Gros plan sur… La thèse d’Antoine Machut, sur l’engagement des journalistes dans le monde de l’information financière

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Antoine Machut, doctorant en sociologie depuis 2013 à Grenoble, au laboratoire Pacte, sous la direction de Gilles Bastin.

Antoine Machut

  1. Votre thèse, réalisée au Laboratoire Pacte sous la direction de Gilles Bastin et de Pascale Trompette, porte sur l’engagement des journalistes dans le monde de l’information financière. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

J’étais en classe préparatoire économique quand la crise des subprimes s’est déclenchée, à partir de 2007. J’avais beaucoup de cours d’Histoire économique et ai suivi cette crise avec beaucoup d’attention : le fonctionnement de la finance me fascinait, à la fois très technique et reposant sur un ensemble de représentations, opinions et croyances conventionnelles. Les angles d’analyse privilégiés par les médias pour rendre compte de la crise financière, et plus largement des phénomènes économiques comme les dettes publiques me posaient aussi question. J’ai finalement pu construire mon projet de recherche alors que j’étais en deuxième année de master journalisme à Sciences-Po Grenoble, où j’ai pu suivre en parallèle un parcours recherche. Mon mémoire portait sur la façon dont les médias « cadrent » les phénomènes financiers. Mais dans mon travail de thèse, je me suis peu à peu concentré sur la place qu’ occupent les journalistes spécialisés en finance dans la production de l’information financière.. Ce choix comporte plusieurs avantages : il permet d’abord de se concentrer sur la médiatisation de la finance au-delà de la seule logique évènementielle qui prévaut au cours des crises financières. Ensuite, les enquêtes menées par les économistes de l’école de la régulation (en particulier André Orléan et Frédéric Lordon) et par les spécialistes de la sociologie financière ont permis de comprendre la façon dont la finance se constitue en un espace social au sein duquel les individus forment une communauté de croyances, d’opinions et de conventions. Cela leur permet de partager une certaine façon d’établir la « vérité » de la valeur financière et de s’y tenir, quand bien même elle ne repose finalement que sur des conventions. De même, les conséquences – néfastes – de l’essor de la finance sur d’autres espaces sociaux (en termes de rationalisation du travail et de « gouvernance d’entreprises », par exemple) sont bien documentées. En revanche, comme le remarquait Jeanne Lazarus en conclusion de sa note de lecture d’un ouvrage d’Horacio Ortiz [1], la façon dont la finance parvient à imposer sa vérité à l’extérieur du monde de la finance demeure assez mystérieuse. Les journalistes financiers constituent ici un cas d’étude intéressant : ils participent quotidiennement à la construction et au fonctionnement des marchés financiers, tout en étant à la marge et en répondant à un système normatif a priori distinct, celui du journalisme. Comment ces individus en viennent-ils à « s’engager » dans le journalisme financier ? Sont-ils dominés et contraints par le pouvoir de la finance, ou y a-t-il des « affinités électives », pour reprendre l’expression de Max Weber, entre un ethos journalistique et un ethos financier qui leur permettent de s’ajuster et de légitimer la domination de la finance ? Ces questions permettent aussi de reprendre l’hypothèse de l’essor d’un « journalisme de marché », développée à partir des années 1990 par John Mc Manus (1994) aux États-Unis et Pierre Bourdieu (1996) en France. Cette hypothèse contient à la fois l’idée que la rationalisation des entreprises de presse a eu pour effet de dégrader les pratiques journalistiques, et l’idée que les journalistes contribuent à la légitimation des logiques de marché.

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Je mobilise essentiellement un cadre interactionniste. J’utilise notamment les concepts de « monde social » et d’« engagement » d’Howard Becker (1960) pour comprendre comment les journalistes s’engagent dans un « monde de l’information financière », y construisent leur carrière et s’identifient professionnellement, c’est-à-dire justifient la valeur de leur activité. Dans sa définition interactionniste, l’engagement est formé par la suite des choix faits par les individus au cours de leur trajectoire professionnelle. C’est une façon de mesurer la proximité des journalistes financiers avec les mondes de la finance et du journalisme et la force d’attraction qu’exercent ces mondes sur les individus qui les parcourent. Je m’appuie également, mais plus marginalement, sur la sociologie des professions pour mesurer la capacité des journalistes financiers à maîtriser leur activité, à se définir une juridiction pour reprendre les termes d’Andrew Abbott (1988). Je m’inspire enfin de la sociologie du journalisme française et américaine qui tente de démontrer comment les journalistes parviennent à maintenir des frontières collectives plus ou moins stables. Ces frontières ne tiennent pas que par des valeurs et des codes professionnels adoptés par l’ensemble des journalistes, mais aussi par des cadres d’interprétation largement partagés, qui leur permettent de participer à la construction de la réalité tout en revendiquant une forme d’objectivité. S’ils ne constituent pas clairement une profession, les journalistes n’en forment pas moins une « communauté interprétative » qui fabrique des mécanismes élaborés de construction de la réalité, comme le suggère Barbie Zelizer.

  1. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Une partie de mon enquête repose sur l’analyse statistique longitudinale des carrières des journalistes financiers. Cette méthode a été importée en sciences sociales par Andrew Abbott ; elle permet par exemple de comparer entre elles des séquences de données et de les classer en fonction de leur ressemblance, pour finalement mettre en évidence des trajectoires-types et les variables qui permettent de les prédire (Abbott et Hrycak 1990). J’utilise pour cela des données issues du réseau social professionnel Linked’In. Les journalistes sont nombreux à y créer un profil, dans lequel ils détaillent les activités qu’ils ont exercées au cours de leur parcours professionnel. Cette analyse demande un gros travail de nettoyage et de recodage des données extraites, que je réalise en collaboration avec Jean-Marc Francony et Gilles Bastin, dans le cadre d’un projet de recherche en cours qui porte plus largement sur l’analyse statistique longitudinale d’une grande quantité de carrières de journalistes. À ce jour, j’ai pu analyser un échantillon de 239 carrières d’individus qui exercent ou ont exercé une activité de journaliste financier au moins une fois dans leur carrière. Cela me permet de mesurer la durabilité de l’engagement des journalistes financiers et la fréquence des transitions entre la presse et la finance. Il en ressort que près de la moitié des individus dont j’ai étudié les carrières ne restent que très peu de temps journalistes financiers : leur trajectoire professionnelle dévie vers le journalisme généraliste, la finance ou un autre secteur privé. L’activité boursière joue un rôle important dans l’organisation de ces carrières en créant des effets d’opportunités, comme ce fut le cas à la fin des années 1990 et en 2000 avec la création d’une multitude de sites web financiers sous l’impulsion de la bulle internet. Si l’on met à part ces effets d’opportunité, le secteur de la finance exerce une attraction relativement forte sur les individus qui s’engagent à un moment donné dans une carrière de journaliste financier, puisqu’environ 20 % des carrières analysées jusqu’ici laissent apparaître une expérience plus ou moins longue dans le journalisme financier suivie d’une activité dans la finance.  Les entretiens biographiques menés avec des individus qui exercent ou ont exercé une activité de journaliste financier (une trentaine à ce jour) permettent ensuite de comprendre comment les individus s’identifient professionnellement et s’ajustent tout au long de leur trajectoire, en particulier dans ces cas « d’exit ». La dégradation du marché du travail journalistique, les nombreux rachats successifs de journaux multiplient les occasions de quitter le monde de la presse, tandis que l’intervention de plus en plus offensive des attachés de presse dans la production de l’information financière entretient un discours globalement décliniste à propos du monde de la presse. Cela permet aux journalistes qui « sortent » pour réaliser une activité de consultant éditorial ou de communication dans le secteur de la finance de  justifier sans mal la valeur de leur nouvelle activité. Ils expliquent souvent réaliser la même activité que lorsqu’ils étaient journalistes, mais avec de meilleurs moyens. Le fait qu’ils dépendent d’une seule source (leur employeur) devient plus aisé à justifier quand le secteur de la presse n’est plus perçu comme susceptible de soutenir efficacement le mythe professionnel du journaliste indépendant. Autrement dit « l’exit » ne produit pas un fort désajustement du point de vue de l’identification professionnelle des anciens journalistes, contrairement à ce que la barrière symbolique traditionnellement tracée entre journalisme et communication laisserait croire.

Ces entretiens me permettent également de comprendre les mécanismes sur lesquels s’appuient les journalistes financiers pour construire la réalité financière tout en revendiquant leur « objectivité », et plus particulièrement ceux qui sont amenés à donner des conseils boursiers à leurs lecteurs.

[1] http://www.laviedesidees.fr/La-finance-et-la-verite-des-prix.html#nb1

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurène Tran dit :

    bonjour,
    la thèse a l’air super intéressante

    par contre petite typo : André Orléan sans le “s”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search