Gros plan sur… La thèse de Yoann Boget, sur les rationalités des travailleurs précaires en Allemagne et en France

Selfy Yoann

Thèse dirigée par Serge Paugam à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, au sein de l’Équipe de Recherche sur les Inégalités Sociales du Centre Maurice Halbwachs.

Votre thèse porte sur les travailleurs précaires en Allemagne et en France. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma réflexion part d’un paradoxe apparent. Les métamorphoses du marché de l’emploi ont fait apparaître de multiples formes d’emploi précaires (qui ne se confondent pas complètement avec les formes atypiques d’emploi) largement perçues comme moins désirables à l’emploi « normal ». Par ailleurs, ces emplois précaires se conjuguent souvent à un travail dégradé (monotone, astreignant, déconsidéré, etc.). De plus, de nombreux économistes ont pointé le manque d’incitation à occuper ces emplois par rapport aux seuils des minima sociaux (les fameuses « trappes à inactivité »). Or, des gens luttent pour obtenir ces emplois, pour s’y maintenir et s’y impliquent. À l’origine, mon travail a pour objectif d’expliquer ce qui apparaît comme une aliénation volontaire. L’hypothèse principale, d’inspiration durkheimienne, part du principe que l’emploi est au fondement de l’intégration sociale. À travers lui, les agents cherchent à participer de la solidarité organique. Autrement dit, dans nos sociétés, l’emploi fonde l’identité sociale si bien qu’il devient un enjeu central pour les agents dès lors que la norme de l’emploi stable, protégé, à plein temps est menacée.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Concrètement, l’objectif est d’expliquer les valeurs et les raisonnements des travailleurs précaires par leur position et leur trajectoire dans le précariat, pensé comme condition sociohistorique. Pour ce faire, je me suis fixé pour objectif d’expliquer les rationalités des agents face à l’emploi précaire. L’expression « expliquer les rationalités », qui peut paraître incongrue tant pour l’économie standard que pour de larges franges de la sociologie, engage l’essentiel des grandes options qui sont au fondement de mon travail. On peut les résumer brièvement.

La rationalité n’a aucune substance a priori, pas plus qu’elle ne représente une propriété anthropologique. Cette conception de la rationalité renvoie dos à dos la démarche hypothético-déductive de l’économie standard et la théorie de la rationalité ordinaire de Raymond Bourdon. Conçue pour expliquer les conduites, elle est une instance conceptuelle abstraite que l’enquête doit reconstruire de façon inductive à partir des observations. En ce sens, mon concept de rationalité est extrêmement proche de celui développé par l’ethnographie économique de Florence Weber et Caroline Dufy. Ainsi, la compréhension empathique des discours est une étape certes essentielle mais insuffisante de la démarche sociologique. Encore faut-il reconstruire le système de valeurs et de représentations que constitue la rationalité. Enfin, il s’agit de retrouver, dans le contexte et les particularités des agents, les relations et les régularités qui expliquent les rationalités, ce qui rapproche la démarche, d’un côté de la sociologie structurale, mais de l’autre d’une sociologie attachée aux significations portées par les configurations sociohistoriques et proche en cela de la sociologie wébérienne.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Ma recherche repose sur une enquête comparative réalisée dans deux agglomérations de taille moyenne l’une en Allemagne, l’autre en France. A travers des entretiens semi-directifs, j’ai interrogé des personnes inscrites dans des formes d’institutionnalisation du travail précaire (RSA, 1-euro-job, etc.) sur leur relation à l’emploi, au travail et aux dispositifs institutionnels les concernant. L’enquête m’a posé deux difficultés méthodologiques principales.

Premièrement, l’analyse de discours court toujours le risque de prendre les rationalisations des personnes interrogées pour le fondement explicatif des pratiques. Les discours peuvent néanmoins être pris comme indicateurs d’une rationalité à condition de prendre en compte les divers filtres (présentation de soi, réduction de la dissonance, etc.) qui se glissent entre la rationalité et les rationalisations. En fait, la rationalité est proprement reconstruite par le chercheur lorsqu’elle permet d’expliquer à la fois les conduites et les rationalisations c’est-à-dire les discours. C’est du moins la méthode que je m’efforce de suivre.

Mais la plus grande difficulté provient de l’usage de méthodes qualitatives dans une comparaison internationale. La catégorie « travailleur précaire », quelle que soit la définition qu’on en donne présente nécessairement des contours très différents dans les deux pays. Il est dès lors pratiquement impossible d’isoler des facteurs qui expliqueraient les variations observées. Aussi, il faut produire une explication par les similitudes. Face à des cadres institutionnels et culturels qui diffèrent radicalement, l’apparition conjointe de caractéristiques communes ne peut être fortuite. Autrement dit, plutôt que de reposer sur les différences à partir de co-variations, l’explication procède par interprétation de cosimilitudes.

Dans le cadre de mon travail, et c’est l’occasion d’évoquer les premiers résultats qui ressortent de mes analyses, il est apparu que la structure des rationalités présentait de grandes similitudes en France et en Allemagne et ceci malgré les différences importantes entre les dispositifs de régulation de l’emploi précaire et de la pauvreté. En fait, dans les deux pays, trois rationalités- type ressortent de mes entretiens selon le positionnement subjectif des agents par rapport à l’emploi. Selon le premier type, les activités sont jugées selon le critère du travail. Ce qui compte, c’est la satisfaction que procure l’exercice de l’activité, la fierté qu’elle suscite et le prestige qui en est retiré. Selon le deuxième, les activités sont jugées selon le critère de l’emploi. Ce qui compte cette fois, c’est le type de contrat, sa durée, les possibilités de renouvellements. Enfin, selon le troisième, l’activité est jugée selon le critère de la sociation. Ce qui compte alors, c’est qu’elle offre la possibilité d’être en lien avec d’autres, qu’elle structure le quotidien, qu’elle permette de se sentir partie prenante de la solidarité organique. Ce constat invite à conclure que les différences institutionnelles n’ont que peu d’influence face au positionnement des agents par rapport au marché du travail (qui, lui, présente de grandes similitudes dans les deux pays) pour expliquer les rationalités des travailleurs précaires, et partant leurs expériences vécues du précariat.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search