Gros plan sur… La thèse d’Antoine Ducastel, sur les fonds de private equity engagés dans l’agriculture en Afrique du Sud

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail d’Antoine Ducastel, qui vient de soutenir sa thèse d’économie le 28 juin 2016 à l’université Paris-Saclay, sous la direction de Jean-Jacques Gabas et de Ward Anseeuw.

photo

1. Votre thèse, réalisée à l’unité mixte Art-Dev (CIRAD) sous la direction de Jean-Jacques Gabas et de Ward Anseeuw, porte sur les fonds de private equity engagés dans l’agriculture en Afrique du sud. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Ma thèse analyse le rôle de la finance dans les transformations du secteur agricole en Afrique du Sud en prenant pour objet d’étude les fonds de private equity spécialisés qui se sont multipliés au cours des dernières années. Le private equity est un dispositif encadrant la délégation, contractuelle et temporaire, de la gestion de capitaux des détenteurs légaux à des gestionnaires privés en vue d’acquérir un portefeuille d’entreprises, ou de fractions d’entreprises, et de réaliser une plus-value finale. Concrètement, des investisseurs institutionnels regroupent leurs capitaux au sein d’un fonds communs de placement à durée de vie limitée dont la gestion incombe à une société de gestion d’actifs spécialisée laquelle va investir dans le capital d’entreprises-cibles, agricoles ou agroalimentaires, en partenariat avec leurs dirigeants. La revente des parts à l’échéance du fonds doit permettre de rémunérer les investisseurs du fonds et le gestionnaire. Au sein du circuit du private equity, les investisseurs institutionnels, les gestionnaires d’actifs et les dirigeants d’entreprise sont donc collectivement engagés dans la production d’un actif agricole à partir d’entreprises-cibles.

Dans le cadre des nombreux travaux sur la financiarisation des économies contemporaines, les fonds de private equity apparaissent comme un vecteur privilégié de la transformation des systèmes capitalistes et plus particulièrement un vecteur privilégié de diffusion des principes de la valeur actionnariale au sein des entreprises. Ma thèse s’intéresse donc aux déclinaisons locales de « l’extension du domaine de la finance » (Deffontaines 2013) en portant le regard sur les marges du capitalisme global, d’autant que les études sur la financiarisation se sont largement focalisées sur les capitalismes nord-américains et européens.

A ce titre, l’Afrique du Sud, en tant qu’économie émergente, représente un laboratoire privilégié des transformations actuelles du capitalisme en général et de la financiarisation en particulier. Jean et John Comaroff considèrent les pays du Sud comme la nouvelle frontière du capitalisme mondial compte tenu du caractère moins contraignant de leur système de régulation économique et social (Comaroff et Comaroff 2012). Par ailleurs, le secteur agricole sud-africain se caractérise par une forte polarisation héritée de l’apartheid entre les agriculteurs « commerciaux » blancs et les agriculteurs noirs «  de subsistance ». Il est donc intéressant d’analyser les impacts de la financiarisation sur cette architecture sectorielle et sur le modèle de développement agricole sud-africain.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Je m’inscris à la croisée de différents cadres théoriques : la sociologie économique, les études sociales de la finance et enfin dans une moindre mesure, l’analyse cognitive des politiques publiques. Tout d’abord j’analyse le private equity comme un « dispositif d’intermédiation financier », c’est-à-dire comme un mécanisme d’appariement entre des détenteurs et des demandeurs de capitaux, lequel détermine un canal de circulation des capitaux. Cette notion est largement empruntée à la sociologie des institutions économiques et marchandes (François et Dubuisson-Quellier 2011), et plus particulièrement à la sociologie de l’intermédiation marchande (Bernard de Raymond 2010) lesquelles s’intéressent aux conditions réelles de rencontre entre une offre et une demande.

Pour caractériser les canaux de circulation des capitaux organisés par ce dispositif d’intermédiation original j’ai utilisé la notion de « filières agro-financières » du private equity. Une filière agro-financière est un enchâssement d’échanges stabilisés et d’interdépendances entre une pluralité d’acteurs insérée dans des territoires et des champs professionnels multiples et dispersés en vue de valoriser le capital à partir de l’agriculture. Cette notion emprunte à la fois à l’école de la régulation et notamment aux travaux de Gilles Allaires qui fait de la filière un « sous-système de régulation » et à l’analyse des réseaux sociotechniques de Michel Callon et de ses collègues. Enfin, j’ai emprunté à d’autres courant de la sociologie économique qu’il s’agisse de la sociologie des instruments de gestion (Boussard, Chiapello) ou des valuation studies (Vatin) pour rendre compte de l’infrastructure humaine et matérielle qui sous-tend la circulation des capitaux.

Les apports de l’analyse des politiques publiques à notre cadre d’analyse sont multiples. Tout d’abord, les travaux de Pierre Muller sur les processus de sectorisation/désectorisation constituent une grille de lecture originale pour évaluer les effets de la financiarisation, et plus particulièrement des filières agro-financières du private equity, sur les structures sociales et politiques de l’agriculture. Par ailleurs, la notion d’« instrument de politique publique » m’a permis de rendre compte du rôle moteur des Etats dans l’essor des fonds de private equity et plus généralement dans la dynamique de financiarisation.

3. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

L’accès au terrain et aux données représente l’un des plus gros défis lorsque l’on travaille sur les institutions financières en générale et les fonds de private equity en particulier. Pour surmonter cette difficulté j’ai cherché à constituer un panel de fonds de private equity suffisamment large pour surmonter le déficit d’information propre à chacune des études de cas. Plutôt qu’une monographie d’un fonds en particulier, mon travail est une étude comparative de 18 fonds de private equity, de tailles différentes, tous engagés dans l’agriculture en Afrique du sud et en Afrique australe. Ce panel n’est pas exhaustif mais il permet de réaliser des comparaisons pour identifier les caractéristiques communes et les différences saillantes.

Trois types de matériaux ont été collectés au cours du terrain d’enquête : des observations directes, des entretiens qualitatifs et de la littérature grise. Premièrement, j’ai eu l’opportunité de réaliser deux « stages », respectivement de 5 et 6 semaines, au sein de deux sociétés de gestion d’actifs agricole à Pretoria puis au Cap. En complément des observations directes réalisées lors de nos deux « stages », 109 personnes ont été interrogées dans le cadre d’entretiens qualitatifs : directeurs et chargés d’investissement au sein d’institutions financières, partenaires et chargés d’investissement des sociétés de gestion d’actifs,  directeurs des entreprises-cibles. L’objectif était de conduire une « analyse multi-située » (Marcus 1995) et de déplacer le regard au niveau des différents acteurs qui composent les filières du private equity afin de comprendre les ressorts de leur engagement d’une part et les transformations induites au sein de leurs organisations et de leurs champs respectifs d’autre part. Enfin, j’ai collecté une abondante littérature grise qui émane des sociétés de gestion de notre panel (rapports annuels, matrice financière d’évaluation, brochures commerciales) pour mieux saisir les représentations que les sociétés véhiculent d’elles-mêmes et les outils qu’elles utilisent pour la gestion d’actifs agricoles.

4. Quels sont vos éléments d’analyse? Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ? 

Grace à ce travail j’ai pu dégager deux ensembles de résultats.

Premièrement, l’approche par les filières agro-financières permet de saisir les rouages concrets et les rapports de force qui structurent et régulent la circulation et l’allocation des capitaux vers l’agriculture. En ce sens, le private equity est un dispositif de domination des détenteurs de capitaux sur les autres parties prenantes des filières. Toutefois, les formes concrètes de cette domination sont négociées au quotidien et restent toujours menacées par la rupture des transactions routinières entre les différents groupes d’acteurs. Ainsi, dans certaines entreprises agro-industrielles ou les agriculteurs commerciaux blancs constituent historiquement le principal groupe d’actionnaires, les dirigeants se sont progressivement opposés aux stratégies de valorisation financière promues par les gestionnaires de fonds au profit de la défense des intérêts commerciaux de leurs clients-actionnaires

Deuxièmement, la dynamique de financiarisation s’observe à deux échelles distinctes : les entreprises-cibles et le secteur. Tout d’abord, la financiarisation se traduit par une mutation des formes de la marchandise « entreprise ». Les exploitations agricoles sud-africaines par exemple ne sont plus seulement échangées sur un marché national, dominé par les agriculteurs commerciaux, mais aussi sur les marchés financiers mondiaux, ou elles sont échangées comme des actifs. Ensuite, à travers le prisme du private equity, l’agriculture est perçue et organisée par les gestionnaires comme une classe d’actifs. La classe d’actifs constitue l’abstraction intermédiaire par lequel les marchés, les acteurs financiers, mais aussi les administrations publiques financiarisées, peuvent se saisir et transformer le réel. Cet espace de régulation des rapports économiques et sociaux par la finance entre alors en concurrence avec les institutions de la régulation sectorielle. Les Etats alimentent largement cette dynamique de désectorisation en instaurant les conditions nécessaires au « gouvernement de la finance ».

Ce cadre de régulation a des répercussions sur les structures de production et sur le modèle de développement agricole en Afrique du sud. Ainsi, le modèle de l’exploitation agricole commerciale et familiale est menacé par l’essor d’une  « agriculture de firme » (Hervieu et Purseigle 2009)  plus propice à la valorisation des capitaux des investisseurs. Selon la structure de leurs capitaux les agriculteurs adoptent alors des stratégies différentes face aux filières du private equity qui oscillent entre intégration, résistance et exil dans les pays africains limitrophes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search