Séminaire “Approches Pluridisciplinaires de l’Économie”

ENS_LogoSéminaire Approches Pluridisciplinaires de l’Économie

Ce séminaire a pour objectif de proposer un espace collectif de réflexion pluridisciplinaire autour de l’économie. Il émerge d’une double frustration à l’égard d’une part des formations actuelles en économie, et d’autre part du repli croissant de cette discipline sur elle-même.

Il s’agit donc de réfléchir aux possibilités, aux atouts et surtout aux difficultés d’une approche pluridisciplinaire en économie.

Cela implique de s’interroger sur l’articulation de disciplines comme la sociologie et l’économie sur des objets communs (l’éducation, le crime, la financiarisation de l’économie, la ségrégation urbaine…), sur l’apport d’autres auteurs pour penser l’économie (Foucault, Bourdieu, Althusser, Spinoza…), et sur la question de l’usage pratique de la théorie, aussi bien du point de vue de son application par les différents économistes que de sa diffusion et de ses plateformes de transmission (recherche, enseignement, presse, etc).

Lieu : Ecole Normale Supérieure, Salle 8, 48 boulevard Jourdan, 75014 Paris (métro porte d’Orléans ou RER B Cité universitaire).

Horaire : le mercredi, de 18 à 20h.

Organisateurs : Serge Benest, Simon Bittmann, Pierre Blavier, Maxime Gueuder, Arthur Jatteau, Jules Salomone.

Le séminaire est ouvert à toutes et à tous.

Mail de contact : seminaireape [chez] gmail.com

Informations complémentaires : http://seminaireape.wordpress.com/le-seminaire/

Programme 2014

Mercredi 29 Janvier 2014 :

Séance introductive : “l’économie morale”

L’objet de la séance sera d’introduire le séminaire APE qui, cette année, prend une orientation plus marquée vers les sciences sociales. Nous discuterons le concept – on devrait même plutôt dire le domaine – de l’ « économie morale » tel qu’il a été introduit par EP Thompson dans son article de 1976, ainsi que certaines de ses multiples évolutions ultérieures. Souvent discuté en histoire ou en sociologie, ce concept n’a pour l’instant nourri que peu de débats dans le domaine de l’économie.
Peut-être est-il trop décalé, inadapté ou à la marge des objectifs que se fixe la discipline économique, il n’en reste pas que la proximité nominale nous pose question. Nous l’envisagerons dans un cadre assez large, de rapport entre le fonctionnement de la structure économique et les
résistances ou les « régulations » qui s’opèrent au sein de ce qu’on a pu communément appeler la « société civile ». Cette articulation entre le domaine des « prix » et celui de la justice ou des contestations intestines au monde social nous permettra d’introduire les différents cycles de
séances proposées ce semestre. Sans parler de « thématique », nous pensons simplement que cette expression permettra de présenter le cadre de travail de ce semestre et de discuter de pluridisciplinarité au sein du séminaire.

Mercredi 5 Février 2014 :

Cycle Économiste comme Ingénieur Social (1) : L’économiste comme ingénieur social ?

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le terme d’ingénieur social revient fréquemment pour définir une certaine frange des chercheurs en sciences sociales. Or, si la définition de l’ingénieur est claire lorsque ce dernier pratique la physique ou la chimie, cette dernière devient beaucoup moins évidente lorsqu’il utilise les sciences sociales. Nous chercherons alors à décrire la manière dont l’ingénieur en sciences sociales, et particulièrement en économie peut être définit.
Théoriquement, nous chercherons à décrire de quelle manière il se différencie d’un théoricien pur en particulier dans son rapport à la réalité.  L’enjeu sera aussi de comprendre comment ce nouvel attribut a pu influencer le dialogue de l’économiste avec les autres chercheurs en sciences sociales. Nous envisagerons l’influence de cette posture dans le rôle des économistes au sein de la société.

Intervenant : Michel Armatte

Mercredi 19 Février 2014 :

La possibilité d’une ” économie politique du genre ” ?

Le genre, plus précisément la construction sociale des rôles sexués, impose de repenser la manière dont on fait de l’économie. En effet, malgré l’entrée massive des femmes sur le marché du travail qui constitue un des faits économiques majeurs de la deuxième partie du XXème siècle, la théorie économique n’a que tardivement intégré la question du genre dans son analyse. Inégalités femmes-hommes, économie féministe, économie du genre, nous nous proposerons d’étudier les différentes tentatives qui ont cherché à penser le genre ou bien comme objet d’étude, ou bien comme catégorie d’analyse pour l’économie.

Que faire de l’opposition frontale entre la nouvelle économie de la famille pensée par Becker, et une économie politique du genre d’inspiration marxiste, qui dans les années 1970 a conceptualisé l’économie domestique pour penser la domination à l’intersection entre famille et marché du travail ? Faut-il craindre ou se réjouir des développements plus récents de la théorie standard (négociations intra ménage, théorie des jeux, préférences endogènes) ?

Lors de cette séance, nous discuterons de la pertinence et des limites des outils qu’a à nous offrir la théorie économique dans la discussion des problématiques liées au genre.

Intervenantes : Clémentine Van Effenterre et Pauline Grégoire-Marchand

Mercredi 5 Mars 2014 :

L’idéologie économique du parti socialiste

Depuis sa prise de pouvoir, le gouvernement socialiste a choisi de mettre en place une politique économique de l’offre par une rhétorique de défense de la compétitivité des entreprises (Crédit impôt recherche, stabilisation des coûts salariaux, diminution de la part de l’Etat dans le PIB…). Cette politique s’éloigne de la définition marxiste du socialisme qui, selon lui, est une étape de transition vers le communisme. Ainsi, nous rechercherons à comprendre historiquement et socialement, en partie grâce aux outils de la science politique, l’évolution de l’idéologie
économique du parti socialiste depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et la « synthèse marxo-blumienne » à l’élection de François Mitterand.

Intervenant : Mathieu Fulla

Mercredi 12 Mars 2014 :

Cycle Économiste comme Ingénieur Social (3) : L’expertise économique en temps de crise

De nombreuses voix s’élèvent actuellement en reprochant aux experts de l’économie de ne pas être capable d’apporter des conseils politiques pertinents. L’un des arguments souvent avancé est le fait que le paradigme explicatif des experts n’est plus en vigueur à la suite d’une crise. Nous avons souhaité interroger cette affirmation par une approche socio-historique de l’évolution du rôle de l’expert social – souvent un statisticien – lors de la crise de 1929. Nous étudierons la manière dont ces experts ont dû réinventer leur rôle social mais aussi leur pratique.

Intervenant : Emmanuel Didier

Mercredi 19 Mars 2014 :

Spinoza, Marx et la théorie de la régulation

Les années 1960 auront été en France, notamment en la personne de Louis Althusser, l’époque d’un renouvellement important de la pensée marxiste, rendu entre autres possible par un réinvestissement du spinozisme. Aujourd’hui, ce même Spinoza est celui qui, à en croire Frédéric Lordon, serait susceptible de planter les germes d’un renouveau des sciences sociales. Entre les deux, c’est la théorie de la régulation, attachée en particulier au nom de Robert Boyer, qui d’une part a souhaité donner au marxisme althussérien la consistance d’un programme de recherche en économie, et à l’école de laquelle, d’autre part, Lordon a fait ses premières classes. Seulement, d’un groupe d’auteurs à l’autre, il ne semble pas que ce soient les mêmes Marx et Spinoza qui soient lus et mis au travail. L’objet de cette séance sera donc d’étudier les glissements dont les lectures successives de ces deux corpus ont fait l’objet, d’ainsi mieux comprendre sur quoi se fondent les programmes respectifs de recherche de la théorie de la régulation et de l’acclimatation de Spinoza aux sciences sociales, et de s’interroger sur leur fécondité.

Mercredi 26 Mars 2014 :

Cycle Monnaie (1) : Marx : Crédit, monnaie et crise

Le chapitre I du livre I débouche sur l’introduction de la monnaie comme équivalent général des échanges. Cette thèse a été à l’origine de nombreux débats, au point que le reste des analyses fournies par Marx sur les questions monétaires et financières ne sont pour la plupart jamais mentionnées. La production étant déterminante en dernière instance, on a souvent considéré les questions d’échanges comme secondaires pour l’analyse du capitalisme. La situation financière mondiale appelle néanmoins à une analyse matérialiste des crises, et nous tenterons de définir l’embryon d’un tel projet dans certains textes du Capital, en particulier le chapitre 3 du livre I et le livre III (sections 4, 5 et 6).

Mercredi 2 Avril 2014 :

Cycle Inégalités (1) : L’analyse des inégalités au XXème siècle, une introduction.

Les inégalités prennent une place de plus en plus importante dans la compréhension et la dénonciation du système économique et social. Pour commencer le cycle, nous nous proposons de faire un retour critique sur l’analyse des inégalités en France. Cela veut dire revenir à la fois sur
l’accroissement contemporain de ces disparités économiques, et sur le fait que le prisme des inégalités domine à présent la critique sociale. En particulier, nous essaierons de comprendre les implications de la disparition des concepts autrefois légitimes d’aliénation, de lutte de classes,
d’exploitation, et ce qui a été gagné et perdu avec cette grille de lecture par les inégalités.

Intervenant :  Guillaume Fondu
Remarque : il est possible que la date de cette séance change en fonction des disponibilités des intervenants.

Mercredi 9 Avril 2014 :

Cycle Inégalités (2) : Travailler en économiste sur les inégalités

Cette séance sera consacrée au dernier livre de M. Thomas Piketty : Le Capital au XXIe siècle. En plus des multiples et importants résultats scientifiques qu’il expose, cet ouvrage nous intéresse à plusieurs titres : la méthode employée par Thomas Piketty, basée sur la constitution et
l’exploitation de séries temporelles longues extraites de données historiques (enquêtes fiscales…), peut constituer un exemple de recherche transdisciplinaire, mêlant analyse économique et histoire. Si elle entre parfaitement dans le cadre général de notre séminaire, l’usage d’une telle
méthode peut surprendre : serait-elle un aveu d’impuissance de la science économique, inapte à elle seule à saisir la réalité de cet objet d’étude ? Nous aurons la chance de pouvoir discuter de ces questions directement avec Thomas Piketty, qui viendra lui-même nous présenter son livre.

Intervenant : Thomas Piketty
Remarque : il est possible que la date de cette séance change en fonction des disponibilités des intervenants.

Mercredi 30 Avril 2014 :

Cycle Monnaie (2) : Monnaie et savoir économique

Les controverses dont la monnaie fait l’objet ont le mérite de rendre particulièrement saillants les écarts doctrinaux qui opposent les multiples courants de la théorie économique : économie autrichienne (Menger, von Mises), néo-classisme et équilibre général (Jevons, Kiyotaki et Wright), keynésianisme et post-keynésianisme, économie marxiste. Les débats portent ainsi sur quelques problèmes clés :
1) d’où vient la monnaie (est-elle en continuité avec le troc ? procède-t-elle d’abord des pratiques de crédit ?) ;
2) faut-il distinguer une monnaie-marchandise (négociable contre d’autres marchandises) d’une monnaie-crédit (destinée à l’emprunt) ?;
3) comment doivent s’articuler la théorie de la monnaie et la théorie de la valeur ?
Les réponses données à ces questions par ces différentes écoles sont décisives en ceci non seulement qu’elles rendent possibles le projet d’un savoir économique, mais également qu’elles permettent de clarifier les débats entre tenants (hétérodoxes) d’une économie politique et chantres (mainstream) de la science économique. Nous contrasterons enfin ces mêmes réponses avec la théorie aristotélicienne de la monnaie, à laquelle Marx rend hommage, mais qui pourtant semble devoir saper les fondements d’un tel savoir économique.

Mercredi 7 Mai 2014 :

Cycle Inégalités (3) : Le système des inégalités

Nous nous sommes jusque-là concentrés sur les inégalités économiques. Qu’en est-il des autres formes : scolaires, statutaires, culturelles, générationelles, réticulaires… Comment ces différentes composantes se cumulent-elles (ou parfois s’opposent/entrent en concurrence) ? Y a-t-il un rôle déterminant des inégalités économiques sur ces autres facteurs ? Que dit la pensée économiques sur ces différentes dimensions, et la science économique peut-elle participer à une analyse systémique des inégalités ? L’idée est de discuter de la question du pluralisme/ de la pluralité dans l’approche des inégalités.

Intervenant : en cours de coordination

Mercredi 14 Mai 2014 :

Cycle Monnaie (3) : Polanyi et la sociologie économique américaine

L’œuvre de Karl Polanyi a largement contribué au renouvellement de la sociologie économique aux Etats-Unis (Granovetter, Zelizer, etc.), elle a été mobilisée afin de dessiner les contours d’une troisième voie à l’analyse du marché, entre l’approche « économiciste » (théorie marxiste et théorie néoclassique) et la sociologie de Talcott Parsons. Nous pensons qu’un bilan critique sur cette œuvre et ses utilisations s’impose aujourd’hui et nous nous appuierons pour ce faire sur des critiques internes qui émergent au sein de la discipline (Fontaine, Krippner) ainsi que sur une analyse plus directe des textes de Polanyi : nous partirons de l’exemple de la monnaie pour illustrer le propos.

Mercredi 21 Mai 2014 :

Combiner économie et sociologie : l’exemple des expérimentations aléatoires

Ce séminaire est un appel à un croisement de regards. Cet objectif est souvent loué en théorie et présenté comme extrêmement fertile. Néanmoins, les expériences « de terrain » ne sont pas si nombreuses, et révèlent des difficultés parfois imprévues. Nous prendrons l’exemple de deux approches qualitatives qui sont venues compléter des expérimentations aléatoires, l’une au Cambodge, l’autre au Maroc.

Intervenantes :  Isabelle Guérin, Solène Morvant-Roux.

Mercredi 4 Juin 2014 :

La régression est-elle une régression ?

Il s’agit d’examiner l’usage de la régression, aussi bien en économie, où elle est omniprésente, qu’en sciences sociales en général. Perçue comme quasiment « naturelle » pour attester du lien entre deux phénomènes, on ne doit pas pour autant manquer de s’interroger à son sujet. Qu’apporte (ou que n’apporte pas) la régression à la compréhension des phénomènes économiques et sociaux ? Est-elle suffisante, nécessaire ? Quels autres outils quantitatifs peuvent venir compléter (ou remplacer) la régression, si présente en économie ?

Intervenants : Brigitte Le Roux (sous réserve) et Frédéric Lebaron.

Mercredi 11 Juin 2014 :

Cycle Économiste comme Ingénieur Social (2) : Expertise économique et décision politique

Pour Samuelson, la Seconde Guerre mondiale a été la guerre des économistes car c’est à cette période que ces derniers ont vu leur rôle de conseils et d’expertise croitre aux USA. Au cours de la seconde moitié du 20ème siècle, le rôle de conseil et d’expertise des économistes s’est développé. Il est donc nécessaire d’étudier l’influence de cette expertise économique. Pour cela, nous étudierons le cas particulier de l’introduction d’un modèle économique au sein du commissariat au plan français et les évolutions que cela a impliqué dans ces négociations sociales.

Intervenant : Thomas Angeletti.
Remarque : il est possible que la date de cette séance change en fonction des disponibilités des intervenants.

tommasopardi

Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l'IDHE de Cachan

More Posts


tommasopardi

Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l'IDHE de Cachan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search