Gros plan sur… la thèse de Marjorie Bied, sur l’accompagnement à domicile des personnes en perte d’autonomie

marjorie_biedAujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Marjorie BIED, doctorante CIFRE depuis 2009 au GEMASS-Paris-IV Sorbonne et à SENSE-Orange Labs, sous la direction de Philippe Steiner et de Jean-Luc Metzger.

 

Votre thèse porte sur la performance de l’accompagnement à domicile des personnes en perte d’autonomie. Vous vous intéressez à la configuration professionnelle médico-sociale. Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

 

Ce sujet se situe au cœur d’un enjeu de société. A l’échelle mondiale[1], le nombre de personnes de 60 ans et plus devrait passer de 673 millions en 2005 à 2 milliards d’ici 2050. En France, les projections récentes indiquent qu’à l’horizon 2050, plus de 33 millions d’individus auront plus de 60 ans, soit 47,5% de la population totale. Parmi eux, près de 11 millions auront plus de 75 ans. L’augmentation des risques de maladies chroniques et des incapacités à assumer seul(e)s un certain nombre de tâches de la vie quotidienne sont liés aux gains continus d’espérance de vie. Pour faire face à la forte augmentation des dépenses de santé et des demandes de prise en charge pour des prestations d’aide à domicile, les politiques publiques de nombreux pays tentent de restructurer les secteurs sanitaire et médico-social et ce dans un contexte de forte maîtrise des dépenses publiques. Cela a induit le développement de la recherche de solutions plus gestionnaires, plus « industrielles » et a conduit à la généralisation de pratiques diversifiées d’accompagnement. Cette recherche de solutions s’appuie en partie sur l’utilisation de dispositifs techniques à base de technologies de l’information et de la communication (TIC) et sur le développement d’expérimentations qui alimentent les réflexions des acteurs professionnels et des industriels. En France, « les nouvelles technologies » sont jusqu’ici peu utilisées dans le secteur médico-social dont la gestion reste « artisanale ». En effet, de nombreuses activités de suivi, de gestion du temps et d’organisation du travail sont réalisées sur papier et manuellement. De plus, les difficultés socio-économiques de ce secteur représentent un véritable défi pour les entreprises qui veulent vendre des services et des équipements aux différents organismes publics, privés ou associatifs (modèle économique à construire).

Dans ce contexte, je me suis intéressée tout d’abord à la question des « personnes âgées dépendantes » sous l’angle du travail médico-social, plus précisément du travail des aides à domicile, des auxiliaires de vie sociale et des assistantes de vie, ainsi que celui de leurs responsables. J’ai souhaité comprendre les spécificités de ce travail, les compétences mises en œuvre, les caractéristiques de l’organisation du travail ainsi que les usages professionnels de dispositifs technico-organisationnels. Puis, je me suis intéressée dans ce doctorat CIFRE[2] à la rencontre entre les évolutions du secteur et du métier d’aide à domicile, d’une part, et le foisonnement d’expérimentations technologiques envisagées pour mieux « gérer » le secteur médico-social et pour apporter des services aux personnes âgées elles-mêmes et à leur proche.

J’ai ainsi orienté ma recherche sur la définition des conditions socio-organisationnelles permettant aux responsables, aux intervenantes et aux technologues de concevoir de concert des dispositifs à base de TIC dont les usages se révèleraient pérennes et respectueux des compétences professionnelles.

 

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

J’ai mobilisé le concept de configuration d’Elias pour expliquer comment se construisent, au fur et à mesure du processus d’aide à domicile, les relations d’interdépendances impliquant trois catégories d’acteurs majeurs : responsable de structure, personne aidée, intervenante à domicile.

Dans mon analyse du travail des émotions au cœur de la rationalisation, les travaux de Comte et de Durkheim ont été d’une grande utilité pour forger le concept d’attitude attentionnée maîtrisée caractérisant une forme particulière d’altruisme envers l’ensemble des acteurs, y compris eux-mêmes, afin de maintenir l’objectif du travail d’accompagnement : maintenir l’autonomie le plus longtemps possible.

La mobilisation de la notion d’innovation a été questionnée également en m’appuyant sur les travaux de Norbert Alter qui met en avant l’appropriation de l’innovation par l’usager et son caractère non figé, en mouvement. J’ai aussi eu recours à la typologie des innovations de l’économiste Camal Gallouj.

 

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

J’ai conduit sur deux sites (Seine-Maritime et Paris) des entretiens d’1h30 à 2h auprès de douze responsables de structures et seize intervenantes à domicile, enrichies par quinze séquences d’observations, d’une journée à une semaine, de six intervenantes à domicile. J’ai aussi participé à une petite enquête quantitative sur l’usage de technologies auprès de 102 intervenantes à domicile. J’ai également mené deux suivis d’expérimentation de technologie.

Le travail de terrain est à mettre en perspective avec le travail au sein de l’entreprise Orange, dont l’objectif était de saisir en profondeur, sur une durée de 3 ans, des pratiques de soutien médico-social à domicile, mais aussi d’identifier des besoins en technologies et en services pour répondre aux difficultés que pose la dépendance. C’est dans ce cadre que le projet de thèse s’est inscrit, accompagnant la « stratégie » de l’entreprise tout en répondant aux exigences académiques de construction d’un objet de recherche, d’un questionnement, d’un cadre théorique, d’une problématique, etc.

En combinant les temporalités courtes de projets d’entreprise rythmés par des jalons et des « livrables » tous les 3 à 6 mois avec la temporalité longue de la recherche en doctorat qui est tout de même limitée à 3 ans, j’ai réalisé des allers-retours réguliers entre présentations à finalité opérationnelle et rédaction de communications, d’articles et de chapitres de thèse discutées dans un cadre plus académique. Elles avaient pour objets l’explication de la démarche ethnographique (entretiens et observations) sur les deux terrains ; la présentation des résultats « à chaud » issus des observations de chaque terrain et des premiers traitements avant même que l’analyse ne soit terminée ; la rédaction de rapports techniques, de documents d’analyses voire de notes de terrain. Lors des communications internes « formelles », des réflexions sur des pistes de conception de services envisageables étaient attendues et furent d’ailleurs proposées, discutées, donnant lieu parfois à des débats tendus, à des marques d’intérêt certain (le groupe professionnel des ingénieurs et celui des experts en marketing ne sont pas homogènes).

C’est donc dans la tension entre exigences d’utilité technico-économiques et souci de rigueur dans l’analyse, production de connaissances pour l’action industrielle et souci d’accumulation de connaissances sociologiques, que j’ai conduit ma réflexion de thèse.

 

A lire:

Bied Marjorie & Metzger Jean-Luc (2011), « Comment les logiques de rationalisation du secteur médico-social peuvent-elles soutenir les pratiques collectives des professionnels? », Management & Avenir, n°47, pp. 165-183. http://www.cairn.ihttp://metices.ulb.ac.be/IMG/pdf/BIED-METZGER.pdfnfo/resume.php?ID_ARTICLE=MAV_047_0165

Bied Marjorie & Metzger Jean-Luc (2011), « Les mutations du travail médico-social : entre maîtrise de l’engagement altruiste et rationalisation des dépenses publiques », in Jacquot Lionel (dir.), Travail et dons, Presses Universitaires de Nancy. http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/jacquot-lionel/travail-et-dons,44985451.aspx 

Bied Marjorie & Metzger Jean-Luc (2013), « Le contrôle des temps dans le secteur des services: entre dispositifs de mesure et ajustement sur mesure », communication aux XIIIe Journées Internationales de Sociologie du Travail. http://metices.ulb.ac.be/IMG/pdf/BIED-METZGER.pdf

 

[1] Toutes les données mondiales présentées ci-dessous sont extraites du rapport des Nations Unis de 2009

[2] Le dispositif CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche) est un instrument de politique publique de la recherche promu depuis 1981 en France. Il repose sur un accord tripartite entre un(e) doctorant(e), un laboratoire de recherche et une entreprise (publique ou privée) ou une administration. Une CIFRE se traduit par un contrat de travail qui couvre généralement la durée prévue d’une thèse nouveau régime (3 ans) et occasionne une subvention annuelle versée par l’ANRT (Association Nationale de la Recherche Technique), entité du Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche, à une organisation d’accueil. Celle-ci complète la subvention afin de verser le salaire annuel du doctorant. Un supplément est souvent accordé au laboratoire de recherche par l’institution partenaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *