Gros plan sur … La thèse de Jean-Marie Pillon, sur les conseillers et contrôleurs de l’emploi chez Pôle Emploi

illustration JM Pillon

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur un travail de recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Jean-Marie Pillon, qui vient de soutenir une thèse en sociologie dirigée par François Vatin, au sein de l’IDHE, à l’Université Paris-Ouest Nanterre.

Votre thèse porte sur les conseillers à l’emploi et les contrôleurs de gestion de Pôle Emploi. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Lorsque j’ai entamé des travaux de recherche, au cours de mes études de sociologie (à l’Université de Nanterre), j’étais très intéressé par la question du chômage et des chômeurs mais je ne savais comment l’aborder. J’avais l’idée de creuser l’articulation entre politiques de l’emploi d’ensemble et interactions situées entre agents publics et demandeurs d’emploi à l’ANPE, mais ma réflexion n’allait pas beaucoup plus loin. J’ai alors bénéficié des conseils d’une spécialiste de l’ANPE, Yolande Benarrosh, qui m’a incité à étudier le travail et les outils des professionnels de la gestion œuvrant au sein de l’opérateur public de placement. Très vite, il s’est avéré que cette entrée était idéale pour interroger les liens entre macro et micro. En effet, parallèlement aux inflexions de la politique de l’emploi (activation des chômeurs, injonction à l’autonomie) de plus en plus de travaux, notamment ceux de Philippe Bezes, prenaient pour objet les reconfigurations de l’État lui-même, en mettant l’accent sur l’importance de la mesure des résultats dans le « pilotage » de l’action publique. C’est dans ce contexte que j’ai commencé à réfléchir à la façon dont les contrôleurs de gestion travaillent à convaincre l’État que l’ANPE réalise les missions qui lui ont été confiées. La thèse a débuté en 2008 et s’est appuyée sur ces premiers travaux avec l’idée de mener une sociologie économique du traitement du chômage par l’ANPE – devenue Pôle emploi.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Le cadre théorique que j’ai mobilisé à la fois sur le terrain puis dans l’analyse est très largement emprunté à l’économie des conventions. Plus exactement, j’ai pris appui sur « l’héritage statistique de l’économie des conventions » (Alain Desrosières). A posteriori, on pourrait dire que j’ai essayé d’appliquer aux indicateurs de performance de l’ANPE/Pôle emploi le programme de recherche formulé par Alain Desrosières au cours des années 1980. Ce dernier, et dans son sillage d’autres figures telles que Robert Salais ou Laurent Thévenot, a en effet participé à l’émergence d’une sociologie de la quantification qui refuse de choisir entre constructivisme radical et réalisme de principe. Selon cette approche, étudier les statistiques consiste avant tout à regarder les effets de rétroaction entre dispositifs de mesure et acteurs mesurés. C’est ce qu’ils entendaient par le concept de « convention », s’évertuant à étudier dans quelle mesure commanditaires, enquêteurs et enquêtés partagent des définitions communes du réel. À ce titre, le cas du chômage est d’ailleurs typique dans la mesure où il a fallu attendre l’émergence d’une politique municipale de l’emploi, entre 1905 et 1945, pour que la mesure du phénomène chômage ait un sens. Les grandeurs statistiques participeraient ainsi à façonner le réel et inversement. Dans cette veine, j’ai essayé d’étudier les données de gestion comme des témoins significatifs de la façon dont certaines théories économiques – notamment l’idée d’un chômage frictionnel – façonnent l’intervention de l’État sur le marché du travail. Je souhaitais examiner les conventions incorporées à ces outils d’évaluation que sont les indicateurs de performance. On retrouve ici l’influence des travaux de mon directeur de thèse, François Vatin, pour qui la mesure de la productivité est à la fois un acte politique et en même temps l’acte économique par excellence. J’ai également cherché à pousser ce programme de recherche jusqu’au bout, en m’intéressant non pas seulement à la construction des indicateurs mais également aux « points de contact » entre les données et le réel, c’est à dire entre l’institution et les chômeurs. Mon objectif était de comprendre comment les interactions avec les demandeurs d’emploi étaient cadrées (ou non) par les dispositifs de quantification et inversement comment les façons de travailler pouvaient changer le sens ou la pertinence des indicateurs de performance. In fine, je cherchais à étudier comment l’évaluation des chômeurs (ce que l’on nomme plus communément leur employabilité) découle de la confrontation entre la mise en mesure de l’action publique et la situation du marché du travail. Les indicateurs de performance étant mobilisés par les gestionnaires des administrations pour orienter leur action en l’absence de chiffre d’affaires, il semblait intéressant de regarder comment ces données quantifiées rencontrent d’autres formes de métrologies, celles du marché du travail.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Du point de vue de la méthode, j’ai essayé de réaliser une coupe transversale de l’institution Pôle emploi en suivant la circulation des dispositifs de mesure de l’efficacité entre différentes scènes sociales, depuis le lieu où ils sont enregistrés jusqu’aux espaces où ils sont lus comme des résultats. La thèse repose avant tout sur deux méthodes : des entretiens et des observations. Les soixante-dix entretiens ont été menés avec différents acteurs, du ministère du Travail jusqu’aux directions départementales de Pôle emploi, en passant par la Direction générale et les Directions régionales de l’établissement. L’idée était d’effectuer une sociologie du travail de mesure pour comprendre comment les cadres de l’institution et ceux de ses tutelles pouvaient travailler – et prendre des décisions – à partir de données gestionnaires (donc des données qui n’ont pas la même robustesse que les statistiques classiques). La seconde méthode empruntée a été l’observation du travail des agents de Pôle emploi au quotidien. Il s’agissait d’observer le travail de réception des demandeurs d’emploi, le travail d’enregistrement des offres d’emploi et enfin l’activité de mise en relation de ces deux positions de marché. J’ai ainsi eu la chance de passer quatre mois dans deux agences de Pôle emploi, l’une située dans un centre ville à dominante tertiaire et la seconde dans la périphérie industrielle d’une autre agglomération. De façon plus marginale, j’ai dépouillé des fonds d’archives de la Direction générale de Pôle emploi pour apporter un éclairage historique à mon objet. Concrètement, il s’agissait de comprendre l’émergence de la problématique de résultat à l’ANPE dans les années 1980, l’apparition d’une contractualisation avec l’État en 1990 et la définition originelle des indicateurs de performance qui sont encore utilisés aujourd’hui.

A voir : http://www.cee-recherche.fr/organisation-de-la-recherche/equipes-de-recherche/jean-marie-pillon

A lire :

Sur le contrôle des chômeurs :

Jean-Marie Pillon, « Réformes de l’administration et contrôle des administrés : le cas du chômage », Informations sociales, 2013, n° 178, no 4, p.116-123. https://www.cairn.info/publications-de-Pillon-Jean-Marie–104504.htm

Sur la spécificité de la politique de l’emploi en matière de politique du chiffre :

Pillon Jean-Marie et Nicolas Sallée, « De la construction des normes gestionnaires à leur appropriation. Une comparaison Pôle Emploi – Protection Judiciaire de la Jeunesse », in Manuel Boucher (dir.) L’Etat social dans tous ses états, l’Harmattan, 2014. https://books.google.fr/books?id=1qL2AgAAQBAJ&pg=PA1&lpg=PA17&dq=l%27#v=onepage&q=l%27&f=false

Vous souhaitez présenter un travail de recherche dans ces pages ? N’hésitez pas à nous en faire part en écrivant à afs.rt12[arobas]gmail.com.  


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Kaczmarek dit :

    Bonjour,
    votre thèse est un parti pris et non un travail de font rigoureux. Vous avez pris uniquement des données partiales de gestion. Hors tous les conseillers de pôle emploi ont toujours fait du conseil de qualité. Il ne sont pas de agents mais des conseillers. Rentrée à l’ANPE en 1990,j’ai vu tout le chemin au bénéfice et dans l’intérêt du des demandeurs d’emploi et non des “chômeurs” que cette grande entreprise a parcouru. Nous accomplissons tout les jours une mission de service public et non au service de la statistique mais au service des êtres humains qui apprécient le travail qui est fait au quotidien.Votre thèse est très réductrice et déprécie le travail de Pôle emploi. Je ne sais pas qui a financé votre thèse mais j’aimerai bien le savoir. Pourquoi tant de haine à l’égard de Pôle emploi, quand on voit tous les articles que vous avez écrits sur nous, on a le sentiment d’un acharnement. Nous sommes le service public qui a le plus évolué en peu de temps et nous somme fiers de notre mission Tous les jours des conseillers se décarcassent pour trouver des solutions d’emploi aux demandeurs d’emploi Nous avons toujours fait du conseil et nous continuerons notre mission de conseil de d’intermédiation notamment dans le cadre du CEP.Nous somme la seul structure à avoir une force de frappe inégalée. Nous sommes sollicités par d’autres pays qui viennent visiter nos services pour construire chez eux des services publics de l’emploi. Aucun pays au monde n’est doté de tel service. Nous ne créons pas les emploi, ce sont les entreprises qui créent a richesse et les emploi. Voilà mon droit de réponse.Mon point de vu de plus de 20 ans d’expérience très riche est différent du votre de 4 mois.

    • JM Pillon dit :

      Bonjour Kaczmarek,

      Je suis un peu surpris par votre relecture de mes travaux dans la mesure où vous me reprochez de faire l’impasse sur des éléments auxquels je consacre au contraire de longs développements.

      En effet, si je pointe la pression statistique qui s’exerce sur les conseillers au moyen des indicateurs de performance, je montre aussi les trésors d’inventivité que ces derniers élaborent pour parvenir à exercer la mission qu’ils considèrent être la leur : une mission de service public au service des être humains qui se trouvent momentanément en situation de chômage. C’est l’objet des chapitres 6 et 7 de la thèse si vous l’avez lue. La pression statistique réduit leur autonomie, certes, mais elle ne la fait pas totalement disparaître bien au contraire, elle la reconfigure.

      Je consacre également une partie importante de mes travaux à souligner la modernité de l’ANPE, de Pôle emploi et son caractère pionnier par rapport à nombre d’administrations.

      Je pointe néanmoins une contradiction majeure dans la façon dont Pôle emploi est utilisé par l’Etat central : Pôle emploi est administrés (et évalué) par le haut comme si l’établissement était en mesure de faire baisser le taux de chômage alors même que, comme vous le pointez, il ne crée pas d’emploi.

      Quant au terme agent, il permet de qualifier les travailleurs mobilisés par une activité de service public, il n’y a absolument rien de péjoratif à utiliser ce terme, bien au contraire.

      Je suis tout à fait ouvert à la discussion et il me semble important que vous pointiez plus directement les interprétations et les faits que vous jugez “réducteurs” dans mon travail afin que l’on puisse échanger. Vous parlez d’acharnement ce qui engage à quelques développements. J’ai au contraire l’impression de présenter Pôle emploi sous un jour plus avantageux que la façon dont il est dépeint dans la presse ou par ses usagers les plus en colère. A l’inverse il me paraîtrait déplacé de raconter que tout va bien dans cette organisation et que les agents parviennent sans aucune contrainte à réaliser leur mission à la fois telle qu’ils la conçoivent, telle que leur hiérarchie la conçoit et telle que la tutelle la conçois. Trois définitions de votre travail qui ne se recoupent pas tout à fait. Cela n’empêche pas l’établissement d’avoir élaboré des solutions qui inspirent nos voisins, mais cela reste des moyens de résoudre les tensions d’un bureau public de placement et non des solutions miracles pour résoudre le chômage de masse, former tous les chômeurs et convaincre tous les employeurs de recourir au service public.

      Merci en tout cas pour ce retour et pour la discussion sur laquelle il ouvre.
      JM Pillon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search