Gros plan sur… La thèse de Glenn Mainguy, sur l’économie du quotidien, ou les raisons de l’engagement dans la production agricole domestique des personnes en situation de précarité dans le monde rural russe contemporain

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Glenn Mainguy, docteur en sociologie depuis décembre 2016 suite à une thèse soutenue à l’Université de Bordeaux, Centre Emile Durkheim, sous la direction d’Antoine Roger et de Ronan Hervouet.

 

Votre thèse, réalisée au Centre Emile Durkheim sous la direction d’Antoine Roger et de Ronan Hervouet porte sur l’engagement dans la production agricole domestiques des personnes en situation de précarité dans le monde rural russe contemporain. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Au départ les questions que je me posais étaient les suivantes : que sont devenus les kolkhozes et les sovkhozes vingt-cinq ans après la chute de l’URSS ? Comment ces institutions à la fois économiques et sociales ont-elles traversé les profondes mutations induites par la transition de l’économie planifiée vers l’économie de marché ? De ces interrogations, un premier séjour en Russie en 2009-2010 a vu le jour. Armé d’un sac à dos et d’une connaissance suffisante de la langue russe, une enquête de terrain de type exploratoire a été effectuée entre les mois de mai et d’août 2010. Au cours d’un long périple à vélo, j’ai parcouru trois mille kilomètres au sein de plusieurs régions de Russie ; allant de la république de Khakassie en Sibérie occidentale aux rives de la mer d’Azov dans le nord du Caucase en passant par les zones montagneuses de l’Oural. Durant ce voyage initiatique, les rencontres avec les habitants des villages et les entretiens effectués avec ces derniers, m’ont permis de me rendre compte et de me confronter au sens que revêt pour les populations indigènes les termes de crise, libéralisation, privatisation, marchéisation, transition, normalisation, modernisation utilisés par les chercheurs pour qualifier l’évolution de la société rurale russe.

A partir de cette première rencontre avec la réalité du terrain, d’une interrogation initiale sur le monde agricole, mon questionnement s’est déplacé vers le monde rural. Il ne s’agissait plus alors de réfléchir à l’évolution du système agricole russe, mais il était nécessaire de changer d’échelle d’observation afin de mettre au jour une nouvelle lecture « par le bas » des processus sociaux à l’œuvre (Revel, 1989 ; 1996) au sein des espaces ruraux. Partant de ce nouveau point de vue, l’objectif de ma recherche fut de reconstruire le vécu des populations rurales à travers une analyse au plus près des acteurs, de la manière dont ils avaient fait l’expérience des transformations économiques et sociales qui ont pris place dans le cadre de la grande transformation de la société soviétique.

Plus précisément, mon intérêt pour les pratiques agricoles domestiques est apparu face à l’omniprésence des pratiques liées à la production agricole domestique dans la vie quotidienne des ruraux et à l’importance de ces pratiques dans les discours indigènes. Il faut rappeler qu’en 2012, au moment de mon retour sur le terrain, 43% de la production agricole nationale russe était le fait de la production des ménages. C’est à partir de ces premières observations que j’ai choisi de me focaliser sur la question de l’engagement dans la production agricole domestique des individus – en particulier des hommes – en situation de précarité.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Pour répondre à cette question, il faut rappeler que l’analyse de la situation des espaces ruraux au cours de cette période a suivi trois directions principales. La première appréhende le monde rural à partir de la rhétorique du chaos et de la perte, de la désorganisation sociale et de l’anomie (Sapir, 1996 ; Ioffe, Nefedova & Zaslavsky, 2006 ; Yefimov, 2003). La seconde cherche dans l’écriture de monographies de village, à reconstruire un monde rural magnifié, qui est présenté comme étant à la fois singulier et séparé du reste de la société (Paxson, 2005). La troisième, à travers l’utilisation du concept d’économie morale (Thompson, 1971 ; Scott, 1976), se propose de définir les pratiques de résistance des populations rurales à la pénétration du capitalisme et de l’économie de marché (Burawoy & Verdery 1999 ; Mandel & Humphrey, 2002 ; Hann, 2003). Me plaçant dans la filiation critique de cette dernière, j’ai cherché à réintégrer le monde rural dans la société russe et à montrer que celui-ci a connu à partir des années 2000, un processus de normalisation économique et sociale (Dufy, 2010). Ainsi, je montre au sein de mon travail comment le développement de l’économie de marché a généré des formes durables et diverses de précarité et dans un même temps comment l’investissement des individus dans la production agricole domestique peut être interprété comme un moyen de se protéger contre ce risque de précarisation en se reconstruisant des formes de vie stables et en réduisant, par là-même, l’incertitude de leur existence. Par l’expression pratiques agricoles domestiques, je désigne l’ensemble des activités, effectuées dans le cadre familial, incluses dans le processus de production et d’acquisition des biens alimentaires, ainsi que les activités liées à l’usage de ces biens – stockage, consommation, circulation, commercialisation.

Suivant les critiques adressées aux concepts de pauvreté et d’exclusion (Paugam, 1996, Fontaine, 2008, Castel, 2009, Sen, 2012), aux axiomes souvent trop restrictifs (définition monétaire de la pauvreté, isolement social), l’utilisation de celui de précarité, autorisant un raisonnement en termes d’instabilité, d’incertitude et de risque (Bresson, 2012), m’a permis d’embrasser l’ensemble des sphères de l’existence en articulant dans une même logique, paupérisation, prolétarisation et déstabilisation. Il faut ajouter que la préférence pour ce concept m’a rendu apte à produire une analyse reposant à la fois sur un point de vue diachronique par le biais de l’étude des trajectoires mais aussi synchronique à travers une réflexion sur les manières de vivre cette situation. L’attention permanente portée à l’ambivalence et l’ambiguïté des situations et des pratiques sociales m’a conduit à construire un raisonnement ayant pour ambition de rendre compte des trajectoires des individus à travers un double mouvement (Polanyi, 1983 [1943]) continu de précarisation et de déprécarisation. Face aux écueils du misérabilisme et à ceux du populisme (Grignon & Passeron, 1989), cette concentration permanente sur le double-sens de l’engagement dans la production agricole domestique des personnes en situation de précarité, m’a permis de développer une interprétation de ce phénomène social construite autour de quatre axes principaux : 1 – les trajectoires d’entrée dans l’agriculture domestique ; 2 – l’organisation de la production et la division du travail agricole domestique ; 3 – les rapports entre activités économiques, relations de travail familial et liens de parenté ; 4 – l’articulation entre économie domestique et économie de marché.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Deux ans après avoir effectué ma première enquête, j’ai entrepris un nouveau travail de terrain. Celui-ci, plus localisé, s’est déroulé à l’extrémité sud de l’oblast’ de Moscou principalement dans les raïon de Kolomna et de Zaraïsk. Il a duré quinze mois, divisé en deux séjours, d’octobre 2012 à juin 2013 et de février à juillet 2014. Ce travail d’immersion pendant une longue durée a été permis à la fois par l’obtention d’un contrat doctoral financée par la Région Aquitaine, dans le cadre du projet « La production et l’expression des sentiments moraux dans un contexte de changement social radical. Une analyse des expériences rurales dans trois pays postcommunistes (Russie, Biélorussie, Roumanie) » piloté par Ronan Hervouet mais aussi grâce à un séjour de 9 mois (octobre 2012- juin 2013) au Centre d’études franco-russe de Moscou (Unité Mixte CNRS et Ministère des Affaires étrangères français). Enfin, l’obtention d’un poste de lecteur de français pour trois semestres (octobre 2012 – juin 2013 et février 2014 – juillet 2014) à l’Université de sciences humaines et sociales de la ville de Kolomna a facilité l’accès au terrain me permettant d’habiter une petite ville rapprochée de ma zone d’enquête et a favorisé la construction d’une forme de proximité avec la population.

J’ai adopté tout au long de ma recherche une démarche éminemment empirique et je me suis alors engagé dans un long travail de terrain, reposant sur la méthode ethnographique. Les principes directifs de celle-ci ont été les suivants : aller voir et être avec pour écouter et observer,  afin de pouvoir par la suite décrire et expliquer. Aussi, tout au long de mon travail de terrain, je me suis attaché à prendre part aux pratiques quotidiennes des personnes rencontrées. Ainsi, au cours de celui-ci : j’ai travaillé la terre, j’ai cueilli des baies, j’ai planté des légumes, j’ai sorti le bétail, j’ai pris part à l’abattage des bêtes, j’ai participé à la vente des produits, j’ai arrosé des jardins, j’ai fait les foins, j’ai réparé des tracteurs, je suis allé faire des courses, j’ai gardé des enfants, j’ai aidé à déménager, j’ai rempli des camions, j’ai apporté mon concours à la tonte des moutons… Au-delà, des activités de travail domestique, j’ai aussi passé beaucoup de temps avec mes interlocuteurs à manger, à boire, à me promener dans les villages, à aller à la messe, à attendre assis sur un banc devant leur maison ou en bas des blocs, à fumer des cigarettes dans les cages d’escalier des immeubles. C’est autour de la participation aux pratiques agricoles domestiques mais aussi à l’ensemble de ces moments de vie passés avec les personnes rencontrées que j’ai pu rassembler un matériau empirique qui se veut aussi riche qu’hétérogène. Celui-ci est composé à la fois d’entretiens enregistrés, de recueils de discussions et d’histoires entendues, de conversations informelles, d’observations in situ, et de photographies.

Au cours de ce travail, je voulais avoir accès aux pratiques quotidiennes des individus et au « monde conceptuel dans lequel ils vivent » (Geertz, 1998 [1973]) – c’est-à-dire aux catégories indigènes – afin de pouvoir reconstruire à travers leurs expériences une interprétation du processus de transformation. Le but était ici de penser avec le terrain (Geertz, 1998 [1973]) en donnant à mes observations une dimension générative de concept et non pas seulement illustrative ou représentative. Cette volonté m’a conduit à produire des « cas » – reposant sur l’articulation de quatre genres de connaissance l’imprégnation, l’exploration, l’accumulation et l’approfondissement – et à penser par ceux-ci c’est-à-dire à produire un raisonnement qui se construit autour de l’exploration et de l’approfondissement d’un trait singulier du réel qui est directement accessible par l’observation (Revel et Passeron, 2005).

Quels sont vos éléments d’analyse? Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ? 

Je peux avancer quatre résultats majeurs.

L’analyse du parcours d’entrée des individus dans la production agricole domestique montre que celui-ci doit être mis en rapport avec la trajectoire de ces derniers dans la grande transformation de la société soviétique, qui est marquée par la perte progressive de la centralité du monde professionnel dans la structuration de la vie quotidienne des acteurs. Trois étapes marquent les trajectoires. La période avant la chute de l’URSS, qui est caractérisée par l’occupation d’un emploi stable au sein d’une société salariale protectrice où le travail est un élément essentiel de la définition de soi. La période de transition – les années 1990 – marquée par la crise économique conduisant à la remise en cause des statuts salariaux et au refoulement des individus vers la sphère domestique. La période de normalisation – dans le courant des années 2000 – caractérisée par le retrait progressif des individus du marché du travail et l’investissement positif dans la production agricole domestique.

En mobilisant les instruments de la sociologie du travail, la description du travail des hommes à la maison montre que ces derniers ne sont pas seulement engagés dans les pratiques agricoles domestiques mais qu’ils s’y investissent à travers une participation intensive dans un ensemble d’activités ancrées dans  une division du travail domestique fortement genrée. La sphère domestique n’apparaît alors plus comme un univers strictement féminin mais aussi comme un monde masculin au sein duquel les hommes se construisent des formes de relégitimation de leur position sociale et s’aménagent des espaces privés propres  en se façonnant un monde à l’écart du monde.

S’inscrivant dans la perspective des travaux sur la parenté, développée par Florence Weber, l’étude de la circulation des biens et des services relative aux activités de production, de stockage et de consommation et l’examen des modalités de construction des transactions – échanges, dons, prestations, redistributions – liées à cette circulation m’ont permis de réfléchir à la constitution des solidarités familiales émanant des collectifs de travail agricole et, de décrire la manière dont les modes d’organisation de la production agricole domestique jouent un rôle dans la constitution et/ou la consolidation des liens de parenté. A partir de ces éléments, j’ai mis au jour l’existence de deux régimes de coordinations des activités économiques domestiques – l’entraide et la coopération – basées sur une distinction entre des activités extra-quotidiennes et des activités quotidiennes, qui génèrent, respectivement, deux types de solidarités familiales distincts, les protections rapprochées et les protections mutuelles. Je démontre ainsi, qu’à côté, d’un premier régime de coordination des activités économiques domestiques appréhendant traditionnellement le collectif de travail sous la forme d’un réseau (parentèle) fonctionnant sur une logique de l’entraide structurée par un principe de don et de contre-don, il existe un second régime au sein duquel le collectif prend la forme d’un groupe de travail (maisonnée) construit autour de relations de coopération gouvernées par un principe de mutualisation.

L’ethnographie des économies domestiques, basée sur l’analyse du choix effectué par les individus, entre production domestique et production marchande et sur l’étude du processus de commercialisation à domicile des biens issus de la production agricole domestique, met en avant l’existence de zones grises permettant de faire apparaître des pratiques révélant l’imbrication des logiques domestiques et des logiques marchandes et remettant en cause le grand partage entre économie domestique et économie de marché. Cette analyse démontre ainsi que la transformation des modalités de fonctionnement de l’économie agricole domestique, sous l’impulsion de l’expansion du marché, n’a pas donné lieu à une opposition entre des régimes économiques distincts, mais davantage à l’interpénétration des impératifs domestiques et les impératifs marchands dans un mouvement conjugué de domestication du marché et de marchéisation de la sphère domestique. L’étude de la vie sociale (Appaduraï, 1986 ; Kopytoff, 2006 [1986]) des biens produits et vendus à la maison illustre bien ce phénomène. Elle démontre que ceux-ci sont construits comme des objets hybrides nés de compromis permanents entre des logiques antagonistes : l’autoconsommation et la commercialisation ; la subsistance et le profit ; la reproduction et l’accumulation ; la personnalisation et le détachement.

Liens :

Mainguy, Glenn 2016 « L’économie du quotidien. Une étude de la précarité à travers l’exemple des pratiques agricoles domestiques dans le monde rural russe », thèse de sociologie, Université de Bordeaux.

Photo d’illustration de l’interview: prise par l’auteur au cours de son travail de terrain. Коровник, étables pour vaches laitières, Куково (Kukovo), raïon de Zaraïsk, oblast’ de Moscou, Russie,  mars 2013, photographie argentique, 60×70

http://univ-bordeaux.academia.edu/MainguyGlenn

https://glennmainguy.atavist.com/lescampagnesrusses


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *