Appel à communications : “Arts & marchés : aliénation ou émancipation ?”

Télécharger l’appel complet. 

Arts & marchés : aliénation ou émancipation ?

15 avril 2016

Dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à St. Gallen (Suisse) du 17 au 18 novembre 2016, un appel est lancé sur le thème « Arts & marchés : aliénation ou émancipation ? »

Date limite de proposition : 15 avril 2016

Thématique

Dans l’analyse sociologique de l’art, la figure du marché joue un rôle ambivalent. Pour certains auteurs, le marché amène une marchandisation, voire un asservissement de l’art. Dans une telle perspective, la figure de l’artiste maudit – celui qui n’a rien vendu, et qui continue à créer malgré cela – peut devenir l’incarnation du créateur authentique. Pour l’Ecole de Francfort, l’« industrie culturelle » est un système économique de production‐diffusion de produits standardisés visant à remplir des besoins crées de toutes pièces et à mettre au pas les récepteurs. Au sein des mondes de l’art de Howard Becker, marqués par les conventions esthétiques et la coopération entre acteurs, il semble y avoir peu de place pour la concurrence économique et les contraintes du marché. Pierre Bourdieu distingue deux sous‐champs de l’art, opposant celui de la production restreinte et relativement autonome à celui de la production élargie et hétéronome, dominé par une logique marchande et commerciale. A en suivre cette perspective, tend à être libre l’art qui réussit à échapper au marché, notamment par des subventions et une politique culturelle protégeant la liberté de l’art.

Selon d’autres analyses, le marché vient à l’inverse libérer l’art des servitudes de la Religion, du Prince, de mécènes trop exigeants, voire de l’Etat. Dans sa sociologie de Mozart, Norbert Elias décrit le recours du compositeur à des souscriptions et concerts pour échapper au dictat des seigneurs, à un moment où le marché musical n’en était qu’à ses débuts – une inadaptation qui expliquerait paradoxalement sa créativité exacerbée, voire sa mort précoce. Chez Pierre Bourdieu, l’émergence historique d’un marché offre dans un premier temps les conditions de possibilité d’une autonomisation de l’art, cette « économie à l’envers » offrant à une partie de la création littéraire la possibilité de se donner ses propres règles – dans des champs très concurrentiels et avec le risque inhérent de trouver ses biens symboliques ensuite de plus en plus soumis aux lois économiques.

Svetlana Alpers montre comment l’atelier de Rembrandt, au travers même de sa division du travail qui répond au marché qu’il a contribué à créer, assure la production de son art et sa définition comme auteur. Pour Edgar Morin, la « culture industrielle » (notamment le cinéma) créé des oeuvres culturelles universelles et un public mondial. Dans la « théorie esthétique » d’Adorno, le mode de production dominant est par contre à l’origine tant de l’aliénation des oeuvres que de leur authenticité – l’art le plus complètement soumis à son contexte de production, qui parvient en même temps à le dépasser, serait aussi le plus critique. Et dans l’approche pragmatiste d’Antoine Hennion, les multiples médiations – économique, technique, sociale… – caractérisant la création et la réception artistiques sont moins des obstacles que la condition même de sa définition et dégustation modernes comme « art pour l’art ».

Entre aliénation et émancipation, quelle est aujourd’hui, ou a été historiquement, le rôle du marché pour l’art ? A quelles conditions et dans quelles configurations le marché sous ses différentes formes est‐il un facteur libérateur, voire un élément constitutif de l’art ? Dans quelles constellations est‐il au contraire un frein, un obstacle à la créativité et à l’expression artistiques, une aliénation ? Existe‐t‐il des spécificités selon les formes artistiques (art contemporain, musique, théâtre, littérature, cinéma…) ou les contextes nationaux, les climats politiques, les situations de production, ou encore les configurations historiques ? Quelle est la relation entre l’« originalité », l’« anticonformisme », l’« authenticité », la « critique » et les configurations de marché ? Et en quelle mesure internet et le numérique – censés brouiller les frontières entre oeuvre et contexte, créateur et récepteur, et qui transforme aussi tout un chacun en acheteur/vendeur – reformulent‐ils ce débat ?

Modalités de soumission

Les propositions d’abstracts d’une page au maximum peuvent être soumises en français, allemand ou anglais. Elles doivent contenir, outre le titre ainsi que le noms et les rattachements des auteur·e·s, un résumé de la présentation avec le terrain analysé et la ou les méthode(s) utilisée(s) ainsi que les principales conclusions.

Elles doivent être envoyées au plus tard jusqu’au 15 avril 2016 à : art&market@unisg.ch

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search