Appel à communications à la journée d’étude : « Mobilités spatiales, mobilités professionnelles et inégalités d’accès aux emplois »

La journée est organisée par le Laboratoire d’Economie dionysien (Université Paris 8) et EconomiX (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, CNRS UMR 7235). Elle aura lieu le 6 juillet 2015 à l’Université Paris 8-St-Denis.

“Au cours de cette journée d’étude, nous questionnerons le rôle complexe et ambigu de la mobilité (spatiale et professionnelle) sur les inégalités au sein du marché du travail, à partir d’une approche pluridisciplinaire fondée sur l’Économie, la Géographie et la Sociologie. La mobilité peut être envisagée comme reflet et vecteur de segmentation, voire de polarisation, du marché du travail, à travers une série de questions visant à mettre en lumière les mécanismes par lesquels les formes d’inégalités sociales et spatiales sont liées et à identifier les populations sur lesquelles portent les ajustements engendrés par les contraintes de mobilité. Il s’agit d’examiner les liens entre les modes d’accès aux emplois et les mobilités spatiales et professionnelles et de voir comment les différences selon le genre, la catégorie socioprofessionnelle et/ou l’ancrage territorial (localisation, mode d’occupation du logement), entretiennent des inégalités dans les trajectoires professionnelles. Les travaux tant quantitatifs que qualitatifs sont les bienvenus et nous encourageons particulièrement des communications susceptibles de s’inscrire dans l’un des quatre axes suivants :

(1) Mobilité spatiale et mobilisation des réseaux : Au-delà du résultat connu selon lequel la distance aux emplois diminue l’efficacité de la recherche d’emploi et les chances de sortie du chômage, la question du lien entre type d’ancrage spatial et type de canal de recherche a été peu investie. Y a-t-il des différences dans la mobilisation des « liens faibles » et des « liens forts » selon le statut résidentiel ? Les réseaux professionnels territorialisés peuvent-ils résister à l’épreuve de la mobilité ?  Comment le mode d’occupation du logement, mais aussi de manière connexe les différentes dimensions de la localisation géographique (ZUS, communes rurale ou périurbaines, aires métropolitaines…) façonnent-ils la façon dont les individus recherchent puis trouvent un emploi ?

(2) Ménages bi-actifs, mobilité et modes différenciés de recherche d’emploi entre hommes et femmes. La littérature montre que les arrangements conjugaux mis en place pour aménager les mobilités professionnelles sont largement en défaveur des femmes et que la mobilité résidentielle est une ressource professionnelle essentiellement masculine. Que sait-on plus précisément des arbitrages réalisés au sein des couples lorsqu’apparaît une contrainte de mobilité professionnelle ou spatiale ? Dans quelles mesures ces contraintes pèsent-elles sur les trajectoires professionnelles des femmes, leur participation au marché du travail ou la qualité des emplois occupés ? En outre, les femmes, davantage ancrées dans des réseaux de proximité liés à la vie familiale, trouvent moins souvent leur emploi par relations que les hommes. Leur rapport à l’espace et au temps structure-t-il la recherche d’emploi et peut-il entretenir une ségrégation genrée des emplois ?

(3) Modes d’accès à l’emploi et mobilités spatiales dans l’insertion professionnelle des jeunes. Les trajectoires d’insertion des jeunes entrants sur le marché du travail méritent d’être regardées en lien avec les canaux par lesquels ils trouvent un emploi et avec les mobilités spatiales qu’ils connaissent et qui sont assez courantes en début de vie active. Inversement, il serait intéressant d’évaluer l’incidence d’une stabilité résidentielle (ne pas avoir déménagé) et spatiale (travailler et vivre dans la même zone d’emploi) sur les façons dont les jeunes cherchent et trouvent leurs emplois.

(4) Mobilité et polarisation du marché du travail. On privilégiera les questionnements sur les différences socioprofessionnelles des mobilités dans l’emploi en lien avec les mobilités spatiales. La mobilité résidentielle coïncide autant avec des mobilités socioprofessionnelles ascendantes que descendantes. Les trajectoires confirment-elles l’opposition entre des cadres mobiles qui bénéficieraient d’un « privilège spatial » et des classes populaires valorisant leur ancrage territorial ? Comment l’injonction de mobilité se décline-t-elle selon la catégorie socioprofessionnelle ? ”

Comité scientifique : Thomas Amossé (Insee et Centre d’Etudes de l’Emploi), Carole Brunet (LED, Université Paris 8), Nathalie Havet (GATE, Université Lyon 2), Guillemette de Larquier (EconomiX, Université Paris Ouest la Défense), Géraldine Rieucau (LED, Université Paris 8 et Centre d’Etudes de l’Emploi), Thomas Sigaud (Centre d’Etudes de l’Emploi), Marion Tillous (LADYSS, Université Paris 8), Elisabeth Tovar (EconomiX, Université Paris Ouest la Défense), Joan Miquel Verd (QUIT, Universitat Autònoma de Barcelona).

Comité d’organisation : Carole Brunet (LED, Université Paris 8), Laure Haumont (LADYSS, Université Paris 8) Guillemette de Larquier (EconomiX, Université Paris Ouest la Défense), Géraldine Rieucau (LED, Université Paris 8 et Centre d’Etudes de l’Emploi), Marion Tillous (LADYSS, Université Paris 8)

 

Les propositions de communications (d’environ 500 mots) sont à envoyer avant le 15 mai 2015 à l’adresse suivante : journee.mobilites@gmail.com. Les décisions seront notifiées avant le 30 mai 2015.

Informations détaillées : Journée d’étude-Paris Lumières


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.