Gros plan sur… La thèse de Virginie Blum, sur la défaillance d’entreprises

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Virginie Blum, doctorante en sociologie depuis 2012, au laboratoire Centre Max Weber UMR 5283, sous la direction de Laurence Tain.

img_1651

1. Votre thèse, réalisée au Centre Max Weber sous la direction de Laurence Tain, porte sur la défaillance d’entreprises. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

A vrai dire, ce sont les aspects culturellement et socialement négatifs associés à la défaillance d’entreprises qui ont suscité mon intérêt. Mon idée de départ était que si l’on prend acte que des entreprises se créent et vivent, on peut également considérer que d’autres meurent. Les recherches sociologiques sur l’entrepreneuriat se sont principalement focalisées sur la première perspective ; la seconde perspective demeure néanmoins beaucoup moins investie par la sociologie comparativement à la finance, au droit, à l’économie ou à la gestion. Il m’est donc apparu intéressant d’appliquer les méthodes et notions propres de la sociologie à la question de savoir comment la société gère ses entreprises « mourantes ».

Enquêter sociologiquement sur ce sujet m’a tout d’abord conduit à questionner certaines prédispositions communes et poser la défaillance d’entreprises comme un « fait social » attesté par une régularité statistique. Il est commun et statistiquement montré que la défaillance d’entreprises accélère ou régresse en fonction de la conjoncture et du contexte de crise ; les faillites nous apparaissent ainsi comme un phénomène aléatoire qui n’existerait pas autrement que comme un facteur de situation de crise. Mais replacée au sein de la population d’entreprises dans laquelle elle s’inscrit, la défaillance d’entreprises est aussi un fait qui a une unité et une régularité statistique dans le temps, équivalent à un taux moyen de 1,7% en France sur la période 2004-2014.

Puis, m’intéresser à la défaillance d’entreprises m’amène à découvrir de l’intérieur un processus judiciaire largement fantasmé, méconnu et/ou caricaturé. Dans ce contexte, ma démarche propose une immersion auprès des différent.es acteur.es de la défaillance d’entreprises (juges, professionnel.les de la justice commerciale et dirigeant.es) à trois moments de la chaîne judiciaire : l’ouverture procédurale, le jugement et l’après-procédure. Le premier temps, par exemple, me permet de dresser les propriétés socio-économiques des justiciables – les dirigeant.es qui ont fait faillite – et de leurs entreprises et resituer les trajectoires qui ont précédé l’événement judiciaire.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Plusieurs corpus théoriques nourrissent mes réflexions, principalement ceux de la sociologie du droit et de la sociologie économique. A l’interface de ces deux champs, les travaux développant une approche endogénéisée du droit sont également particulièrement intéressants pour étudier la défaillance d’entreprises et parvenir à construire un regard sociologique sur cet objet. Je m’appuie notamment sur les analyses en termes de construction sociale des marchés, celles sur les dispositifs et outils équipant les échanges dans leur ensemble, comme la notion d’ « intermédiaires »  pour appréhender entre autres comment se produit la décision d’un redressement judiciaire, comment les acteur.es restructurent des dettes avec les règles de droit, quels arbitrages ils-elles opèrent dans le cours de l’action pour tenter de redresser une entreprise défaillante, pour la juger « viable » et maintenir son activité et son emploi.

Mon intérêt étant aussi de saisir, à travers ces questions, les façons dont le processus judiciaire de la défaillance d’entreprises travaille les inégalités de ressources dans l’espace social et les formes effectives de pouvoirs/résistances, les rapports de force à l’œuvre, les recherches féministes et de genre constituent ici pour moi une source heuristique et des espaces de réflexion féconds pour aborder et approfondir ces dynamiques avec l’enjeu de l’imbrication des rapports sociaux – l’intersectionnalité. Tout en suivant le cours des interactions et des parcours, ce que disent et font les personnes rencontrées, il s’agit pour moi d’interroger comment se construit la distribution des « chances » et des hiérarchies dans les faillites et l’articulation entre les positions de classe, de sexe et de race est centrale.

3. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon enquête a été réalisée au sein d’un des cinq plus importants tribunaux de commerce français (en nombre d’affaires nouvelles par an), qui est également l’une des plus anciennes juridictions consulaires en France. Grâce à l’introduction du président alors en exercice, j’ai pu effectuer trois périodes intensives de travail durant lesquelles 4 techniques d’enquête ont été mobilisées : l’exploitation statistique d’une base de données administratives (sur la période 1990-2014), l’observation d’une trentaine d’audiences, de préparations d’audiences et de cabinets de juges, la consultation d’archives, 31 entretiens avec des juges, des professionnel.les de la justice commerciale ainsi qu’avec des dirigeant.es d’entreprises défaillantes. Je qualifierai mon enquête de terrain en reprenant le titre de l’article de Florence Weber (1995) comme « une ethnographie armée par les statistiques ».

A l’issue de cette enquête, je mets à l’épreuve l’hypothèse selon laquelle la défaillance d’entreprises nous renvoie à un révélateur social dont le sens et les actions ont un caractère socialement situé. Démonstration classique de l’approche sociologique, cette proposition l’est beaucoup moins dans les théories économiques, financières et managériales standard de la défaillance d’entreprises qui se concentrent sur les données en termes de prédiction et/ou de prévention de l’échec ainsi que d’efficience économique du droit.

Elle prolonge en revanche les analyses historiques et sociologiques déjà engagées sur les juges des tribunaux de commerce et les mécanismes de distinctions qui les sous-tendent en les saisissant « dans le feu de l’action », dans l’interaction avec les justiciables et les autres acteur.es judiciaires.

Enfin, perspective émergente et encore lacunaire dans le domaine, ma recherche apporte des résultats et des éléments de réflexion quant aux parcours de vie des dirigeant.es d’entreprises défaillantes une fois les procédures clôturées. Je m’interroge sur l’impact des faillites au niveau des différentes sphères de vie (familiale, professionnelle, de santé) et montre dans quelle mesure cet impact varie en fonction des ressources – économiques, culturelles et sociales – dont les dirigeant.es disposent.

Carnet de recherche Hypothèses de Virginie Blum : http://centreprendre.hypotheses.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *