Gros plan sur… la thèse de Denis Colombi, sur la mobilité professionnelle internationale

Chaque mois, le carnet du RT 12 braque le projecteur sur une recherche en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Denis Colombi, doctorant en sociologie depuis septembre 2010 au Centre de Sociologie des Organisations (Sciences-Po Paris), sous la direction de Pierre François.

 

 

PhotoVotre thèse porte sur la mobilité professionnelle internationale. Comment en êtes-vous venu à étudier ce sujet ?

A l’origine, il y a eu un intérêt de ma part pour cette question lorsque j’ai découvert, lors d’un voyage, une forte présence de Français dans deux quartiers de Mexico : leur concentration se donnait à voir par toutes sortes de signes, comme la présence d’une crêperie bretonne, avec un menu écrit en français, dans un centre commercial en face du lycée français… Je me suis dit qu’il y avait là un terrain sociologique à aborder : celui des Français à l’étranger.

Mais comment l’aborder ? Des angles différents étaient envisageables : leur place dans la ville, leur intégration, leur rapport à la France au plan identitaire et politique… J’ai choisi celui de leur carrière : comment sont-ils arrivés là ? Pour quelles raisons ? Quels emplois occupent-ils ? Comment les trouvent-ils ? A quelle logique, et à quelles contraintes, répondent leurs choix de destination ? Cet angle, qui est en fait celui de la sociologie économique, présente deux avantages : d’une part, il permet d’intégrer certaines des dimensions pré-citées comme des paramètres de la recherche – le rapport à la France, le discours plus ou moins critique que l’on peut entretenir vis-à-vis d’elle peut par exemple intervenir dans le choix de commencer à chercher un emploi à l’étranger – ; ensuite, il y a l’idée, assez courante, qu’avec la mondialisation, la mobilité internationale devient facile, notamment pour les plus diplômés. Les Français à l’étranger faisant partie des plus diplômés, il était possible de mettre cette idée à l’épreuve, de s’interroger sur l’internationalisation des marchés du travail.

J’ai réalisé un premier travail autour de la place de l’expatriation dans les carrières en Master. Les entretiens réalisés avec des Français travaillant ou ayant travaillé à l’étranger m’ont fait comprendre que la mobilité était le sujet central : il ne s’agissait plus de la prendre seulement comme une caractéristique de certains individus, dérivant par exemple de leur haut niveau de diplôme, mais comme l’objet à expliquer. En effet, il est apparu que, même à l’étranger, certains individus peuvent rester « attachés » à la France : lorsque le but de l’expatriation est d’obtenir une « expérience internationale » pour rentrer dans certains marchés internes aux grandes entreprises françaises, le retour en France peut être inévitable. Comprendre les conditions de cette mobilité ainsi que les espaces dans lesquels elle se déploie, et qu’elle constitue en même temps, est devenu mon sujet de travail de thèse.

 

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

La littérature sociologique sur la mondialisation est assez fortement liée à celle des classes sociales : se pose la question de la mobilité internationale comme nouvelle dimension de la stratification sociale. Beaucoup de travaux se sont tournés vers les « élites transnationales » tandis que d’autres s’intéressent aux classes populaires et à la « mondialisation par le bas ». Pour ma part, je me concentre sur une population intermédiaire : ceux que l’on nomme les skilled migrants. D’après les données du Ministère des Affaires Étrangères, seuls 15 % des Français à l’étranger n’ont pas fait d’études supérieures, et 53 % ont un niveau supérieur à la licence. Les autres enquêtes disponibles recoupent ces ordres de grandeurs.

Mon objectif est ainsi de lier étude des classes sociales et sociologique économique. Je mobilise particulièrement des travaux portant sur l’émergence d’un « capital international » (que l’on trouve, notamment, chez Anne-Catherine Wagner), ainsi que le cadre théorique de Saskia Sassen qui pose que la mondialisation vient avant tout modifier la notion de « contexte » : quel est le contexte pertinent pour les carrières que j’étudie ? Il n’est pas possible de penser que parce qu’un individu se trouve à l’étranger, sa carrière se fait à l’étranger : elle peut en fait se faire en France… ou dans un « espace global » irréductible à un espace national. Ce contexte doit être reconstitué par le chercheur : c’est un problème empirique. De là cette question : dans quel « contexte » s’inscrit ce « capital international » ? Il me faut souvent le ré-inscrire… dans l’espace national.

J’essaye de plus de travailler cette notion de « capital international » en prenant la métaphore économique qui la sous-tend au sérieux. C’est là qu’intervient la littérature sur les marchés du travail et l’analyse des carrières. Ce capital intervient sur des marchés du travail : il faut savoir lesquels, et surtout comment il les modifie, en particulier comment il vient modifier la concurrence en leur sein. L’« international » se constitue comme un label sur lequel vont s’appuyer les acteurs pour réaliser tant leurs choix de carrières que leurs choix de recrutement lorsqu’il s’agit des entreprises : on va vouloir avoir un « CV international », on va chercher un candidat « international », d’une façon générale, on va valoriser celui qui parvient à se réclamer de cet « international ». Ce sont en quelques sortes les « usages de la mondialisation » qui m’intéressent.

 

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

C’est toujours un problème empirique que de travailler sur la mobilité : beaucoup de méthodes d’enquête apprécient un objet qui ne bouge pas trop… Procéder par entretien est une première solution. Il s’agit d’entretiens biographiques sur la carrière de salariés travaillant dans les secteurs de l’industrie et de la finance, l’idée étant de pouvoir comparer ces deux univers. Je complète cela avec d’autres entretiens auprès des différents acteurs de la mobilité internationale : directeurs des ressources humaines, responsables mobilité internationale, consultants, représentants d’organisation promouvant la mobilité internationale, etc.

Au plan quantitatif, les choses sont plus délicates. Il existe peu de sources sur les Français à l’étranger. J’utilise donc deux enquêtes de l’Insee : l’enquête Histoire de Vie 2003 et l’enquête Trajectoires et Origines 2008. Il s’agit de deux enquêtes biographiques : les individus ont été interrogés année par année, entre autres, sur leur occupation professionnelle. Cela me permet d’utiliser des méthodes d’analyse de séquences, notamment d’optimal matching, et ainsi d’étudier les différents types de carrières possibles et la façon dont y intervient l’international. Il s’agit de méthodes encore assez nouvelles, développées dans le sillage d’Andrew Abbott, et il est très intéressant de voir les exploitations qui peuvent en être faites.

 

 

A voir:

http://www.cso.edu/cv_equipe.asp?per_id=166

http://uneheuredepeine.blogspot.com/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search