Gros plan sur… la thèse de Guillaume Yon, sur le calcul économique à Électricité de France

Chaque mois, le carnet du RT 12 braque le projecteur sur une recherche en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Guillaume Yon, doctorant depuis octobre 2010 au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’École des Mines de Paris, sous la direction d’Alexandre Mallard.

Yon Photo

Votre thèse porte sur la construction des tarifs d’Électricité de France (EDF), de la nationalisation d’avril 1946 à la mise en œuvre du tarif universel au milieu des années 1960. Comment en êtes-vous venu à travailler sur ce sujet ?

Comme étudiant j’ai été fasciné par l’œuvre de Michel Foucault, sur tous les plans : de l’écriture à la forme d’engagement dans le travail de recherche, en passant par cette pratique si particulière, empirique, de la philosophie. Par dessus tout, avec Foucault, le problème de la vérité, saisi à travers l’archéologie des formes de véridiction, devenait central pour comprendre et agir sur notre présent.

La crise des subprimes de 2007-2008 a été accompagnée d’interrogations fortes sur la posture des économistes et le statut des savoirs qu’ils produisent. J’avais reçu une formation en sciences économiques ; ces interrogations étaient partagées par les étudiants. La microéconomie était présentée comme un corpus cumulatif de théorèmes abstraits, mimant les sciences de la nature dans leur ambition nomologique et leur recherche de pureté. Dans le même temps, la lecture du premier quotidien venu montrait l’omniprésence des économistes dans la résolution des problèmes les plus pratiques et les plus clivants politiquement et moralement ! Assez naturellement ces questions sur l’économie ont rencontré mon intérêt pour Foucault. Prenant acte de l’importance de la parole des économistes dans nos sociétés, j’ai choisi d’organiser mon travail de thèse autour d’une réflexion sur le type de vérité que produit la science économique. Loin de toute critique surplombante, il s’agissait plutôt de penser la nature des connaissances construites par les disciplines économiques.

Le reste est affaire de chance : je découvre que le courant des science and technology studies (STS) a considérablement sophistiqué les intuitions foucaldiennes. L’une des figures de proue de ce courant, Michel Callon, s’est intéressé à la science économique. En divers endroits il a signalé un cas d’apparence alléchante : les ingénieurs-économistes d’EDF ont conçu la tarification de l’électricité après la nationalisation de 1946 comme une tarification optimale, inspirée par la meilleure science économique de leur temps. En retour, le calcul concret des tarifs leur a permis de contribuer activement à l’avancée de la théorie. Une visite aux archives EDF de Blois m’a conforté dans cette voie. Elles contiennent sur cet épisode un fonds d’une richesse exceptionnelle. Elles rendent possible un accès direct à la science économique en action, à l’effectuation pratique d’une figure de la vérité en économie : l’optimum.

Quelle forme prend votre enquête ?

Je travaille essentiellement sur archives, utilisant une méthode archéologique. La configuration historique étudiée ne m’intéresse pas pour elle-même, il y a d’ailleurs une historiographie très développée sur EDF. Elle m’intéresse parce que toutes les opérations qui participent à l’énonciation du vrai en économie sont visibles. Aujourd’hui le calcul économique peut s’appuyer sur un corps de doctrines stable, des marchés aux contours définis, des chaînes métrologiques en place. Ce n’est pas le cas chez EDF dans l’après-guerre. La théorie disponible, lorsqu’elle est appliquée au secteur électrique, soulève de nombreuses difficultés, il faut la remanier en profondeur, l’économie nationale est physiquement détruite et il faut la reconstruire, le marché de l’électricité est bouleversé par la nationalisation. Toutes les ressources, procédures, savoirs et instruments invisibles aujourd’hui car évidents sont dans ce cas à faire, à imposer et à justifier contre des programmes alternatifs. Dans ce type de situation, les opérations réalisées par l’économiste pour dire le comportement rationnel apparaissent clairement à l’analyste.

La réflexion tarifaire chez EDF possède une deuxième caractéristique : elle est menée en peu de temps (le premier projet de tarif, le tarif jaune, est soumis au Conseil d’administration fin 1951) par un petit groupe d’ingénieurs réunis au sein des Études économiques générales. Ce trait de l’épisode étudié rend possible l’utilisation d’une méthode classique en sociologie des sciences : l’ethnographie de laboratoire. Il s’agit de porter une attention soutenue aux pratiques, aux instruments, à l’analyse sémiotique des inscriptions, de suivre pas à pas la progressive émergence de nouveaux actants, la configuration de leurs compétences au travers d’épreuves. Il pourrait sembler paradoxal de parler d’ethnographie pour un travail sur archives si un tel croisement n’avait pas déjà produit deux études de référence, celle de Reviel Netz sur la formation de la déduction dans les mathématiques grecques et celle de Steven Shapin et Simon Schaffer sur l’émergence de la méthode expérimentale dans l’Angleterre de la Glorieuse Révolution. Dans les deux cas l’étude fine des archives permet d’accéder aux pratiques et aux styles de raisonnement en action. La mise en œuvre d’une ethnographie de laboratoire permet la suspension du discours naturalisant qui accompagne les théories achevées. En retournant au laboratoire qui les a produites on donne une autre image des théories. Elles sont connectées à une situation historique particulière, elles répondent à des exigences pratiques locales, elles mettent en relation des éléments hétérogènes.

Quels travaux, notamment en sociologie économique, vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

Les travaux de Michel Callon sur la notion de performativité sont précieux. La vérité d’une théorie économique devient un processus : l’effectuation complexe d’un agencement par résistances et accommodations. Le travail des ingénieurs-économistes d’EDF permet de souligner combien la conception de la performativité avancée par Donald MacKenzie reste à mon sens prisonnière d’une distinction rigide entre la théorie et le monde extérieur. MacKenzie pense les effets des théories économiques comme croyance ou conviction d’esprit à esprit. La thèse, fidèle en cela aux origines STS du travail de Callon, essaie au contraire de tenir le basculement pragmatiste jusqu’au bout. La théorie elle-même est pratique, elle ne relève pas tant d’un processus de conviction que de la production d’agencements matériels. Chacun de ses cadrages provoque de nouveaux débordements, qui nécessitent de reprendre le travail de théorisation.

La profondeur historique des travaux de François Vatin et Bernard Grall sur le calcul économique au XIXe siècle permet de souligner une autre dimension du processus de construction des connaissances en économie. Le calcul économique a partie liée avec des choix de valeurs, au sens d’une morale économique, le choix de prendre en charge par le calcul certains problèmes plutôt que d’autres. Walrassiens, les ingénieurs-économistes d’EDF voient dans l’application d’une tarification marginaliste au monopole un outil de justice sociale : mimer le marché de concurrence pure et parfaite pour éviter les surprofits, la transformation des tarifs de l’électricité en un impôt indirect. Ils ajoutent à cela une préoccupation propre à leur époque, une époque de pénurie, de guerre et de reconstruction : l’absence de gaspillage dans l’allocation des rares moyens d’investissement aux différents secteurs productifs de l’économie nationale. Chacun de ces cadrages se fait au détriment de la prise en charge d’autres problèmes collectifs, comme l’aménagement du territoire ou la politique industrielle. Ces choix soulèvent de nombreuses controverses, ils sont débattus, ils relancent les calculs.

En procédant ainsi j’espère participer à la formulation d’une théorie pragmatique de la vérité économique. Une théorie qui rend possible la mise en débat des énoncés de la science économique, et l’institutionnalisation d’une véritable démocratie économique.

À voir :

http://www.csi.mines-paristech.fr/blog/?p=295


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search