Appel à communications : “La finance au travail”

La_finance_au_travail_appel_a_comm-Colloque international

La finance au travail

Université Paris-Ouest 9 et 10 Octobre 2014
Appel à communications

 

Le présent appel à communications cherche à rassembler des recherches sur le travail financier afin de continuer à interroger la financiarisation.

I. La financiarisation en question

L’augmentation de la part des financiers dans les échanges caractérise la financiarisation de l’économie. Cette dernière a donné lieu, en particulier suite aux crises financières ayant marqué le tournant du XXème siècle, à des analyses opposant finance et économie, valeur spéculative et valeur réelle (Orléan, 2011), patrimoine et revenus (Piketty, 2013). Ces analyses opposent, d’une certaine façon, capital et travail, en envisageant ces deux catégories d’un point de vue macro, laissant dans l’ombre toute une série de processus intermédiaires. Si cette lecture est intéressante pour analyser les conséquences de la financiarisation, elle est pourtant de faible recours pour en analyser la dynamique. En effet, elle fait de la finance un mécanisme d’allocation des capitaux pour l’économie, abstrait, désincarné et endogène au capitalisme financier lui-même. Ce processus aboutit à une certaine tautologie puisque la financiarisation s’explique ainsi par le succès de la finance.

1. La financiarisation comme résultat d’un travail

Or, deux autres interprétations du phénomène de financiarisation débouchent sur d’autres voies d’analyse de ce processus historique.
D’une part, la financiarisation peut renvoyer àl’émergence et à la multiplication d’agents économiques dont l’activité est dédiée à la finance. En effet, à l’instar d’autres marchés, les marchés financiers ne se développent pas sui generis (White, 1981, Fliegstein, 2001). La sociologie économique s’est penchée sur les marchés financiers pour montrer par exemple que ces derniers peuvent être compris à travers les médiations des traders (Abolafia, 1996 ; Baker, 1984 ; Zuckerman, 1999 ; Godechot, 2007 ; Orléans, 2004 ; Knorr Cetina et Preda, 2005). Des travaux sur les banquiers mettent également en évidence leur rôle de « vendeurs », cherchant à répondre aux souhaits des clients mais également à susciter leur demande (Mizruchi et Stearns, 2001). Ainsi les marchés financiers sont accompagnés par des organisations intermédiaires dont l’activité croît parallèlement au développement de ces marchés : banques, assurances, fonds d’investissement, cabinets d’audits, agences de notation, cabinets d’avocats, etc. A l’intérieur de ces organisations, ce sont également de nouveaux métiers qui ont émergé, qui se sont spécialisés et divisés : analystes financiers, traders, gestionnaires d’actifs, responsables de participation, auditeurs, avocats d’affaire, etc. Pour toutes ces organisations ou ces individus, la finance est un travail : c’est une activité à diviser et à organiser et par conséquent un métier pour les employés. Ce métier occupe une position élevée dans la division sociale du travail et est associé à des rémunérations conséquentes (Godechot, 2012).

D’autre part, la financiarisation peut aussi s’entendre comme le processus par lequel les représentations du travail comme les pratiques par lesquelles il s’effectue et les techniques qui le rendent possibles sont progressivement influencées par les logiques financières. A ce titre, différents travaux montrent comment l’activité des directeurs de société a été modifiée par le changement d’actionnariat au profit des investisseurs institutionnels (Useem, 1996) et le développement du principe de Shareholder Value (Fligstein, 2001). Ce mouvement de financiarisation peut aussi s’étendre à la sphère de la vie quotidienne (Martin, 2002). Mais dans les deux cas, l’expansion de ces logiques financières met en jeu un travail, celui d’institutions ou d’acteurs qui participent à la diffusion des idées et dispositifs financiers. Comme pour d’autres champs organisationnels, la finance et ses normes ne peuvent être comprises sans mettre en évidence les acteurs à l’origine de ces dynamiques, les « entrepreneurs institutionnels » (Dacin, Goodstein et Scott, 2002 ; DiMaggio, 1998 ; Hardy et Maguire, 2008 ; Lawrence et Suddaby, 2006).

2. Le travail des financiers

Comprendre la financiarisation à partir de ces deux dynamiques, montée en puissance des acteurs financiers d’une part et diffusion de logiques financières, d’autre part, invite à ne pas voir une surdétermination des phénomènes économiques par «la finance», comprise comme mécanisme économique d’allocation des capitaux. A l’inverse, cette perspective souligne l’existence d’un effet propre du travail dans la finance, au sens où ces mécanismes d’allocation ne peuvent exister sans l’activité de ceux qui les pensent, les organisent, les décident, etc. Ainsi plutôt que d’opposer finance et travail, il semble opportun de comprendre en quoi la finance est le produit d’un travail spécifique, et en quoi ce travail participe, par ces spécificités même, à déterminer la forme des allocations de capitaux.

Dans l’imaginaire collectif, le financier est associé au capitaliste, c’est-à-dire celui qui détient les capitaux. Or, de la même façon que le capitalisme managérial a fait émerger un rôle de « manager », distinct du rôle de propriétaire (Bearle and Means, 1932), le capitalisme financier s’appuie sur des financiers qui, dans la plupart des cas, ne sont pas les propriétaires des actifs financiers qu’ils achètent, vendent, échangent, conseillent, etc. Ils sont dans leur grande majorité salariés des firmes qui les emploient, même si leurs modalités de rémunération et leurs conditions d’activité leur permettent d’obtenir des revenus largement supérieurs à ceux des salariés non financiers (Godechot, 2012). Néanmoins, la façon par laquelle ces travailleurs captent ces rémunérations a des incidences sur le travail financier qu’ils produisent et sur leurs façons de l’envisager (Godechot, 2007).

Saisir les financiers en travailleurs suppose donc de porter attention à leurs conditions d’emplois et aux liens juridiques et financiers qu’ils ont avec les détenteurs de capitaux, leurs employeurs ou mêmes leurs clients. Cela suppose aussi de comprendre de quoi est faite leur activité quotidienne, concrète, et en particulier les savoirs et dispositifs techniques dans laquelle elle prend forme. L’analyse des formes de coopération ou de compétition entre travailleurs, au-delà de leurs appartenances organisationnelles respectives, en mettant à jour les liens entre ces acteurs participe à rendre compte de la façon dont la finance se fait. De la même façon, conceptions of the role, rhétoriques professionnelles, modalités de carrières, peuvent donner lieu à une analyse pour comprendre les normes professionnelles qui orientent l’activité financière, comme des conventions et critères de jugement du travail.

II. Propositions attendues

Le colloque souhaite rassembler des travaux ayant pris le travail financier comme objet, à partir de plusieurs catégories d’acteurs de l’espace de la finance. D’une part les financiers eux-mêmes : directeurs financiers, analystes financiers, auditeurs, consultants, traders, gestionnaires d’actifs, etc., au sein de structures diverses (banques, cabinets d’audits ou de conseil, sociétés privées ou publiques, agences de notations, etc.). D’autre part, les acteurs en lien avec les financiers : avocats d’affaires, acteurs du marché du travail financier (cabinets de recrutement et organisateurs du marché du travail, organismes de formation et d’accréditation, organismes de classement), acteurs des instances de régulation nationales et supra-nationales (FMI, Banque mondiale, Réserve fédérale Américaine, banque européenne, IASB, AMF, ANC, etc.), acteurs de la presse financière, des Think Tanks (groupes de réflexion) ou des syndicats (Medef par exemple).

Les propositions attendues pourront s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants

1. Activité et dispositifs

L’activité quotidienne des financiers repose sur de nombreux dispositifs techniques, qu’ils soient formules de calcul, logiciels, écrans, notations, règles comptables et financières, etc.
Partant des analyses existantes sur ces questions, nous aimerions approfondir la façon dont ces dispositifs participent à définir l’activité professionnelle des financiers, produisant routines ou représentations. Une approche des autres modalités de structuration de l’activité comme l’organisation et la division du travail, les horaires et rythmes de travail, les définitions des compétences et performances, les outils d’évaluation et de promotion sera bienvenue pour compléter des approches des dispositifs financiers. Des travaux portant sur d’autres occupations que celles de la finance de marché, déjà largement enquêtées, sont particulièrement souhaités. On pense en particulier aux acteurs du Private Equity, aux opérateurs des mergers and acquisitions, aux journalistes financiers, aux CFO, etc.

2. Profession et trajectoires professionnelles

La possibilité de salaires et bonus élevés, les transformations technologiques comme les transformations règlementaires ont profondément modifié les perspectives de trajectoires sociales et professionnelles dans l’univers financier et ceci dans un double mouvement. Nous aimerions comprendre les trajectoires professionnelles des financiers et leur recomposition dans le temps, tant du point de vue de l’espace financier lui-même que de ses relations avec d’autres espaces professionnels. Comment devient-on financier ? Que fait-on après avoir été financier ? Quels sont les points de bifurcation à l’intérieur d’une carrière dans la finance ? Quels sont ceux qui amènent à en sortir ? On cherche en particulier à mieux saisir quelles caractéristiques sociales, scolaires, de genre ou ethniques jouent dans la construction des trajectoires professionnelles. Des analyses en termes de genre trouveront particulièrement leur place dans cette série d’interrogations.

3. Concurrence, Coopération et communautés

La financiarisation des marchés repose sur une logique de standardisation et de dépersonnalisation qui semble être en contradiction avec la logique des réseaux de la finance de marché traditionnelle. Par ailleurs, la plupart des travaux sociologiques sur les activités financières modernes montrent l’importance écrasante des réseaux qui encadrent l’activité financière quotidienne. Au-delà de ces perspectives suggestives, on a besoin d’en savoir plus sur les formes concrètes de ces réseaux. D’où viennent-ils ? Comment s’étendent-ils ? Comment fonctionnent-ils au quotidien ? Comment participent-ils à structurer ou réguler la concurrence entre les organisations et entre les professionnels ? Quels types de combinaison entre concurrence et coopération peut-on y trouver ?

4. Travail institutionnel et diffusion des logiques financières

On cherchera ici à comprendre les processus de diffusion des logiques financières, à partir de l’institutionnalisation de normes organisationnelles et/ou professionnelles, comme à partir des dispositifs financiers utilisés. La diffusion du principe de Shareholder Value, et en particulier de ses différentes formalisations et traductions, est au cœur d’un questionnement qui porte sur la construction, la légitimation, la circulation, la critique et la réaction à la critique de ces logiques financières. Les travaux pourront approfondir la question des réseaux participant à cette diffusion. Les travaux pourront contribuer à saisir les processus par lesquels la finance est réglementée, en mettant au jour la façon dont la circulation des normes financières relève d’une capture du droit (Stigler, 1981) par les professions financières. Une comparaison raisonnée et différenciée des modalités et de l’ampleur de la diffusion des normes financières permettrait de rendre compte de la spécificité des espaces nationaux et des contextes institutionnels et organisationnels interagissant avec les dynamiques professionnelles de l’espace de la finance.

III. Organisation

1. Calendrier

Dates du colloque : 9 et 10 Octobre 2014
Propositions attendues pour 1er Avril : Résumé de 400 mots, en anglais, avec indications de l’axe à envoyer à financeatwork@u-paris10.fr
Avis du comité scientifique : 15 mai
Réception des papiers : 15 septembre 2014

2. Comité scientifique

Jens Beckert; Valérie Boussard; Eve Chiapello; Franck Dobbin; Olivier Godechot; Emmanuel Lazega; Karen Ho; Donald MacKenzie; Sabine Montagne; Fabian Muniesa

3. Comité d’organisation

Marlène Benquet (IRISSO), Valérie Boussard (IDHE), Marie-Anne Dujarier (LISE), Pierre François (CSO), Joel Laillier (IDHE), Benjamin Lemoine (IRISSO)

IV. Bibliographie

Abolafia M.Y., 1996, Making Markets. Cambridge University Press
Baker W.E., 1984, “The social structure of a National Securities Market”, American Journal of Sociology, 89, 775-811
Berle A.A., Means G.C., 1932, The modern corporation and Private Property, Macmillan, New York Dacin, M. T., Goodstein, J. et Scott, W. R., 2002, “Institutional theory and institutional change: introduction to the special research forum”, Academy of Management Journal, 45 (1), p. 45-57. DiMaggio, P. J., 1988, “Interest and agency in institutional theory”, in Zucker, L. G. (dir.), Institutional patterns and organizations, Cambridge, Ballinger, p. 3-32.
Fligstein, N., 2001, The Architecture of Markets, Princeton, Princeton University.
Godechot Olivier, 2007, Workingrich. Salaires, bonus et appropriation du profit dans l’industrie financière, La découverte, « Textes à l’appui »
Godechot Olivier, 2012, « Is finance responsible for the rise in wage inequality in France? », Socio- EconomicReview, 10 (2), p. 1-24.
Hardy, C. et Maguire, S., 2008, “Institutional entrepreneurship”, in Greenwood, R., Oliver, C., Suddaby, R. et Sahlin-Anderson, K. (dir.), The Sage handbook of organizational institutionalism, Londres, Sage
Knorr Cetina K. etPreda A., 2005, The sociology of financial markets, Oxford University Press, Oxford
Lawrence, T. B. et Suddaby, R., 2006, “Institutions and institutional work”, in Clegg, S. R., Hardy, C., Lawrence, T. B. et Nord, W. R. (dir.), Handbook of organization studies, Londres, Sage, p. 215-254. Martin R., 2002, The Financialization of daily life, Philadelphia, Temple University Press

Mizruchi M. et Brewster Stearns L., 2001, « Getting Deals Done : The use of Social Networks in Bank Decision-Making », American Sociological Review, 66, 647-671
Orléan A., 2004, « L’économie des conventions : définition et résultats », in Orléan A. (ed.), Analyse économique des conventions, 2ème édition, Paris, PUF
Orléan, A., 2011, L’empire de la valeur, Refonder l’économie, Paris, Seuil.

Piketty, T., 2013, Le capital au XXIème siècle, Paris, Seuil.
Stigler G., 1971, « The Theory of Economic Regulation », The Bell Journal of Economics and Management, 2.
Useem, M. 1996. Investor Capitalism, How Money Managers are Changing the Face of Corporate America. New York, NY: Basic Books.
White, H. C., 1981, « Where do markets come from ? », American Journal of Sociology, 1981, 87 Zuckerman E.W., 1999, “The Categorical Imperative: Securities Analysts and the Illegitimacy Discount”, American Journal of Sociology, 104, 1398-1438

tommasopardi

Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l'IDHE de Cachan

More Posts


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
tommasopardi (12 février 2014). Appel à communications : “La finance au travail” Sociologie économique. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/uafi


tommasopardi

Sociologue, chargé de recherche au CNRS à l'IDHE de Cachan

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search