Gros plan sur… la thèse d’Olivia Chambard, sur le développement de dispositifs d’éducation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur français

Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Olivia Chambard qui est doctorante depuis 2009 au Centre Maurice Halbwachs (équipe ETT), sous la direction de Michel Offerlé.

 PhotoVotre thèse porte sur le développement de dispositifs d’éducation à l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur français. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

 C’est dans le cadre de recherches collectives sur le patronat impulsées par Michel Offerlé (qui dirige ma thèse) que j’ai commencé à m’intéresser à la valorisation des figures sociales de l’entrepreneur et de l’entreprise, au « travail » effectué dans ce sens par différents acteurs (politiques, patronaux…) militants de la cause de l’entreprise. Dans le même temps, enseignante à l’université, j’ai eu l’occasion d’assister à la diffusion de cette idée selon laquelle il serait nécessaire – pour améliorer les relations universités-entreprises, pour renforcer la compétitivité de la France etc. – de développer l’éducation des étudiants à l’entrepreneuriat ou à l’esprit d’entreprendre.

Au moment où je débute ces réflexions, Valérie Pécresse, alors ministre de l’Enseignement supérieur de l’époque, lance un « Plan Etudiant Entrepreneurs » fixant comme objectif que tous les étudiants puissent bénéficier au cours de leurs études d’une formation à l’entrepreneuriat. L’esprit d’entreprendre est ainsi érigé au rang de compétence de base, exigible de tous au même titre que la maîtrise de l’anglais ou de l’informatique. Si ce projet, visant à faire entrer la culture entrepreneuriale dans le curriculum de l’éducation supérieure, reprend en partie certaines actions publiques menées en la matière depuis la fin des années 1990, il m’a interpelée par l’ampleur qu’il donne à cette nouvelle mission éducative.

Les contours de mon travail de thèse se sont alors précisés. Il s’agit de comprendre comment se construit et s’impose la problématique de l’ « éducation à l’entrepreneuriat », dans le champ de l’enseignement supérieur français ; par quels mécanismes et aux prix de quelles redéfinitions, le terme d’entrepreneuriat, forgé dans le champ économique, réussit à être importé dans le champ de l’enseignement supérieur ; quelles pratiques éducatives concrètes ce « label » recouvre, et quels sont les enjeux de l’usage d’un champ lexical entrepreneurial pour les nommer (par exemple, pourquoi renommer un enseignement de « montage de projet » en « initiation à l’entrepreneuriat » ?).

Mon travail de thèse entend contribuer à une sociologie des personnels de l’enseignement supérieur, en cherchant à comprendre quels sont les agents qui se sont appropriés l’entrepreneuriat, comment et pourquoi.L’hypothèse de départ est que l’intégration d’un champ lexical entrepreneurial dans l’espace des politiques de l’enseignement supérieur et des pratiques éducatives constitue un signe parmi d’autres de la transformation de l’enseignement supérieur, engagée depuis le début des années 2000, et notamment d’un renouvellement de ses rapports avec le monde économique.

 

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidée dans cette analyse ?

 Mon travail se situe au confluent de la sociologie de l’action publique et de la sociologie de l’éducation, articulant l’étude de la construction du problème public de l’éducation à l’entrepreneuriat et l’analyse des dispositifs éducatifs mis en œuvre sous cette bannière au sein des établissements. Cela m’amène à mobiliser d’une part une littérature générale de sociologie des problèmes publics et de l’action publique (J. Gusfield, V. Dubois) et une littérature plus thématique sur les politiques de l’enseignement supérieur (C. Musselin), d’autre part des travaux en histoire et sociologie de l’éducation, qu’ils portent sur le curriculum (B. Bernstein) et les disciplines, la socialisation scolaire (M. Darmon), l’histoire des relations entre savoir académique et savoirs « utiles » ou économiques (P. Bongrand, O. Henry, M.-P. Pouly) ou encore sur les personnels de l’enseignement supérieur (P. Bourdieu).

La sociologie économique, au sens large, me sert de manière complémentaire à construire une réflexion autour des concepts d’entrepreneur  (H. Vérin), d’entrepreneuriat (P.-P. Zalio), et de leurs usages dans des univers a priori improbables (P.-M. Menger). Mon travail a été marqué par la lecture de l’ouvrage de Luc Boltanski et d’Eve Chiapello Le nouvel esprit du capitalisme (1999), qui a inspiré certains de mes questionnements sur les ambigüités d’un discours de promotion de l’entrepreneuriat, entre possibilités émancipatrices (contre la domination salariale traditionnelle, par exemple) et nouvelles formes de dominations forgées dans le cadre du capitalisme post-industriel (voir par exemple aussi les travaux d’H. Stevens sur les ambivalences du coaching). Les travaux menés plus particulièrement en sociologie de la gestion (ceux de V. Boussard ou encore de F. Pavis) constituent également un appui théorique pour la partie de mon travail portant sur la « mise en discipline » de l’entrepreneuriat qui se réalise au sein de l’espace académique des sciences de gestion.

 

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

 Le premier volet de l’enquête a consisté en une série d’entretiens avec des acteurs identifiés comme « entrepreneurs de cause », au sein des champs administratif, politique, économique ; ces entretiens ont été complétés par des observations directes menées lors de diverses manifestations et réunions relatives à la mise en œuvre du Plan Etudiants entrepreneurs, auxquelles j’ai pu participer.

Le second volet de l’enquête a consisté en une analyse comparée de huit dispositifs pédagogiques mis en place aux niveaux licence et master, au sein d’universités et de grandes écoles, situées en Ile-de-France, Rhône-Alpes et Languedoc-Roussillon. L’échantillon comporte à la fois des dispositifs ponctuels de sensibilisation à l’entrepreneuriat, des enseignements optionnels et obligatoires et des programmes d’accompagnement à la création d’entreprise. Le but est de comparer des pratiques pédagogiques assez diverses mais qui ont en commun d’être étiquetées comme relevant de l’éducation des étudiants à l’entrepreneuriat. J’ai cherché, pour chaque dispositif, à reconstituer au plus près les pratiques pédagogiques en vigueur, à recueillir les discours des acteurs pédagogiques et des étudiants, à retracer les parcours de certains acteurs afin d’essayer de comprendre la constitution d’un intérêt à et pour l’entrepreneuriat et les formes qu’il peut prendre et, partant de là, tenter de redonner une épaisseur sociale à la diffusion de cet intérêt pour l’entrepreneuriat.

L’analyse de ces matériaux recueillis sur le terrain permet de mettre en lumière les sens et enjeux pluriels que véhicule l’entrepreneuriat, entre diffusion d’une idéologie néolibérale (à travers ce mot d’ordre de « tous entrepreneurs » que M. Foucault donne comme la pierre de touche du néolibéralisme), contribution à la professionnalisation de l’enseignement supérieur ou encore réappropriations critiques de l’entrepreneuriat (critique du salariat, recherche de pratiques éducatives plus novatrices etc.). L’étude de ces alliances improbables constitue une dimension importante de la thèse.

 

A voir :

http://www.cmh.ens.fr/hopmembres.php?action=ficheperso&id=361

Chambard O., 2013, “La promotion de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur. Les enjeux d’une création lexicale”, Mots, n°102, p.103-120 : https://www.cairn.info/publications-de-Chambard-Olivia–104218.htm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search