Renouveler les approches institutionnalistes sur l’agriculture et l’alimentation: la « grande transformation » 20 ans après

9782738005663FSIl y a presque 20 ans, en 1995, paraissait un ouvrage collectif de chercheurs de l’INRA (pour l’essentiel), édité par Gilles Allaire et Robert Boyer, qui traitait de « la grande transformation de l’agriculture »[1] à partir d’un ensemble de recherches s’inscrivant dans les courants régulationnistes et conventionnalistes. Le but de cet ouvrage était, dans un contexte de renouvellement des théories, de présenter des recherches ayant en commun de privilégier l’analyse des institutions, des organisations et des conventions dans le domaine agro-alimentaire (la France étant le terrain d’étude) et d’offrir une alternative à la nouvelle théorie microéconomique et la nouvelle économie publique.

 

Il visait à rendre compte des transformations structurelles des secteurs agricole et agroalimentaire depuis le milieu des années 1980 dans les pays développés, en mobilisant notamment la notion (régulationniste) de « crise structurelle », à laquelle correspondait l’idée de « grande transformation ». Une première grande transformation, passant par des crises locales et sectorielles, en France à partir des années 1960, avait mis en place les formes de croissance et de régulation de l’agriculture de masse intensive du fordisme. Puis, de nouvelles crises locales et sectorielles ont déstabilisé ce mode développement, ouvrant une nouvelle période de transition dont l’analyse était l’objet de l’ouvrage. S’il apparaissait alors, d’une part, une fragilité des trajectoires d’intensification et d’autre part, la construction de dispositifs marchands et de stratégies de différenciation à différents niveaux, la caractérisation d’un nouveau modèle en émergence restait délicate. L’ouvrage ouvrait la perspective d’une recherche visant la réalisation d’études comparatives (à partir de la multiplication d’études de cas), dont l’objet ne serait plus celui de l’émergence de formes de fonctionnement sectorielles (comme c’était le cas des recherches de la décennie précédente) mais celui des transformations de celles-ci, afin d’enrichir l’analyse générale des changements des formes institutionnelles. Vu d’aujourd’hui, il est clair qu’il y avait alors, et encore aujourd’hui, une concurrence entre différentes voies de transformation des systèmes agroalimentaires, tant du point de vue du modèle d’accumulation que du régime de régulation, tant du point de vue des conventions de qualité que des modèles de métabolisme social. Cette concurrence se manifeste par une diversité des trajectoires de ces systèmes qui se traduit tant dans la diversité des situations régionales que des discours politiques.

 

L’idée de « grande transformation » correspondait à une forme de transition que l’on pouvait alors caractériser notamment par de « nouveaux vecteurs de concurrence », l’absence de convergence entre systèmes productifs et filières, « l’organisation au cœur de la compétitivité », une recomposition technique et des compétences (cf. Introduction de l’ouvrage). Cette mutation se traduisait par une transformation des marchés, du travail et des produits, par une transformation des formes de concurrence, dans un contexte à la fois de régionalisation et d’internationalisation des systèmes alimentaires. L’ouvrage est d’ailleurs souvent cité comme pionnier dans le développement d’une « économie de la qualité » (ce qui n’est pas tout à fait le cas). La référence à Polanyi avec le choix de l’expression de « grande transformation », renvoyant à la construction socio-historique de « l’économie libérale » et au rôle de la modernisation de l’agriculture, voulait signifier que la crise du fordisme et de l’agriculture du fordisme et des politiques agricoles correspondantes remettait en chantier une grande transformation, pour faire plus de place « au marché ».

 

Aujourd’hui, comme hier, l’analyse des formes sociales de l’agriculture doit embrasser différents niveaux, les bases matérielle, intellectuelle et sociale des activités, les dispositifs techniques et financiers, le lien avec les agro-industries, les marchés, qui se sont internationalisés, les politiques publiques, réformées, ainsi que les scènes politiques et médiatiques. Vingt ans après, cependant, au-delà des grandes dynamiques structurelles toujours à l’œuvre (transformation des marchés, du travail, des systèmes de production), de nouvelles questions apparaissent qui portent sur le sens de cette « grande transformation », qui a chevauché le tournant du siècle. Depuis les années 1990, qui ont vu le démarrage d’un processus de réforme libérale de la Politique Agricole Commune (1992), puis l’entrée en vigueur du Marché Unique (1997), la fin de l’Uruguay Round et la création de l’Organisation Mondiale du Commerce (1994), la Convention sur la biodiversité (1992), le contexte international a complètement changé : importance de l’agriculture dans les pays émergents, développement des utilisations non alimentaires des végétaux, crises financières, crise « alimentaire » de 2008 et renversement de la tendance d’évolution des prix agricoles, concentration urbaine (concurrence sur le foncier, agriculture urbaine…), mouvements sociaux autour de l’alimentation et de la nature, contre l’accaparement de la terre, etc. Les questions concernant l’agriculture (qui n’a pas qu’une fonction alimentaire) et l’alimentation intègrent les discours politiques et les mouvements sociaux de façon renouvelée. Il s’agit de la sécurité alimentaire, de l’emploi et des transitions « énergétique », « écologique » et des régimes alimentaires.

 

Si l’objectif d’une « transition écologique et énergétique », dont l’agriculture est un élément déterminant, est devenu politiquement correct et l’objet de nombreuses prises de position, celles-ci s’opposent sur les voies à privilégier et sur le sens profond de cette « transition ». Le concept analytique de transition a désormais un usage principalement normatif, plusieurs programmes étant en compétition. L’idée de « grande transformation » a été reprise comme projet de rupture avec le productivisme et l’industrialisation. Selon les points de vue, on peut accorder plus ou moins de réalité à ce projet, qui est mis à l’ordre du jour en opposition à des projets de rénovation de l’agenda productiviste. Les questions sociales, quant à elles, si elles sont présentes dans le débat, ne sont que rarement explicitement intégrées dans la conception des « transitions ». Un travail critique est (toujours) nécessaire, appuyé sur une analyse minutieuse des forme institutionnelles des activités, des mouvements sociaux et des marchés (y compris financiers), pour confronter les visions de la « grande transformation » en construction

 

Le séminaire se propose de faire le point sur 20 ans de changements tant dans les questions qui se posent que dans la façon de les poser. Sont bienvenus les analyses et les travaux en rapport avec les trois thématiques précisées ci-dessous, avec une approche institutionnaliste, recouvrant différentes disciplines et courants et s’ouvrant à des perspectives peu mobilisées dans « La grande transformation de l’agriculture » de 1995, comme l’économie politique internationale ou l’économie écologique. Ce qui est attendu du séminaire est d’abord une lecture critique des processus dominants par le passé (soit sur longue période que depuis deux ou trois décennies), en revenant, d’une part, sur la nature de ces processus (la lecture de l’industrialisation de l’agriculture n’est pas la même que celle d’il y a 20 ans) et, d’autre part, en déconstruisant les éléments participant à la reproduction, à l’épuisement ou à la radicalisation des tendances passées. Le séminaire sera aussi l’occasion de débats autant sur les méthodes de recherche que sur les visions de et les engagements dans les enjeux du moment.

 

Dans les trois thématiques plusieurs sujets sont proposés, de façon non limitative. Une question transversale aux différentes thématiques est celle de l’évolution de l’hétérodoxie (notamment de la Théorie de la Régulation et de l’Economie des Conventions, là encore de façon non limitative) et des questions qui agitent la communauté des chercheurs en sciences sociales autour de l’agriculture, de l’alimentation et des autres fonctions de l’agriculture et des ressources naturelles.

 

  1. 1.       Retour sur l’industrialisation de l’agriculture et la crise structurelle de ce mode de développement :

A partir d’une vue internationale et comparative (l’ouvrage de 1995 ne considérait que l’agriculture française) et en intégrant la dimension écologique (ère du charbon, puis du pétrole transformant en profondeur les modes de production) et environnementale (biodiversité…), il s’agit d’avoir une lecture critique des processus rattachés à l’idée d’industrialisation d’agriculture et de ce que sont les ressources mobilisées aujourd’hui et demain par les activités agricoles.

–          Industrialisation/désindustrialisation

  • Types de ressources mobilisées (minéral vs organique),
  • Division du travail, formes d’organisation
  • Relai des ressources fossiles ?

–          Double intensification, diversité des approches des performances des systèmes de production agricoles

–          Bio-économie (au sens de biotechnologies), agro-carburants, agro-industries, chimie « verte »

–          Industrialisation et structures sociales (« modernisation », sous différentes formes historiques)

–          Gestion des ressources communes, gouvernance des communs créés par la modernisation, privatisation du domaine public ou professionnel…

–          Régimes de régulation avec une perspective spatio-temporelle, rôle des organisations multilatérales, des Etats, des acteurs des marchés, des forums sur les normes, des mouvements sociaux…

 

  1. 2.       Interroger la « globalisation »

La notion de globalisation a un caractère faussement évident. Il convient d’en interroger la réalité. Il est possible, qu’à certains égards, la globalisation (au moins en ce qui concerne l’agriculture et l’alimentation) ait été grandement exagérée. Dans les discours politiques, elle peut être un objectif à atteindre ou à combattre, un argument justifiant bien des choses (la « contrainte de compétitivité » ou au contraire la construction d’une « gouvernance globale » par exemple). Pour la majorité des habitants de la planète, les principaux problèmes quotidiens sont liés à des phénomènes et/ou acteurs locaux ou nationaux. Ils ne sont pas cependant à l’écart des flux migratoires, financiers, d’information. C’est dans cet entre-deux que l’on peut interroger la « globalisation.

 

Sujets possibles :

–          Internationalisation des systèmes alimentaires et des économies agricoles : crise de 2008, dérégulation, enjeux globaux, acquisitions foncières à grande échelle…

–          Libéralisation/normalisation/bureaucratisation/gouvernementalisation : rôle des normes et standards, certification, économies de services,

–          Libéralisation et réformes des politiques agricoles (régimes du commerce international, politiques européennes)

–          Le niveau local et régional, les mouvements de relocalisation et les mises en réseaux de certains mouvements, la démocratie alimentaire

–          Nouvelles formes du capitalisme agraire, financiarisation, nouvelles formes de travail

 

  1. 3.       Transitions et alternatives

La notion de transition a aujourd’hui un usage polymorphe. Elle suppose d’une certain façon que l’on sait où on veut aller et que la question est de savoir comment y aller. C’était le cas lorsqu’était débattue la question de la transition au socialisme ou, plus tard, de la transition vers l’économie de marché. Elle renvoie aujourd’hui à une diversité de transformations sociales dans différents contextes géopolitiques : transitions postfordistes (USA, Europe de l’Ouest), post-soviétiques (Europe de l’Est), libéralisation en Chine, post-apartheid, agriculture « familiale » en Amérique Latine, etc. Aucune de ces « transitions » n’est rectiligne. Elle est aussi utilisée pour rendre compte de transformations dans l’environnement intellectuel (sciences et techniques, normes, R&D, conceptions de la qualité, etc.) et dans l’organisation sociale. Enfin, elle est utilisée pour désigner des objectifs politiques, mais tend alors à rabattre la complexité des phénomènes sur des questions techniques.

 

Le séminaire se propose de mettre en questions ces « transitions », notamment en analysant les transformations en cours dans les systèmes ou réseaux de production et de diffusion des biens alimentaires, ainsi que le développement d’utilisations non alimentaires et la formation de blocs agro-chimico-industriel :

–          Sectorisation/désectorisation, re-sectorisation

–          Publicisation/socialisation/ privatisation

–          Transformation des « régimes de qualité » (question valant tant pour l’alimentation que pour les pratiques agricoles), approches anthropologiques des conceptions de la qualité et des conceptions du contrôle et de la responsabilité, gestion du « vivant », biotechnologies, agroécologie

–          Dynamiques spatiales et processus de relocalisation des systèmes agro-alimentaires, nouvelles formes d’intégration des marchés (filières et réseaux productifs)

–          Découplage des temporalités liées aux processus sociaux et naturels

–          Processus d’innovation et changements organisationnels dans les firmes et les filières agroalimentaires ou non alimentaires

 

A propos des « alternatives » des préconisations pourront être avancées et discutée.

ORGANISATION DU SEMINAIRE

–          Montpellier (SUPAGRO)

–          16 (après-midi) et 17 Juin 2014

 

Soutiens sollicités : INRA (SAE2, SAD), CIRAD, AFEP, SUPAGRO

 

Forme : un jour et 1/2 avec des interventions en plénières et des ateliers.

6 sessions de 2 h, la moitié en plénières et l’autre en sessions parallèles en 3 ateliers ou 4 (selon le nombre de participants).

Langue principale : français, mais possibilité textes et interventions en anglais.

 

Inscription

Site pour s’inscrire : http://esrcarto2.supagro.inra.fr/seminaire2014/

Frais : Une participation sera demandée pour les repas

 

Calendrier

Date de limite d’envoi des propositions de communication (résumés) : 14/02/2014, mais le plus tôt possible est le mieux pour l’organisation

Notification d’acception de la communication aux auteurs : au fur et à mesure de la réception des résumés (2 vagues : début février, fin février).

Date limite d’envoi des textes : 30/05/2014

Date du séminaire : 16 et 17/06/2014

 

Publication

Les communications donneront lieu à publication dans des actes sous formes électronique et pour une partie dans un ouvrage (objectif publication en 2015). Des dossiers dans des revues seront envisagés.

 

Comité scientifique : Gilles Allaire, Estelle Bienabe, Robert Boyer, Benoît Daviron, Harriet Friedmann, Sylvaine Lemeilleur, Olivier Favereau, Danielle Galliano, Catherine Laurent, Ronan Le Velly, Martino Nieddu, Jean-Marc Touzard, John Wilkinson.

 


[1] Allaire G. (éd), Boyer R. (éd), 1995. La grande transformation de l’agriculture. Lectures conventionnalistes et régulationnistes, INRA/ECONOMICA Collection Economie Agricole et Agro-alimentaire, 444 p. (traduction japonaise parue en 1997). Liste des contributeurs : Pierre Albert, Gilles Allaire, François Bel, Françoise Bourquelot, Robert Boyer, Emmanuelle Chevassus-Lozza, Christian Cibenel, Jean-Marie Codron, Claire Delfosse, Jacques Gallezot, Danielle Galliano, Jean-Pierre Huiban, Ane Lacroix, Catherine Laurent, Marie-Thérèse Letablier, Michel Martin, Amédée Mollard, Pierre Rolle, Robert Salais, Pierre Saunier, Bernard Schaller, Bertil Sylvander, Laurent Thévenot, Jean-Marc Touzard, Egizio Valceschini.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search