Gros plan sur… la thèse d’Anton Perdoncin, sur le recrutement de main-d’oeuvre immigrée et la régulation des flux migratoires

Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Anton Perdoncin, doctorant depuis septembre 2010 au laboratoire IDHE (Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie) à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, sous la direction de Pierre-Paul Zalio.

 

Votre thèse s’intitule : « Recrutement de main-d’œuvre immigrée et régulation des flux migratoires. Une comparaison européenne, 1945-1990 ». Comment en êtes vous venu à travailler sur ce sujet ?

D’abord par un ensemble d’agacements politiques. Au milieu des années 2000, on voit la mise en œuvre de politiques migratoires convergentes de part et d’autre de la Manche : au Royaume-Uni, par le gouvernement travailliste de Tony Blair, avec un système d’attribution de visas à points (point based system) et de quotas et, en France, avec la politique d’immigration dite « choisie » défendue par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. La légitimation de ces politiques se fondait alors notamment sur des arguments historiques spécieux visant à démontrer que l’immigration des années 1950 aux années 2000 n’avait pas permis l’adaptation des migrants aux marchés du travail nationaux. A charge pour l’État donc, de garantir la mise en adéquation des qualités des migrants aux besoins de main-d’œuvre. En réactivant des vieilles lunes xénophobes et un discours bien rodé (et démonté par Abdelmalek Sayad dès les années 1980) sur les « coûts » et « profits » de l’immigration, ces politiques ne visaient, de fait, qu’à exclure certaines catégories de migrants jugés indésirables.

 

Vous vous intéressez plus particulièrement aux transports publics londoniens et aux houillères du Nord-Pas-de-Calais. Pourquoi cette comparaison ?

Dans la littérature britannique sur l’immigration dans les années 1950-1960, un exemple revenait souvent, de programme de recrutement « exemplaire » : le recrutement de travailleurs à La Barbade par l’entreprise London Transport. L’objet me paraissait triplement intéressant : il permettait tout d’abord de saisir les critères de sélection, la dimension pratique de la sélection des migrants ; il autorisait ensuite l’étude des politiques étatiques, mais en faisant un pas de côté puisque London Transport était, à l’époque, une entreprise publique et La Barbade une colonie ; il permettait enfin d’analyser l’aspect économique de l’immigration au Royaume-Uni dans les années 1950-1960, à un niveau méso, celui de l’entreprise (permettant ainsi de reposer quelques questions classiques : main-d’œuvre immigrée comme main-d’œuvre de remplacement ; lien entre immigration, accumulation du capital et progrès technique ; lien entre immigration et évolution des salaires).

Après un Master 2 consacré à ce programme de recrutement, mon retour en France et la définition d’un projet de thèse m’ont incité à « étendre » le cas à une entreprise française. L’élément commun de la comparaison devait être le recrutement de main-d’œuvre à l’étranger et le caractère public de l’entreprise ; ce qu’il s’agissait de faire varier étaient les contextes législatifs, les type de régulation étatiques de l’économie et des flux migratoires. L’enjeu étant alors de comprendre comment des politiques de main-d’œuvre décidées par des entreprises peuvent fonctionner comme politiques d’immigration en actes. Mon choix s’est arrêté sur les Houillères du Nord-Pas-de-Calais, pour le caractère là encore exemplaire et massif à la fois de son programme de recrutement (près de 80 000 travailleurs recrutés au Maroc), et le rôle éminent de cette entreprise publique dans la planification économique de l’après-guerre en France.

Il s’agit donc de tenir ensemble les dimensions politiques et économiques de la sélection des migrants, en analysant les relations entre trois pôles : l’entreprise, les autorités étatiques et les autorités (coloniales puis post-coloniales) des pays où le recrutement a eu lieu.

 

Quelles sont les sources que vous mobilisez ?

Mes sources principales sont les archives des deux entreprises analysées : rapports d’activité, bilans comptables, correspondances internes, PV de négociations, etc. C’est à partir de ces sources que je remonte ensuite aux autres institutions parties-prenantes des programmes de recrutement : ministères, offices d’immigration, consulats.

Une bonne partie de mon travail a consisté, pour l’instant, à construire une base de données à partir des bilans comptables des entreprises, afin de comprendre leurs évolutions économiques et la manière dont celles-ci ont influé sur leur politique de main-d’œuvre.

Un second ensemble de sources s’est récemment ouvert pour les Houillères du Nord-Pas-de-Calais : les dossiers du personnel. L’objectif est de construire une base de données prosopographique à partir des informations collectées sur les carrières des migrants marocains. Ces dossiers permettent aussi de saisir en pratique les modalités d’une gestion différenciée de la main-d’œuvre selon les grades et les nationalités.

Un ensemble d’entretiens avec d’anciens travailleurs migrants viendra compléter ce corpus, afin d’incarner les dispositifs et les trajectoires saisis par ailleurs. Je tiens à cette dimension quali/quanti de la recherche socio-historique, qui permet de saisir à différentes échelles les phénomènes étudiés.

 

Quels sont les travaux sociologiques, économiques et historiques qui ont été déterminants dans votre manière d’envisager votre sujet ?

Ma réflexion s’est d’abord nourrie des travaux socio-historiques français sur l’immigration (Abdelmalek Sayad, Gérard Noiriel et, pour des travaux plus récents, Alexis Spire, Laure Pitti, Claire Zalc, Anne-Sophie Bruno). Les dimensions plus économiques du sujet sont quant à elles inspirées par une socio-économie du recrutement et des intermédiations sur le marché du travail (Christian Bessy, François Eymard-Duvernay) et des travaux classiques en économie sur les marchés du travail internes et les formes de segmentation des marchés du travail (Michael J. Doeringer, Peter Piore). Chemin faisant, des travaux d’histoire économique et d’histoire de l’entreprise sont aussi venus irriguer mon travail. Quant à la méthode comparatiste, la manière dont je procède est très influencée par l’extended case method de Michael Burawoy : poser des questions générales à des terrains situés, une manière de ne pas perdre de vue que cette sociologie historique du recrutement de la main-d’œuvre immigrée doit permettre de saisir les transformations générales du mode de production capitaliste dans la seconde moitié du XXe siècle.

 

A voir:

http://www.melissa.ens-cachan.fr/spip.php?rubrique445


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Günther VOGL dit :

    Mon père, de nationalité allemande, a été recruté par les Houillères du Bassin du Nord et du Pas-de-Calais en 1949. Je suis très désireux de savoir comment se faisait le recrutement pour les mines à cette époque…Merci d’avance pour des renseignements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search