Gros plan sur…La thèse de Clément Bert-Erboul, sur les organisations de producteurs de contenus sous licences libres.

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Clément Bert-Erboul, doctorant en sociologie entre 2010et2014, au laboratoire Clersé de l’Université Lille 1, sous la direction de Bernard Convert et de François Horn.

 nuage_3

 

  1. Votre thèse, réalisée au Clersé de Lille 1 sous la direction de Bernard Convert et de François Horn, porte sur les organisations de producteurs de contenus sous licences libres. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

À la fin de mon année de licence 3 à Poitiers en 2008, je devais préparer un petit exposé sur un sujet libre en sociologie économique. Je venais de découvrir les logiciels libres et j’en ai fait mon sujet de présentation. Il s‘agit d’outils informatiques créés et mis à disposition par des personnes n’exigeant pas de contrepartie explicite. Ces contenus sont dits libres (free) ou ouverts (open), car leurs auteurs autorisent, via des contrats de licences spécifiques, leur utilisation, leurs modifications et leur diffusion, par tous les utilisateurs. Ces outils libres sont utilisés dans de nombreux secteurs comme les loisirs, les transports, l’éducation, la sécurité, ou les réseaux de distribution. Parmi eux, nous trouvons des programmes et des sites devenus centraux dans le fonctionnement du réseau internet. Aujourd’hui, les logiciels libres font fonctionner la majorité des serveurs stockant les sites du réseau internet ainsi que les machines permettant d’échanger les courriers électroniques.

Dans l’exploration de cet univers qui reste inconnu de la majorité des utilisateurs, les travaux de François Horn m’ont beaucoup marqué par leur approche pluridisciplinaire croisant économie, sociologie et informatique. Sur un coup de tête, j’ai continué mon parcours universitaire à Lille pour travailler sous sa direction. À cette époque ma vision des frontières disciplinaires était floue pour ne pas dire naïve. Faire un master de sociologie avec un économiste me paraissait normal. Les questions présentes dans les communautés de logiciels libres comme la cohabitation d’activités rémunérées et non rémunérées, la gestion de biens communs et la coordination à distance via des outils de communication me semblaient être des terrains où économistes et sociologues cohabitaient paisiblement.

Avec le soutien de Bernard Convert et de François Horn j’ai déconstruit et reconstruit cette utopie scientifique personnelle au court de mon master et de ma thèse. La littérature académique anglophone dans le domaine des contenus sous licences libres est largement dominée par la théorie économique néoclassique. Cette approche explique principalement l’engagement d’individus dans la production collective de contenus libres sous l’effet d’incitations individuelles autorégulées. En d’autres termes, meilleures sont les contributions, meilleur sera l’avenir professionnel des contributeurs. Je souligne à travers trois études de cas que cette rationalité instrumentale n’est pas suffisante pour expliquer l’engagement collectif des individus.

En rappelant l’histoire des droits de propriété dans le secteur informatique et en réalisant des monographies, je montre qu’il existe des phénomènes structurels liés aux cadres juridiques, éthiques, ou aux formes de socialisation conduisant les individus à être plus ou moins sensibles aux caractéristiques des projets de production de contenus informatiques libres. Cette perspective historique s’écarte de l’hypothèse d’une autorégulation des choix individuels et met l’accent sur les influences de certains acteurs sociaux comme des représentants de l’État, des personnes travaillant dans les universités ou des journalistes. Mes enquêtes de terrain dans les domaines de l’éducation, la presse en ligne et le développement informatique analysent comment et pourquoi des individus créent puis mettent à disposition collectivement des contenus informatiques. Dans le cas de l’éducation par exemple, l’absence de compensation financière de la part d’institutions de recherches ou d’enseignements pour la production de contenus informatiques pédagogiques par des professeurs du secondaire a créé une réaction chez certains enseignants. Des professeurs de mathématiques au collège ont diffusé librement des exercices sur le web auprès de 50 % de leurs collègues et ont vendu ces mêmes contenus sous forme de manuel scolaire papier dans environ 15 % des collèges pour financer leurs activités communautaires. Ce phénomène d’ampleur dans une profession spécifique ne répond pas à des logiques individuelles carriéristes. Le processus observé découle d’une opposition idéologique concernant la représentation du service public avec le développement de nouvelles technologies et la place de l’expérimentation pédagogique dans le système scolaire.

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Pour mieux comprendre ces différences de représentations entre organisations, je mobilise principalement le cadre de l’analyse sociologique néo-institutionnaliste et j’étudie des réseaux de contributeurs. J’utilise la notion d’institution pour renvoyer à un processus conduisant certains collectifs à occuper un rôle de plus en plus important dans leur secteur d’activité, suite à la reconnaissance et à l’imitation de leurs modes de fonctionnement par d’autres organisations. Pour observer l’institutionnalisation de groupes produisant des contenus sous licences libres, j’ai analysé l’évolution des motivations individuelles de leurs membres. Contrairement à un a priori utilitariste sur les participants à ces projets, l’engagement prolongé tend à éloigner les individus du secteur d’activité ayant motivé initialement leur engagement. Dans un premier temps, la participation à ces communautés est d’abord vue comme un complément à une activité déjà existante. Dans un second temps, il y a une forme de dissociation entre l’activité communautaire et l’activité initiale. L’augmentation du nombre de contributeurs et l’apparition d’échanges monétarisés sont les deux principales causes à ce phénomène. La spécialisation dans de nouvelles tâches (compétences techniques, management, administration) et l’utilisation d’argent conduit par exemple des enseignants contributeurs bénévoles à devenir développeurs informatiques, ou chargés de communication rémunérés. L’étude des changements de choix individuels entre activité d’origine et activité communautaire dans des contextes spécifiques apporte un éclairage sur les processus de croissance ou de disparition des collectifs.

L’analyse de réseaux permet d’étudier les liens (institutionnels, interpersonnels, techniques) existant entre les individus ayant des rapports différents aux pratiques communautaires. Au final, cette approche ne vise pas à réaliser une synthèse théorique systématique. L’utilisation conjointe institution/réseaux permet de prendre en compte une large palette de ressources intervenant dans des organisations avec des membres distants et dont le résultat de l’activité est diffusé au-delà du cercle des contributeurs.

  1. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

 

Mon analyse de l’institutionnalisation de groupe produisant des contenus libres est basée sur une articulation des données qualitatives (entretiens, observations de rencontres entre contributeurs sur plusieurs jours, lecture des correspondances électroniques) et quantitatives (analyse de réseaux à partir de correspondances électroniques, métriques d’activités en ligne). J’insiste sur la pertinence du recours aux données extraites du web comme outils dans une perspective sociologique. La combinaison de données ethnographiques avec des données numériques permet de préciser l’analyse des phénomènes sociaux. Certaines communautés ont maintenant plus de 15 ans, et plusieurs générations se sont succédé avec souvent des imprécisions dans la mémoire collective. Les pseudonymes, les changements d’adresse électronique, les nouveaux formats brouillent les pistes numériques et nécessitent un long travail d’archive pour compléter les entretiens et les observations réalisées de manière plus traditionnelle. L’étude de ces données est au cœur du master Réseaux Sociaux du Numérique. Cette formation est ouverte depuis 2015 à Lille 1 avec la collaboration Fabien Eloire (Clersé), Sébastien Delarre (Clersé) et Yann Secq (CRIStAL) et c’est l’un des plus beaux résultats de la thèse.

Page perso : http://clement-berterboul.fr/

Page du master RSN : http://rsn.link/

À lire

Bert-Erboul Clément, 2014, Conversions et résistances à la logique marchande dans une association d’enseignants utilisant les licences libres : le cas de Sésamath, Socio-logos : Revue de l’Association Française de Sociologie.Num 9.

Bert-Erboul Clément, 2013, VideoLan : un cas d’école dans l’industrie informatique. Terminal, p117-135. Num 113/114.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search