« PEUT-ON PARLER DE NATURALISATION DES INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES ? », SEMI-PLÉNIÈRE AVEC LA PARTICIPATION DE LOUIS CHAUVEL, ERIC FASSIN, DOMINIQUE FOUGEYROLLAS ET FRÉDÉRIC LEBARON

AFS

Nous partageons ci-dessous la vidéo de la session semi-plénière « Peut-on parler de naturalisation des inégalités économiques? » co-organisée par les RT5, 12 et 42 lors du congrès 2015 de l’AFS qui a été mise en ligne ici sur Canal U :

 

« PEUT-ON PARLER DE NATURALISATION DES INÉGALITÉS ÉCONOMIQUES ? »

SEMI-PLÉNIÈRE AVEC LA PARTICIPATION DE LOUIS CHAUVEL, ERIC FASSIN, DOMINIQUE FOUGEYROLLAS ET FRÉDÉRIC LEBARON

Présentée par les réseaux thématiques : RT 5 Classes, inégalités, fragmentations ; RT 12 Sociologie économique ; RT 42 Sociologie des élites

Table ronde avec :

Louis Chauvel, professeur de sociologie, Université du Luxembourg

Eric Fassin, professeur de science politique, Université Paris 8

Dominique Fougeyrollas, chargée de recherche, CNRS

Frédéric Lebaron, professeur de sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en- Yvelines

« L’homme heureux se contente rarement du fait d’être heureux ; il éprouve de surcroît le besoin d’y avoir droit. Il veut être également convaincu qu’il “mérite” son bonheur, et surtout qu’il le mérite par comparaison avec d’autres. Et il veut donc également pouvoir croire qu’en ne possédant pas le même bonheur, le moins fortuné n’a que ce qu’il mérite. Le bonheur veut être “légitime”. » (Weber 1992 : 144)

Selon les contextes historiques et sociaux, des systèmes normatifs et idéologiques divers ont été utilisés pour justifier les différences de fortune : la religion, la biologie, la méritocratie, les « lois » économiques… Quelles sont aujourd’hui les modes de légitimation des inégalités économiques ? Reposent-elles sur des formes de naturalisation de l’ordre économique qui en ferait un phénomène allant de soi ?

Plus précisément, l’accroissement actuel des inégalités économiques et sociales s’appuie-t-il sur de nouvelles formes de naturalisation, sur le renforcement de visions du monde déjà anciennes ou encore sur l’affaiblissement des discours contestataires ? Si naturalisation il y a, par quels processus s’opère-t-elle ? Autour de quels espaces sociaux et par l’intermédiaire de quels acteurs ? L’Etat, notamment par le biais de différents dispositifs d’action publique, contribue-t-il à instituer ces inégalités, voire à les dissimuler ? Les ressorts sur lesquels s’appuient ces phénomènes de naturalisation de l’ordre économique varient-ils selon les groupes sociaux ? Dans quelle mesure les constructions sociales de différences biologiques (sexe, âge, couleur de peau, etc.) continuent-elles de justifier des différences économiques et sociales ? Dans quelle mesure également, la naturalisation des inégalités économiques concourt-elle à naturaliser l’ordre social ? Enfin, les sciences sociales participent-elles ou, tout à l’inverse, dévoilent-elles ces formes  de  naturalisation ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search