JE « Autogestion et Travail » – 5 et 6 octobre 2017 – CNAM

 Voici le programme des journées d’étude « Autogestion et travail » qu’organisent les RT 25 et 30 de l’AFS, avec le LIRSA, le CPN, le CEET et le LISE.
Ces journées auront lieu les 5 et 6 octobre 2017, au CNAM (Paris).
Argumentaire
Ouverture : Par-delà le travail, l’autogestion
Si l’on retrace l’histoire de l’autogestion, il est intéressant de constater que, quelles que soient les périodes, elle cristallise certaines de leurs utopies (Georgi, 2003). De l’appropriation collective des outils de production à celles de la force des possibles par en bas (Trentin, Les hackers, Nuit Debout etc.), l’autogestion semble refléter une dynamique des différents idéaux, rêvés et vécus.
Axe 1 : Le Travail de l’Autogestion
Si l’autogestion apparaît bien souvent comme la gestion de la production par celles et ceux qui la font, il convient de porter également la focale sur les modes de délibération qui travaillent cette organisation. Autogérer la production, cela signifie également se doter d’outils permettant l’expression d’un commun, c’est-à-dire d’une forme institutionnelle qui sera support de l’organisation (Nicolas-Le Strat, 2016). Quelles sont les formes institutionnelles les plus aptes à porter les projets autogestionnaires (démocratie directe ou délibérative, rotation des mandats, conseils d’administration, SCOP, etc.) ? Quelles en sont leurs contradictions ou leurs impasses (bureaucratisation, stratification, anomie, recomposition des jeux de pouvoir, etc.) ? Quelles en sont les limites (désorganisation, conflits d’usages, violence symbolique, rapports de domination, etc.) ? Comment les acteurs s’approprient-ils concrètement les instances de délibération ? Il s’agira aussi d’interroger si ce travail de l’institution (Castoriadis, 1975) conduit – ou non – à une plus forte détermination de la contrainte par le groupe ou si, et dans quelle mesure, celle-ci s’impose encore de l’extérieur.
Axe 2 : Le Travail en Autogestion
L’autogestion, dans la mesure où elle entend rompre avec l’organisation capitaliste de la production, appelle d’autres expériences vécues du travail. Il s’agira dans cet axe de privilégier les expériences de l’activité et des rapports sociaux qui sont au coeur du procès de production autogestionnaire afin de comprendre ce que la mise en oeuvre de l’autogestion fait au travail et aux rapports sociaux qui en émergent. Comment les acteurs racontent-ils la vie au travail en situation d’autogestion ? Qu’en est-il de la place de la créativité au travail ? Quel est le rapport au produit du travail ? Comment les collectifs de travail se structurent-ils en situation d’autogestion ? Peut-on considérer que l’autogestion, revendiquée par certains types d’organisations (tiers lieux) est un mode alternatif de gestion pérenne. Et, si c’est le cas, on peut se demander dans quelle mesure des outils de gestion, d’évaluation du travail, spécifiques ont été mis en place (voire ne seraient plus du tout utilisés). Les rapports de domination persistent-ils et sous quelle forme ? Au-delà des expériences réussies d’autogestion, cet axe vise aussi à restituer des expériences inabouties et les raisons de leur incomplétude ou de leur échec.
Axe 3 : Le Travail par l’Autogestion
L’autogestion apparaît aujourd’hui comme un mot clé traduisant des expériences collectives de travail ayant une relative autonomie. De la même manière que l’autonomie a marqué le discours managérial (Boltanski, Chiapello, 1999), il conviendra dans cet axe de donner à voir l’autogestion comme un dispositif de gestion ou d’engagement au travail qui permet une mise au travail grâce à une légitimité qui déborde les simples ressorts du consentement au travail. Quelles règles se donnent les collectifs pour s’assurer que cet engagement est bien effectif et partagé par tous ? Quid des passagers clandestins ? Si l’autogestion s’instaure souvent dans un premier temps à partir d’un cadre théorique commun porté par les premiers membres-fondateurs réclamant  davantage d’autonomie, qu’en est-il de sa pérennité avec des héritiers qui vivent l’expérience sans partager nécessairement ce cadre théorique ? L’autogestion s’affronte-t-elle réellement au mode de production capitaliste ou peut-elle constituer un mode d’organisation favorisant l’engagement dans le travail ? Dans ce sens a-t-on affaire à une expérience de rupture ou à un modèle organisationnel pouvant s‘acclimater avec les exigences du capital ?
Axe 4 : Le Travail pour l’Autogestion, l’autogestion contre le salariat
Si on relie l’autogestion à son histoire, à celle de l’autonomie politique et productive réclamée par les traditions syndicalistes révolutionnaires et anarchosyndicalistes (Pereira, 2009, 2010), on observe que les expériences autogestionnaires d’autrefois avaient vocation à promouvoir plus largement un
mode de production alternatif au mode de production capitaliste. Que ce soit dans les mondes du travail ou en dehors, certains courants politiques expérimentent l’autogestion mais plus encore la revendiquent comme projet (Bloch, 1976), comme politique de l’autonomie (Aspe, 2011). Quelles sont les nouvelles pratiques et théories autogestionnaires ? Comment s’opposent-elles à la financiarisation de l’économie ? Quels choix opèrent-elles entre tradition et innovation, entre utopie et concrétisation ? S’inscrivent-elles dans l’histoire des mouvements sociaux autogestionnaires ou s’en distancient-elles ? Les courants de l’« anti-gestion » sont-ils des héritiers de l’autogestion ? Les réflexions menées dans les quatre axes pourraient également porter sur l’opportunité de situer
les interrogations à l’oeuvre selon la nature des organisations concernées, catégories d’entreprises marchandes, association, administrations.
Bibliographie :
ASPE, B., 2011, Les mots et les actes, Caen, France, Nous.
BLOCH, E., 1976, Le Principe d’espérance…, Paris, France, Gallimard.
BOLTANSKI, L., CHIAPELLO, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, France, Gallimard.
CASTORIADIS, C., 1975, L’Institution imaginaire de la société, Paris, France, Seuil.
GEORGI, F., 2003, Autogestion, la dernière utopie, Presses de la Sorbonne.
NICOLAS-LE STRAT, P., 2016, Le travail du commun, Saint-Germain sur Ille, les éditions du commun.
PEREIRA, I., 2009, Peut-on être radical et pragmatique ?, Paris, France, Textuel.
PEREIRA, I., 2010, Les travailleurs de la culture en lutte: le syndicalisme d’action directe face aux
transformations du capitalisme et de l’état dans le secteur de la culture, Paris, D’ores et déjà.
Comité d’organisation:
Isabelle Chambost (Cnam, LIRSA, RT30)
Olivier Cléach (Socioéthique, IDÉA université Laval de Québec, RT 30)
Frédéric Moatty (CNRS, Cnam-Lise-CEET, RT25)
Simon le Roulley (Université de Caen, RT25)
Guillaume Tiffon (Université d’Évry, Centre Pierre Naville, RT25)
Avec l’aide de l’équipe administrative du Cnam :
Virginie Moreau et Adrien Toreau, LIRSA
Colette Leverne et Corinne Boulet, CEET
Ces journées bénéficient d’un financement de la part de l’Association Française de Sociologie, du LIRSA, du Centre Pierre Naville (CPN) et du Centre d’études de l’emploi et du Travail (CEET)
Jeudi 5 octobre 2017
9h30-18h30 – Amphi Gaston Planté
09h00-09h30 Accueil des participants
09h30-10h00 Introduction : Christine Erhel, Directrice du CEET et Jean Laine, Directeur du LIRSA
10h00-10h30 Ouverture : Jean-Pierre Durand (Université d’Évry, Centre Pierre Naville)
10h30-12h30 Session 1 : Le travail de l’autogestion
Président de séance : Frédéric Moatty (CNRS, Cnam-Lise-CEET, RT25)
Marie-Geneviève Dezes (CNRS et Institut Français d’Histoire Sociale)
« L’autogestion : remède ou placebo ? Querelles françaises sur les modèles 1960-1980 »
Guillaume Gourgues (Université de Franche-comté, CRJCF-CHERPA)
« L’autogestion est-elle une solution ? L’incertaine « grève productive » des travailleurs de Lip (1973-1978) »
Simon le Roulley (Université de Caen, CERReV, RT25)
« L’autogestion c’est du boulot ! Regards sociologiques sur la construction d’une expérience autogestionnaire et autonome. »
Marie-Christine Bureau (Cnam, Lise, CNRS)
« Travail, organisation et prise de décision dans les makerspaces : une philosophie et des outils »
12h30-14h00 Pause déjeuner
14h00-16h00 Session 2 : le travail en autogestion
Président de séance : Guillaume Tiffon (Université d’Évry, Centre Pierre Naville, RT25)
Maxime Quijoux (CNRS, Printemps, UVSQ)
« La CGT, autogestionnaire ? Retour sur l’expérience contemporaine d’une imprimerie reprise par ses salariés »
Stéphane Jaumier (Grenoble, École de management)
« L’entreprise comme lieu de démocratie et égalité radicales : l’exemple des hiérarchies à domination inversée »
Mateï Gheorghiu (IRISSO, Dauphine)
« L’autogestion comme horizon et méthode d’apprentissage collectif »
Lara Alouan (Université d’Évry, CPN)
« Autogestion en hackerspace : l’expérience de Phénix »
16h00-16H30 Pause
16h30-18h30 Projection, analyse filmique et débats.
Film-documentaire : Ambiance bois, le travail autrement, réalisé par Sophie Bensadoun en présence des salariés d’Ambiance bois
Animation des débats: Joyce Sebag (Université Évry, CPN, RT47)Vendredi 6 octobre 2017

9h00-16h45 – Amphi Gaston Planté
09h00-09h15 Accueil des participants
09h15-11h15 Session 3 : Le travail par l’autogestion
Président de séance : Olivier Cléach (Socioéthique, IDÉA Université Laval de Québec, RT30)
Jean-François Draperi (Cnam, Lise)
« Ouverture sociétale de l’autogestion et principes coopératifs »
Clément Ruffier (Centre Max Weber,ANACT)
« Modalités d’exercice du travail d’institution autogestionnaire dans une entreprise libérée, une SCIC et une SAPO »
Brice Nocenti (Université Paris 7, LSCP)
« Critique de la “participation” et critique des dispositifs de gestion dans le débat autogestionnaire des années 1970 en France. »
11h15-11h30 Pause
11h30-13h00 Session 3 : Table-ronde : Le travail pour l’autogestion
Animateur : Isabelle Chambost (Cnam, LIRSA, RT30)
Michel Capron (Université Paris VIII Saint-Denis, IRG)
Jean Cartellier (Université Paul Valéry, CORHIS, Syndex)
Camille Dorival (Alternatives Économiques)
13h00-14h30 Pause-déjeuner
14h30-16h30 Session 4 : Table-ronde : Les pratiques artistiques de l’autogestion
Animateurs : Simon Le Roulley (Université de Caen, CERReV, RT25) et Salvatore Maugeri (Vallorem, RT30)
Philippe Durand, Comédien
Bernard Kudlak, Co-fondateur du Cirque Plume
Damien Vidal, Dessinateur de bandes dessinées
16h30-16h45 Conclusion : Salvatore Maugeri (Vallorem, RT30) et Jean-Marie Pillon (IRISSO-Dauphine, RT30)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *