Journée d’études « Réseaux sociaux et frontières public/privé » du RT26 (Réseaux sociaux) de l’AFS

APPEL A COMMUNICATIONS

« Réseaux sociaux et frontières public/privé »

Journée d’études inter-congrès du RT 26 (Réseaux sociaux) de l’Association française de Sociologie avec la participation du RT 42 (Sociologie des élites)

23 mai 2014 – Université Paris Dauphine

  L’année 2013 a vu au travers de différents scandales toute la collusion qu’il peut exister entre l’industrie d’Internet et plus particulièrement les données provenant des sites de réseaux sociaux numériques et les domaines public et privé. Que l’on parle d’utilisation commerciale de données créées à d’autres fins ou pire d’espionnage, tout l’enjeu de l’articulation des secteurs privé et public par l’entremise de réseaux relationnels s’est fait jour de manière flagrante. L’analyse des réseaux sociaux existe maintenant depuis plusieurs décennies et peut s’appuyer sur différents résultats qui viennent éclairer ces affaires d’un œil neuf. Le principal résultat est que les réseaux ne sont pas de tant de nouveaux modes de sociabilité que des manières de saisir des changements dans l’agencement des structures relationnelles au fondement de ces sociabilités. Cela est vrai pour les réseaux d’amitié du domaine de la sphère privée voire de l’intime mais aussi pour des réseaux issus du secteur économique avec les phénomènes d’encastrement et de désencastrement que l’on connaît bien aujourd’hui. Nous proposons donc d’utiliser l’apport de l’analyse des réseaux sociaux pour comprendre ce qui se joue au niveau structural à la frontière des domaines public et privé (ou ce qui reste strictement d’un de ces deux domaines). D’une manière générale, les communications pourront se centrer sur l’analyse de cette frontière, de ces porosités ou hermétismes et de ses enjeux. Cette articulation entre public et privé pourra s’observer via des réseaux relationnels, numériques ou non. Les communications pourront également se concentrer sur l’un ou l’autre côté de cette frontière. En explicitant ce qui reste du domaine du privé, les évolutions qui y ont cours ou au contraire des réseaux à vocation publique (on pense ici par exemple aux réseaux économiques, mais cela peut-être plus large). Des communications proposant une articulation entre le concept de capital social et la frontière public-privé sont également les bienvenus. Cette articulation peut interroger la question des effets du capital social, mais il serait intéressant de regarder également comment ce capital se construit entre les sphères publiques et privées de relations de l’individu. Par exemple les liens faibles de Granovetter ne sont-ils pas une partie de ce capital qui justement sort du réseau personnel et privé de l’acteur pour investir le domaine public ? Une autre piste ici serait de revenir à la définition du capital social comme bien commun que Coleman propose. De plus, il est à noter qu’à l’occasion de la journée d’étude, une session spéciale sera organisée de manière conjointe avec le RT42 « Sociologie des élites ». En effet, Les études sur les élites bénéficient depuis longtemps des apports de l’analyse de réseaux pour rendre compte des structures de pouvoir en particulier dans le domaine économique (Interlocking Directorate). La capacité des élites à être multi-positionnées en fait une population de choix pour l’analyse de réseau. On peut dès lors essayer envisager les élites au travers des formes de sociabilités qui les rattachent les unes aux autres en même temps qu’elles fixent les hiérarchies entre elles. On pourra notamment s’interroger sur l’évolution des relations entre les lieux de pouvoir et la manière dont celle-ci contribue à la redéfinition des rapports public-privé. Les communications s’inscrivant dans cette thématique seront donc bien accueillies.   Calendrier : La journée d’étude aura lieu le 23 mai 2014 à l’université Paris Dauphine. Elle sera organisée par le pôle « quantitatif » de l’IRISSO. –        Les propositions de communications (800 mots) devront être envoyées pour le 31 janvier 2014 à cette adresse : guillaume.favre@dauphine.fr –        Les notifications de l’acceptation seront envoyées le 1er mars 2014. –        Les papiers ou supports de communication sont attendus pour le 28 avril 2014.     Comité scientifique : –     Ainhoa De Federico de la Rua, Université Toulouse 2  Le Mirail –     Michel Grossetti, Université Toulouse 2 Le Mirail –     Emmanuel Lazega , IEP de Paris –     Claire Lemercier, CNRS/IEP de Paris –     Pierre Merckle, ENS de Lyon –     Alvaro Piña-Stranger, Université de Rennes 1 –     Paola Tubaro, University of Greenwich –     Marta Varanda, Instituto de Ciências Sociais da Universidade de Lisboa –     Antoine Vion, Université de la Méditerranée   Comité d’organisation : –     Elise Penalva-Icher, Université Paris-Dauphine –     Julien Brailly, Université Paris-Dauphine –     François-Xavier Dudouet, CNRS/Université Paris-Dauphine –     Guillaume Favre, Université Paris-Dauphine –     Alvaro Piña-Stranger, Université de Rennes 1


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search