Appel à communications: Section 40 du colloque 2015 de l’AFSP, sur les transformations des politiques de la concurrence

logoafsp2011web

Dans le cadre du colloque 2015 de l’AFSP, qui aura lieu à Aix en Provence du 22 au 24 juin 2015, la section thématique 40 sera consacrée au sujet suivant:

Entre Etat et marchés : les transformations des politiques de la concurrence

Organisateurs: Scott Viallet-Thévenin, Sciences Po, CSO (scott.vialletthevenin@sciencespo.fr) et Sebastian Billows, Sciences Po, CSO (sebastian.billows@sciencespo.fr)
Nous prenons ici le parti de déplacer la focale et de considérer les politiques de concurrence comme le révélateur des modalités d’intervention de l’Etat dans l’économie. Contrairement à l’idée selon laquelle l’Etat joue un rôle omnipotent dans l’économie française, la politique de concurrence est un domaine où la régulation a été faible, si ce n’est inexistante (Stanziani, 2012). A l’inverse, les Etats-Unis, connus pour la discrétion de leurs autorités fédérales en matière économique (King et Lieberman, 2011), ont, depuis le début du 20e siècle, agressivement combattu les cartels et les trusts. L’approche française en matière de concurrence, malgré son inertie (Dobbin, 1994), évolue selon des dynamiques nouvelles, qu’il s’agira d’analyser. On s’intéressera particulièrement aux effets de la construction européenne sur le cas français. A l’heure où elles connaissent une européanisation croissante (Cini et McGowan, 2009, Woll, 2009), les politiques de concurrence engendrent une recomposition des agences et administrations françaises chargées de la politique économique. Comme on le voit, le cas français montre l’intérêt de revisiter les politiques de concurrence. Toutefois, cet appel concerne, au même titre que le cas français, d’autres configurations nationales en matière de relations entre l’Etat et l’économie.
Nous entendons par « politiques de concurrence » l’ensemble des règles et décisions publiques qui visent à modifier ou à maintenir la morphologie du marché (la taille des acteurs, les relations entre ces acteurs ainsi que la détermination du prix des biens et services échangés sur ce marché). En conséquence, le champ de cet appel est large et comprend :
– Les politiques anti-trust et plus généralement celles destinées à promouvoir la concurrence horizontale et à éviter les abus de position dominante.
– Les politiques de régulation sectorielle, notamment dans la construction de marchés concurrentiels dans des domaines anciennement régis par des monopoles publics (transports, énergie, télécommunications…).
– Les règles à portée plus générale qui impactent les relations verticales entre entreprises (facturation, revente à perte, distribution sélective…).

Trois axes de réflexion sont proposés:

Axe 1 : Les formes de l’interaction public-privé.

Axe 2 : Recompositions de l’action publique.

Axe 3 : Diffusion des modèles normatifs et expertises.

Les propositions de communication sont à envoyer aux organisateurs avant le 15 octobre.

Pour accéder au texte complet de l’appel, cliquez ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search