Gros plan sur… la thèse d’Hadrien Coutant sur le capitalisme d’ingénieurs dans un groupe industriel aéronautique

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Hadrien Coutant, doctorant en sociologie depuis 2010 à Sciences Po, au laboratoire CSO, sous la direction de Pierre-Eric Tixier.

Photo HCbis

Votre thèse porte le « capitalisme d’ingénieurs » comme mode de construction d’un groupe industriel. Qu’entendez-vous par là ? Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Les entreprises sont au cœur de l’activité économique du capitalisme mais cette forme d’organisation sociale est peu étudiée par la science économique car elle est généralement réduite à sa fonction de production ou à un « nœud de contrats ». La sociologie économique tend parfois à épouser cette tendance en se concentrant sur la construction sociale des mécanismes marchands ou sur la diffusion de modèles au sein d’un champ. La financiarisation a, quant à elle, été analysée largement comme un affaiblissement du rôle des dirigeants réduits à une position d’agent au service des actionnaires. Je voulais me centrer sur le fonctionnement interne de la firme contemporaine, organisation centrale du capitalisme. Comment s’y prennent des dirigeants pour construire un groupe industriel ? Comment en construisent-ils la stratégie ? Comment est-elle mise en œuvre ? En étudiant la construction d’un grand groupe industriel français après une fusion, je voulais voir comment au sein de la firme sont articulés différents jeux de contraintes – organisationnels, marchands, politiques, financiers – à la fois au niveau de la direction et à celui des salariés, en l’occurrence des ingénieurs de recherche et développement (R&D).

Je propose de nommer « capitalisme d’ingénieurs » la manière propre de construire l’organisation, la stratégie et l’intégration dans cette entreprise. Structurée à partir d’une idéologie partagée des ingénieurs, elle est centrée autour d’une conception économique qui fait de l’innovation et de la maîtrise technologique la clé de la survie de l’entreprise. Cette « conception de contrôle » au sens de Fligstein fait des ingénieurs de développement la profession à même de répondre aux enjeux de l’entreprise. Elle permet d’articuler un contrôle du marché, un enrôlement des actionnaires et de l’Etat (à la fois actionnaire et régulateur) et une idéologie intégrative pour les salariés de l’entreprise. J’étudie ensuite comment cette stratégie à la fois économique et organisationnelle est concrétisée en un projet politique au sein de l’entreprise, à savoir la création d’une division de R&D. A ce second niveau d’étude, je regarde comment ce projet stratégique est à nouveau articulé avec des logiques concurrentes au sein de l’organisation, certaines provenant des clients et d’autres d’enjeux locaux qui l’ancrent dans de multiples configurations locales en tension. En bref, j’analyse une certaine forme du capitalisme français contemporain et la manière dont, à différents niveaux, il articule et cherche à faire tenir ensemble des logiques économiques, politiques et organisationnelles en tension.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?
Pour comprendre comment l’organisation intègre des logiques provenant de différents champs dans lesquels elle s’inscrit, j’utilise en priorité deux corpus théoriques : la sociologie des organisations et la sociologie économique. J’utilise et discute en priorité les travaux néoinstitutionnalistes, notamment ceux de Neil Fligstein sur les « conceptions de contrôle » dominantes dans un champ. Je reprends directement cette notion pour qualifier le capitalisme d’ingénieur. J’utilise aussi les travaux sur le découplage qui me permettent d’analyser les tensions entre différentes logiques institutionnelles et organisationnelles à l’œuvre dans la firme, notamment entre financiarisation et capitalisme d’ingénieur. Je combine ces travaux avec la sociologie des organisations pour étudier les dynamiques internes et la construction de diverses configurations locales. Pour compléter cette analyse, j’utilise la sociologie de la finance dans la mesure où elle étudie la financiarisation et les relations entre actionnaires et dirigeants. Enfin, je mobilise les travaux de science politique et de sociologie de l’Etat portant sur la politique industrielle et l’Etat actionnaire, un champ sous-investi par la sociologie.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?
Mon travail est une monographie essentiellement qualitative. J’ai bénéficié d’une convention CIFRE qui m’a permis de faire une ethnographie de plusieurs années dans l’entreprise et ainsi entrer dans le détail de l’organisation et de son idéologie dominante. Cette dimension ethnographique m’a permis de mettre en valeur l’importance de l’imaginaire des ingénieurs dans l’entreprise. J’y ai adjoint un gros travail d’entretiens : 160 entretiens depuis les ingénieurs de développement et leur management jusqu’à la direction du Groupe, son conseil d’administration et les hauts fonctionnaires en charge de son suivi dans différents ministères. J’ai combiné ce matériau avec une abondante littérature grise : rapports et documents de travails internes, rapports publics et communiqués de presse, ainsi que revue de la presse économique et aéronautique. Ces différents types de données me permettent d’articuler à la fois les différentes dimensions et les différents niveaux de mon analyse en cherchant à profiter de l’intimité avec le terrain que procure une présence de longue durée.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search