Gros plan sur… La thèse de Véra Ehrenstein, sur REDD+, un mécanisme international de lutte contre la déforestation dans les pays en développement

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur un travail de recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Véra Ehrenstein, doctorante depuis 2009 au Centre de Sociologie de l’Innovation de Mines ParisTech, sous la direction de Fabian Muniesa.

 

Votre thèse porte sur REDD+, un mécanisme international de lutte contre la déforestation dans les pays en développement. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

J’ai commencé ma thèse en m’intéressant aux marchés carbone comme dispositif de lutte contre le changement climatique : des projets visant à réduire les émissions de CO2 sont mis en œuvre dans des pays en développement et génèrent des crédits carbone achetés par des entreprises contraintes ou volontairement engagées à compenser leurs émissions. Je me suis rapidement rendue compte que les activités forestières, le reboisement mais aussi la conservation, ont mis à l’épreuve cette forme d’action internationale, alors que dans les années 1990 ces projets semblaient être une option prometteuse.

Mettre la lutte contre la déforestation au service de l’effort de réduction des émissions ne devient un sujet de négociations internationales qu’à partir de 2005, lorsqu’une coalition de pays en développement propose de construire un mécanisme qui rémunèrerait les Etats en fonction de la diminution de la perte de leur couvert forestier. Différents modes de financement et d’organisation sont discutés et expérimentés, la gamme des possibles explorés étant plus vaste que le modèle du marché carbone. La création du mécanisme REDD+ suscite des débats techniques, notamment métrologiques, et fait émerger de nouveaux acteurs concernés, comme les gouvernements des pays en développement et leurs administrations forestières, mais également les peuples autochtones dont des ONG internationales portent la parole.

Mon travail de thèse s’attache à suivre et analyser la progressive construction de ce  système et les nombreuses controverses socio-techniques qu’elle génère, fidèle en cela au projet de la sociologie de la traduction (appelée aussi théorie de l’acteur-réseau), développée au CSI. Ce qui m’intéresse, c’est une forme originale de gouvernement. L’incitation économique y est centrale, sans pour autant simplement se traduire dans la création d’un marché. La technicité des sujets traités se mêle à l’exigence de participation de la société civile, l’action internationale se heurte à l’histoire des rapports Nord-Sud… Bref, le mécanisme REDD+ me semble être un site empirique privilégié pour explorer l’émergence d’un mode de coordination, à l’échelle du globe et aux prises avec un problème environnemental.

 Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

La question de l’incitation économique est centrale pour le mécanisme étudié. À ce titre, la sociologie des marchés bâtie par Michel Callon, Fabian Muniesa ou Donald MacKenzie constitue une ressource précieuse.

Mais l’auteur qui s’est confronté le plus directement à la question des rapports complexes entre gouvernement et économie est Michel Foucault, notamment dans ses leçons au Collège de France sur la biopolitique. Les travaux, plus récents, de Timothy Mitchell s’inscrivent dans ce sillage. Ils documentent, dans le cas égyptien, l’articulation entre la construction de l’économie nationale et l’administration coloniale d’abord, puis les interventions de l’aide au développement.

Enfin les « politiques de la nature » de Bruno Latour sont une lecture particulièrement stimulante. L’auteur y élabore un vocabulaire intéressant pour rendre compte de cette forme de politique expérimentale et itérative qu’est la progressive construction du mécanisme REDD+, de ce mode d’action internationale environnementale où la notion d’incitation économique joue un rôle central.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

L’enquête prend la forme d’une ethnographie multi-site. Je suis allée en République Démocratique du Congo, l’un des pays participant à la construction du mécanisme. A Kinshasa j’ai pu suivre le travail des fonctionnaires du Ministère de l’environnement, des consultants de la Banque Mondiale et du Programme des Nations Unies pour le Développement, des membres d’ONG environnementales congolaises…

J’ai retrouvé nombre de ces acteurs aux négociations internationales sur le changement climatique à Durban en Afrique du Sud, mais également à d’autres types d’événements, dont une foire de projets carbone à Barcelone, des ateliers organisés par des ONG ou des bailleurs gouvernementaux à Londres et Paris. Ce sont des lieux où j’ai rencontré d’autres acteurs centraux de la construction du mécanisme : des négociateurs, porte-parole de gouvernements du Nord et du Sud, mais aussi de nombreux représentants d’ONG internationales, des militants écologistes de Greenpeace aux juristes de Global Witness.

L’enquête ethnographique comprend, enfin, des entretiens et un travail de collecte et d’analyse de documents techniques que les acteurs produisent, manipulent et mobilisent constamment (textes résultant des négociations, publications scientifiques, littérature grise publiée par des ONG, des think tanks ou des agences de développement…).

 

A voir : http://www.csi.ensmp.fr/fr/equipe/doctorants/vera-ehrenstein

 

Vous souhaitez présenter un travail de recherche dans ces pages ? N’hésitez pas à nous en faire part en écrivant à afs.rt12[arobas]gmail.com.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *