Appel à communication AFSP, ST 57: « Les religions dans les capitalismes contemporains »

Appel à communication section thématique 57 – AFSP – Les religions dans les capitalismes contemporains: normativités, pratiques, engagements

A l’occasion du congrès de l’AFSP qui se tiendra à Montpellier les 10 et 12 juillet 2017, la section thématique 57 lance un appel à communication sur le thème des « les religions dans les capitalismes contemporains ».

Date limite d’envoi des propositions: 15 octobre 2016

Thématique

La mondialisation du capitalisme est un processus continu de la réinvention de ses modes opératoires, de ses cadres d’interactions et de ses représentations à la croisée de son universalisme, d’un côté, et des particularismes des espaces sociaux de sa réappropriation, de l’autre.[1] Dans ce processus, les divergences entre les capitalismes sont souvent étudiées à l’échelle macro – nationale ou régionale – de manière à proposer un panorama des formes réinventées du capitalisme en les qualifiant de crony, confucian, asiatique, méditerranéen et attirant l’attention à leurs différences avec les modèles occidentaux du capitalisme néo-libéral, européen, anglo-saxon.

Toutefois, ni les frontières nationales ni les frontières imaginées entre Nord et Sud ne sont hermétiques à ces divergences qui s’expriment, coexistent, se confrontent avant tout sur le plan infranational. Les dynamiques en cours entrainent le repositionnement des acteurs sur la scène politique nationale entre acculturation à la mondialisation et contestation de l’ordre international. Ces cadres d’action économique, caractérisés à la fois par une restructuration normative et par des dynamiques de flexibilité et d’hybridité privilégiant ainsi l’étude des processus d’individualisation, s’accompagnent de la production de nouvelles formes de mobilisation porteuses de projets de société dont les expressions combinent exit, voice et loyalty et défie ainsi la structuration classique des espaces politiques contemporains.

Ce panel étudie ces nouvelles dynamiques sociopolitiques par le prisme des configurations religieuses des capitalismes contemporains. De quelle manière le rapport à la religion participe-t-il à la mutation et à la diversification des capitalismes ? Par quelles catégories d’acteurs ce rapport est-il mobilisé ? Quelles formes d’engagement le phénomène religieux provoque-t-il ? Cette session thématique interroge la question de savoir de quelle manière les expressions économiques du rapport à la religion façonnent, ou pas, les répertoires d’action, de pratiques et de conduites, les logiques de distinction et de domination, et les registres de justification ainsi que les structures d’encadrement des interactions.

Nous entendons par religion ce qui relève d’une configuration de croyances, de questionnements normatifs et de références symboliques que l’action de l’individu ou des groupes donne à voir sous forme de représentations, de pratiques et d’interactions. Cette définition permet d’élargir le questionnement à d’autres formes d’engagement non religieuses mais porteuses de normativités, de type altermondialiste par exemple. Les contributions privilégieront une approche localisée de ces processus et mobiliseront un jeu d’échelles entre les niveaux micro (trajectoires, pratiques, représentations), méso (entreprise, organisation, institution) et macro (réseau, contexte politique, organisation économique). Cette session emploiera une perspective comparatiste et permettra de développer le dialogue entre les études sociopolitiques des processus économiques et celles relevant de l’histoire des idées, de la sociologie des religions et de la sociologie de l’engagement.

Trois axes de questionnement sont proposés :

  • Axe 1:    La configuration des répertoires d’actions : investir, entreprendre, consommer

Dans quelle mesure ce rapport structure-t-il les préférences et les pratiques dans les domaines de la consommation, de la banque, du management d’entreprise et du don ? Peut-on parler des « sélectivités religieuses » dans l’économie ? Dans quelle mesure les appartenances de classe et de religion se recoupent-elles ? De quelle manière ces répertoires engendrent-ils des formes d’engagement (syndicale, professionnelle, associative) ?

  • Axe 2:   Fabrique des normativités, enjeux économiques et rapports de pouvoir

Nous entendons par normativités un ensemble de règles et de valeurs évolutif configuré dans un contexte donné par l’enchevêtrement de diverses logiques ayant des finalités différentes. Comment, aujourd’hui, les frontières entre ‘tolérables’ et ‘intolérables’ sont-elles définies ? Par quelles représentations du capitalisme ces normativités sont-elles régies ? Quelles catégories d’acteurs y prennent-elles part (hommes de religion, acteurs et experts de l’économie, mouvements sociaux) ? Quels rapports de conflictualité, de complémentarité et de concurrence ces mouvements entretiennent-ils avec ce qu’ils perçoivent comme les forces dominantes du capitalisme, d’ordre national ou mondial? Quels registres de légitimation produisent-elles ?

  • Axe 3:    Réseaux, mobilités et encadrement des interactions

Cet axe porte sur la structuration des cadres d’interaction et des formes de mobilité et de mobilisation qui se rapportent à la religion. L’attention est portée autant sur les réseaux transnationaux que sur les multipositionnalités des acteurs et les événements internationaux comme les salons, les congrès et les forums. De quelle manière les sociabilités religieuses favorisent-elles la production de structures d’échange et de solidarité, formelles ou informelles ? Comment les normativités, les savoirs et les répertoires d’actions circulent-ils sur le plan international ?

_____________________

[1] Bayart, Jean-François, La Réinvention du capitalisme, Paris, Karthala, 1994.

Mots clés: Capitalismes, rapports à la religion, sociologie politique des processus économiques, réseaux/normativités/pratiques économiques, sociologie des engagements, mondialisations

Modalités

Les propositions de 5 000 signes maximum sont à envoyer avant le 1er octobre 2016 à dilek.yankaya@sciencespo.fr et frederic.coste@sciencespo.fr.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search