteur agricole (associations, chercheurs, membres du ministère de l’Agriculture…). Ainsi, la mobilisation d’archives et la réalisation d’entretiens sont apparues particulièrement importantes pour rendre compte des alliances entre ces groupes qui ont contribué à l’unification de cet ensemble au sein de la catégorie d’organisation marchande de « circuits courts » qui sera reconnue par le ministère de l’Agriculture en 2009.

A partir du traitement statistique du recensement agricole de 2010 qui consacrait pour la première fois plusieurs questions aux circuits courts, il a également été possible de rendre compte de l’objectivation statistique de l’offre en circuits courts au niveau national. L’analyse géométrique des données (Analyse des correspondances multiples et Classification ascendante hiérarchique) a dégagé les caractéristiques dominantes des exploitations engagées dans ces marchés (main d’œuvre importante, surface plus petite), l’espace des pratiques en circuits courts ainsi que trois sous-groupes d’exploitations concernées : les exploitations intermittentes qui peu concernées économiquement par les circuits courts utilisent la vente à la ferme comme mode de commercialisation à côté des circuits longs ; les spécialistes, très investies économiquement, ces exploitations ont surtout recours à deux modes de commercialisation en circuits courts ; les diversifiées qui, bien que modérément dépendantes de ces pratiques marchandes, investissent plusieurs formes de circuits courts.

L’enquête localisée menée au sein d’un département de l’Ouest de la France a permis, en retour, de replacer l’analyse au cœur des transactions marchandes tout en les re-contextualisant. En partant de l’observation des scènes marchandes et d’entretiens réalisés auprès des agriculteurs investis dans ces marchés (n=15), je suis peu à peu remonté vers les organisations agricoles départementales et le travail d’encadrement réalisé par leurs membres. La focale du local, très mobilisée mais peu interrogée par la littérature sur ces types de marché, offrait l’occasion de réinscrire les pratiques marchandes dans des réseaux d’interconnaissance, militants et professionnels, sans négliger pour autant le travail d’homogénéisation dont elles font l’objet. Ce parti pris, facilité par mon appartenance à l’INRA m’a cependant contraint à ne pas traiter le point de vue des consommateurs de façon systématique.

4. Quels sont vos éléments d’analyse ? Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ? 

La thèse pointe le paradoxe que constitue le développement d’agents intermédiaires à mesure que la proximité est définie et objectivée comme caractéristique vertueuse de la relation marchande. L’analyse montre que le rapprochement des agriculteurs et des consommateurs dans les échanges marchands repose d’abord sur la réduction de leur distance sociale et politique. Les nouveaux entrants en agriculture issus de la petite et moyenne bourgeoisie culturelle et urbaine trouvent parmi leurs homologues sociaux, une clientèle dont ils peuvent anticiper les goûts et les besoins facilitant ainsi les transactions marchandes.

Mais la structuration des « circuits courts » n’est finalement permise qu’au prix de l’autonomisation d’agents d’intermédiation qui contribuent à les légitimer et à les définir, dans le même temps qu’ils tendent à rendre invisible leurs propres pratiques. La multipolarisation de l’action publique agricole autour de l’Union Européenne et des collectivités locales et sa transformation avec le développement des réformes néo-managériales participent à la recomposition des réseaux sectoriels qui encadraient et hiérarchisaient jusqu’alors les marchés agroalimentaires. La montée d’un certain nombre d’intermédiaires non économiques (salariés d’association, chercheurs, membres du ministère de l’Agriculture, conseillers des chambres d’agriculture) participe ainsi à redéfinir les frontières de l’espace des producteurs. En retraduisant les aspirations des agriculteurs en un projet économiquement viable, ils facilitent l’installation des agriculteurs et assurent dans le même temps, à des degrés divers, les conditions de leur maintien par l’ouverture d’opportunités marchandes. En définissant le taux de conversion des caractéristiques sociales des agriculteurs en valeur économique, ces intermédiaires offrent ainsi les conditions sociales de leur reproduction.

5. Liens

Jean-Baptiste Paranthoën, « L’incursion des scientifiques dans l’organisation des marchés agricoles : la promotion des circuits courts », Politix. Revue de sciences sociales du politique. Vol. 28, n°111, 2015, p. 119-140.

Jean-Baptiste Paranthoën, « Déplacement social et entrées en agriculture. Carrières croisées de deux urbains devenus maraîchers ». Sociétés contemporaines, 96/4, 2014, p.51-76.

Contact : jb.parant@yahoo.fr

[1] Sophie Dubuisson-Quellier, Pierre François, « Introduction. Institutions économiques et institutions marchandes », dans Pierre François (Dir.), Vie et mort des institutions marchandes, Paris, Presses de Science Po, 2011, p.11-38.

[2] Jacques Lagroye, Michel Offerlé (Dir.), Sociologie de l’institution, Paris, Belin, 2011.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *