Gros plan sur… La thèse de Habib Marius Nguié, sur Les tontines africaines entre finances et vecteur de lien social.

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Habib Marius Nguié, qui a soutenu sa thèse en sociologie en novembre 2015 à Paris Ouest Nanterre La Défense, au laboratoire IDHE.S, sous la direction de François Vatin.

Photo Marius Nguié

  1. Votre thèse, réalisée au laboratoire IDHE.S sous la direction de François Vatin porte sur Les tontines africaines entre finances et vecteur de lien social. Il s’agit d’une Comparaison des tontines africaines du marché de Château-Rouge et des tontines des marchés de Brazzaville. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

La forme la plus élémentaire de la tontine consiste en une formule mixte d’épargne associative (informelle) et de crédit qui fonctionne de la manière suivante : les participants versent régulièrement des cotisations d’un montant fixe à un fonds commun qui est distribué à tour de rôle à chacun des membres, tiré généralement au sort. Quand chaque membre a reçu le fonds une fois, le cycle doit normalement recommencer.

Le questionnement qui m’a servi de fil conducteur a été de comprendre pourquoi les tontines, pratiquées dans les marchés de Brazzaville, en raison de la faiblesse des dispositifs bancaires et assurantiels, sont-elles encore pratiquées par les noirs africains de Château-Rouge, alors que leur pays d’accueil a développé des outils de la finance contemporaine.

Au fil des entretiens, il est apparu que la plupart des vendeuses de Château-Rouge et des marchés de Brazzaville, entretenant des liens amicaux entre elles, pratiquaient des tontines, et que celles-ci contribuaient à structurer les rapports sociaux, en même temps qu’elles constituaient un mode original de gestion de la précarité pour les vendeuses. Les tontines constituent en effet un levier d’entreprenariat important : l’épargne tontinière permet aux populations exclues du système bancaire et assuranciel de financer leurs projets. De plus, elles permettent de resserrer les liens sociaux par des actions d’assistance mutuelle et d’entraide. S’intéresser aux tontines, c’est donc essayer de comprendre un monde social : en France comme au Congo, les marchés sont des lieux de vie où se développent de nombreuses interactions. On se rend dans les marchés de Brazzaville certes pour s’approvisionner, mais aussi pour passer du temps dans les bars. A Château-Rouge, on retrouve des compatriotes et sa culture d’origine. Les vendeuses sont souvent introduites sur le marché par une connaissance qui leur en apprend les rouages. Il faut également souligner que la tontine apparait comme une blanchisseuse symbolique de l’argent « sale » de la prostitution.

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Par la nature même de mon objet, j’ai tenté d’analyser les tontines par le prisme de la sociologie économique. Cette thèse s’est donc inscrite dans la tradition de la sociologie économique française qui, comme l’ont rappelé récemment François Vatin et Philippe Steiner, considère que l’activité économique est une dimension de l’activité sociale.

C’est là, me semble-t-il, le principal apport de ma thèse. Car la plupart des auteurs ayant écrit sur les tontines traitaient le sujet soit sous l’angle économique, soit sous l’angle sociologique. Je me suis notamment appuyé sur les travaux de Jérôme Blanc et de Viviana Zelizer qui ont analysé les dimensions sociales du fait monétaire. Ces deux auteurs insistent sur la manière dont les agents économiques gèrent leur argent en fonction de leurs sources. J’ai également utilisé la notion d’encastrement de Polanyi (1983), reprise et approfondie par Granovetter (1985).

  1. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon terrain a commencé par des entretiens sur les tontines pratiquées par des vendeuses à la sauvette du marché de Château-Rouge en 2009. Il s’est ensuite élargi aux marchés de Brazzaville en 2010. Sans entrer dans les détails, j’ai réalisé 150 entretiens qualitatifs, dont une centaine auprès de personnes exerçant des activités commerciales sur les marchés de Brazzaville et une cinquantaine auprès des vendeurs à la sauvette de Château-Rouge. La plupart des entretiens relatifs aux tontines pratiquées sur le marché de Château-Rouge se sont déroulés entre 2009 et 2010. Une nouvelle série d’interviews s’est déroulée en 2014. Celle-ci a confirmé la plupart des éléments découverts lors de la première série. Elle a porté principalement sur la prostitution de rue à Château-Rouge auprès d’une dizaine de femmes prostituées. La moitié d’entre ces femmes n’entretenaient pas de liens avec le marché de Château-Rouge. Je me suis plus spécifiquement intéressé à l’autre moitié, qui exerçait en parallèle l’activité de vente à la sauvette sur le marché, et qui pratiquait des tontines.

Beaucoup d’enquêtés s’exprimaient avec difficulté en français. A cet égard, ma pratique du lingala a été un atout incontestable, et a été plus propice à susciter les confidences. Il n’en reste pas moins que j’ai dû faire face à une certaine méfiance liée à ma position de sociologue. De plus, le fait d’être un homme dans cet environnement majoritairement féminin a accentué certaines méfiances. Toutefois, ma connaissance des codes culturels congolais m’a aidé à gagner la confiance de ces femmes, qui avaient à cœur de mettre en avant les valeurs d’entre-aide véhiculées par les tontines. Il m’a donc fallu veiller à garder de la distance avec mon objet de recherche, d’autant plus qu’il m’était familier depuis l’enfance. J’ai essayé de déconstruire les discours pour en déceler différents niveaux d’analyse et les éventuelles contradictions. J’ai souvent été amené à confronter mes notes d’observation aux extraits d’entretien pour enrichir mon analyse. En effet, j’ai pratiqué plusieurs observations directes au sein du marché noir-africain de Château-Rouge et ai souvent pris des notes sur le vif. J’ai par exemple assisté à deux levées de tontines, et à un conseil de quartier.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Seri jean-claude dit :

    j’ai lu et apprécié votre étude sur les tontines et votre travail nous impressionne.
    Au regard de mon enthousiasme sur les questions de fonds qui vous abordez, j’aurais aimé en discuter plus sérieusement avec vous afin de profiter de votre expérience.
    je dirige une Association en côte d’ivoire qui se sert du moyen des tontines pour lutter contre la pauvreté dans ma commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search