Appel à communication AFSP, ST8: « Gouverner par les modèles »

Appel à communication section thématique 8 – AFSP – Gouverner par les modèles

A l’occasion du congrès de l’AFSP qui se tiendra à Montpellier les 10 et 12 juillet 2017, la section thématique 8 lance un appel à communication sur le thème des « gouverner par les modèles ».

Date limite d’envoi des propositions: 15 octobre 2016

Thématique

En une vingtaine d’années, les instruments d’action publique sont devenus des objets d’étude canoniques pour la science politique (Lascoumes, Le Galès, 2005, Halpern, Lascoumes, Le Galès, 2014). Une famille d’instruments tient un rôle désormais central dans les processus de technicisation de l’action publique : les modèles. Les modèles se présentent sous forme informatique et numérique, nécessitent des professionnel.le.s spécialisé.e.s pour les faire fonctionner, et projettent les différentes actions possibles dans le futur afin d’orienter la décision dans le présent. Objets faits d’un mixte de quantification, de formalisation et de simulation (Armatte, 2010), ils servent souvent de médiation entre le monde réel et la théorie. Les modèles peuvent être rencontrés dans le domaine de la stratégie militaire (Edward, 1996), de la politique économique (Angeletti, 2011), du gouvernement de la sécurité alimentaire (Cornilleau, 2016), des politiques climatiques (Dahan 2007), de la santé (Sjögren, Helgesson, 2007).

Le travail de modélisation passe par le déploiement d’algorithmes qui tendent à complexifier la conduite de l’action publique, mais aussi son étude. La modélisation se présente comme l’aboutissement d’une rationalité décisionnelle où la technique permettrait d’arbitrer en situation d’incertitude et d’offrir aux décideurs une grande légitimité scientifique (Ihl et al., 2003) tout en maintenant une forme de confinement rendant ces instruments imperméables à la controverse.

Cette section thématique propose de s’arrêter sur les modèles (et le processus de modélisation) et leurs effets sur l’action publique, afin d’éclairer leur conception du politique et leur pouvoir de légitimation. Elle vise aussi à interroger des conceptions critiques de la modélisation y compris lorsqu’elles trouvent leurs origines dans les sciences sociales et les sciences économiques. Pour cela, les communications pourraient s’inscrire dans trois axes.

  • Axe 1 : Les modèles comme instruments privés d’action publique

Une première entrée consiste à considérer les modèles comme des outils de transformation des frontières entre l’État, le marché et la sphère académique. Loin d’être simplement produits au sein des administrations, les modèles proviennent très souvent d’acteurs privés travaillant en étroite collaboration avec le monde universitaire et les instances publiques. Ainsi, les modèles sédimentent un vaste ensemble de savoirs à visées opératoires, forgés dans des arènes mixtes où de nombreux intérêts et cadrages circulent. L’interrogation portera dans cet axe sur la façon dont des instruments privés deviennent des modèles de décision publique (Chiapello, 2005) et s’intéressera aux effets d’une telle conversion sur l’action publique.

  • Axe 2 : Modèles, prospective et gouvernement du futur.

Une seconde entrée s’intéresse à la manière dont les modèles sont utilisés pour la formulation et la réalisation des futurs. La modélisation du futur équipe depuis longtemps une conception de l’État « stratège », capable de gouverner le « long terme » (Andersson, Prat, 2015). Les modèles visent d’abord à rendre quantifiables des objectifs poursuivis par les programmes d’action publique (Geden, 2014). Ils intègrent par ailleurs dans les calculs une certaine vision du futur (scénarisation épidémiologique ou des catastrophes, calcul coûts-bénéfices de la décision, etc.). Les modèles associent alors des considérations ontologiques (quelles entités et quelles dimensions d’un problème doivent être prises en compte ?) et normatives (quelles sont les options le plus efficaces ?), deux facettes qu’il conviendra d’explorer.

  • Axe 3 : Modèle, critique et contrainte

Enfin, une troisième entrée dans l’examen des modèles consiste à s’intéresser au pouvoir de coercition des modèles, dans la mesure où ils semblent à la fois avoir force de contrainte sur la décision tout en restant invisibles à la critique. Si des résistances aux instruments s’observent désormais plus fréquemment (Lascoumes, Le Bouhris, 2014), des formes d’asymétries profondes demeurent et ce d’autant plus lorsque la technicité des instruments en question s’élève. Le coût d’entrée de l’analyse des modèles est très élevé pour celles et ceux ne participant pas à leur confection ou à leur utilisation quotidienne : chercheurs en sciences sociales bien sûr, mais aussi citoyen.n.es, associations, etc. Ce troisième axe se penchera sur la façon dont les modèles sont rendus invisibles et sur les tentatives de leur remise en cause.

Mots clés: modélisation, action publique,  instrument,  prospective,  frontière public-privé, controverse.

Modalités

Les propositions de maximum 6 000 signes doivent être envoyées avant le 15 octobre 2016 à sara.aguiton@sciences-po.org, lise.cornilleau@sciencespo.fr, henri.boullier@parisdescartes.fr et pierreandre.juven@gmail.com.

Comité d’organisation

Sara Aguiton
Henri Boullier
Lise Cornilleau
Pierre-André Juven

Bibliographie

Andersson Jenny, Prat Pauline, « Gouverner le long terme. La prospective et la production bureaucratique des futurs en France », Gouvernement et action publique 3/2015 (N° 3), p. 9-29.
Angeletti Thomas, « Faire la réalité ou s’y faire? La modélisation et les déplacements de la politique économique au tournant des années 1970 », Politix 2011/3 (n° 95), p. 47-72.
Armatte Michel, La science économique comme ingénierie : quantification et modélisation, Paris, Presses des Mines, 2010.
Benamouzig Daniel, La santé au miroir de l’économie, Paris, PUF, 2005.
Cornilleau Lise, « La modélisation économique mondiale, une technologie de gouvernement à distance ? Généalogie, circulations et traductions d’un modèle de la sécurité alimentaire globale de l’IFPRI », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 2016/2 (Vol.10, n°2), pp.171-196.
Dahan Amy, Les modèles du futur. Changement climatique et scénarios économiques : enjeux politiques et économiques, Paris, La Découverte, 2007.
Edwards Paul, The Closed World: Computers and the Politics of Discourse in Cold War America, MIT Press, 1996.
Geden Oliver, Fischer Severin, « Moving Targets. Negotiations on the EU’s Energy and Climate Policy Objectives for the Post-2020 Period and Implications for the German Energy Transition », Research Paper, Stiftung Wissenschaft und Politik German Institute for International and Security Affairs, 2014.
Halpern Charlotte, Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, (dir.), L’instrumentation de l’action publique, Paris, Presses de Sciences-Po, 2014.
Ihl Olivier, kaluszynski Martine, Pollet Gilles, (dir.), Les sciences de gouvernement, Paris, Economica, 2003.
Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, (dir.), Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Science-Po, 2004.
Sjögren Ebba, Helgesson Claes-Fredrik, « Health economics and medicine in the shaping of Swedish markets for subsidized pharmaceuticals », in Callon Michel, Millo Yuval, Muniesa Fabian, (dir.), Market Devices, Oxford, Blackwell Publishing, 2007, pp. 215-240.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *