Offre de thèse en sociologie autour des Living Labs en Santé & Autonomie

TECHCICOaccroche_170px.png_170x170L’équipe Tech-CICO (http://techcico.utt.fr/fr/index.html) de l’Université de Technologie de Troyes (UMR CNRS 6281) propose un sujet de thèse en sociologie (financement d’octobre 2014 à octobre 2017) intitulé à titre indicatif “L’innovation à l’épreuve : approche comparative et ethnographique de Living Labs en santé & autonomie”

Les Living Labs sont des espaces physiques d’expérimentation ou a minima de concertation. De façon itérative, ils prétendent organiser la participation à la conception d’artefacts techniques ou de services, les destinataires/bénéficiaires de ces solutions. Ils visent ainsi à sortir d’un schéma linéaire et top-down de diffusion des innovations où, pour le dire abruptement, des ingénieurs-experts de services R&D de grandes firmes proposent des nouveautés (technologiques). Des entités plus opérationnelles (commerciales, marketing) leurs emboîtent alors le pas, tandis que des utilisateurs finaux se voient convoqués en bout de course, c’est-à-dire souvent en phase de test d’acceptabilité d’une offre déjà grandement ficelée. Les Living Labs, sur le papier, promeuvent a contrario un mode d’innovation ouvert, collaboratif, suscitant l’implication de diverses parties prenantes sur un territoire donné et, par conséquent, visent à « démocratiser » le processus d’innovation. L’adjectif « living » manifeste quant à lui la volonté de se situer « dans la vraie vie » et non dans le futurisme technologique désincarné, de même qu’il invite à la réplique de lieux de vie réels pour réaliser des expérimentations.
Le parti pris de ce sujet de thèse en sociologie est de considérer que ces orientations appellent à être confrontées à une enquête de terrain. Et ce, pour étudier concrètement ce que « donnent » des initiatives de cette nature, pour appréhender quelles dynamiques elles enclenchent ou relancent. Les enseignements empiriques devront être mis en résonnance avec la littérature en sociologie de l’innovation.
Afin de circonscrire de manière réaliste le travail de thèse, le domaine de la santé et de l’autonomie, retiendra l’attention. Pour y aider, le forum des Living Lab en santé et autonomie, crée en 2012, est partenaire de cette thèse. Cela facilitera l’accès à des Living Labs en vue de la réalisation de monographies. Trois enjeux de recherche sont pour l’heure identifiés :
• Le premier concerne la genèse de l’expression « Living Lab », ses premières occurrences, et la logique de diffusion faisant qu’elle s’impose aujourd’hui, en l’occurrence dans le champ de la santé et de l’autonomie.
• Le deuxième enjeu de recherche porte sur l’implication des destinataires des services ou produits issus des Living Labs, à savoir des personnes âgées. Comment s’organise-t-elle ? Suppose-t-elle des évolutions dans la division du travail et le travail lui-même de certains professionnels ? Que fait-on des compétences acquises et des connaissances co-construites, au-delà et en deçà d’une finalité productive ? Comment se lève la difficulté de formuler des attentes de nature « technologique » pour des personnes âgées ?
• Le troisième enjeu de recherche est l’étude du hiatus entre l’innovation-dispositif (le Living Lab) et l’innovation-résultat ? Qu’est-ce que « donnent » les Living Labs étudiés, non sur un plan comptable mais au plan de la dynamique territorialisée qu’ils génèrent ? Plus généralement, comment mettre en tension ce projet de démocratisation et la thématique de l’innovation ?
Afin d’adresser et de peaufiner ces enjeux de recherche, une démarche comparative et ethnographique (combinant entretiens, observations et analyse documentaire) devra être mise en oeuvre, par le truchement de la réalisation de monographies de trois Living Labs français en santé et autonomie. Quelques expérimentations ou projets-clefs pourront également être ciblées et suivies sur un temps long. La thèse s’inscrira dans le champ de la sociologie de l’innovation.
Mots clefs :
Living Labs, approche comparative, sociologie de l’innovation, santé et autonomie, technologie.
Nom de l’encadrant à contacter : gerald.gaglio@utt.fr , Université de Technologie de Troyes, ICD (Institut Charles Delaunay), UMR CNRS 6281 / équipe Tech CICO (Technologies pour la Coopération, l’Interaction et les Connaissances dans les Collectifs).
Eléments à transmettre : CV et lettre de motivation à envoyer avant le 15 mai 2014 dernier délai (avec lettres de recommandation si possible).
Diplôme requis ou en cours d’obtention : Master 2 en sociologie, anthropologie/ethnologie, information&communication, ou science politique.
Qualités attendues : capacité à mener une enquête de terrain (réalisation et analyse d’interviews semi-directifs, collecte de matériaux écrits, observations in situ), goût et aptitude pour la conceptualisation, curiosité, appétence pour le domaine de la santé et les technologies de l’information et de la communication, lecture aisée de textes académiques en langue anglaise.
Planning prévisionnel : octobre 2014 (début)- octobre 2017 (fin).
Lieu : Université de Technologie de Troyes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search