Gros plan sur… la thèse de Jean Finez, sur l’évolution du secteur ferroviaire en France

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur un travail de recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Jean Finez, doctorant depuis 2009 au CLERSÉ, à l’Université Lille 1, sous la direction de Marnix Dressen et Bernard Convert.

Votre thèse porte sur la contestation du monopole de la SNCF dans le secteur ferroviaire français. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Quand j’ai décidé de faire une thèse de sociologie, je souhaitais continuer à travailler sur les élites économiques, comme j’ai pu le faire dans le cadre de mes travaux antérieurs. En Master 1, j’avais rédigé un mémoire sur les stratégies de reproduction sociale des grandes familles de la bourgeoisie textile du Nord, puis en Master 2, je m’étais penché sur les relations entre les patrons des entreprises du CAC40, en mobilisant l’analyse de réseaux. Mais je cherchais aussi un nouveau terrain d’investigation. En 2009, j’ai pris contact avec Marnix Dressen qui travaillait déjà depuis quelque temps sur les restructurations du secteur ferroviaire, en particulier sur les questions d’emploi et de relations professionnelles. C’est ainsi que j’ai commencé une thèse portant sur la construction d’un « marché ferroviaire » en France. Pour être plus précis, je cherche à comprendre le rôle des « élites » (dirigeants de la SNCF, hauts fonctionnaires des ministères de tutelle, économistes, autorités supranationales) dans les restructurations marchandes qui affectent les chemins de fer du pays.

La libéralisation effective des chemins de fer n’en est qu’à ses débuts : les premières entreprises « nouvelles entrantes » de fret ferroviaire circulent sur le réseau ferré français depuis 2005 et, concernant les voyageurs, seul le transport international est pour l’instant ouvert à la concurrence. Il est cependant assez vite apparu que la remise en cause du modèle historique d’organisation du secteur n’a pas émergé ex nihilo. La construction du marché ferroviaire est en fait un phénomène bien plus ancien, qui à mon sens a démarré il y a maintenant un demi-siècle au sein de la SNCF, alors en situation de quasi-monopole. À partir des années 1960-1970, on assiste ainsi à une profonde transformation du modèle de gestion de l’entreprise. La « péréquation » tarifaire est lentement abandonnée au profit d’une politique de prix basée sur les coûts marginaux dont l’objectif est de mimer le marché. La SNCF recourt par ailleurs à la sous-traitance et multiplie la création de filiales afin de générer une concurrence artificielle. Les transformations touchent aussi l’emploi, à travers la remise en cause par incrémentation du « statut » cheminot.

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

Je ne peux pas dire que je m’attache à une école de pensée particulière. Je n’ai pas envisagé mon travail de thèse avec un cadre théorique établi a priori. J’essaye plutôt de mobiliser les travaux qui me semblent les plus à même de m’aider à avancer. Sans me référer trop strictement à la « théorie des champs », les travaux de Pierre Bourdieu sur les élites économiques et bureaucratiques me paraissent particulièrement éclairants pour comprendre comment le « marché » s’impose dans un secteur historiquement monopolistique. Les travaux des sociologues néo-institutionnalistes américains – comme Neil Fligstein, Frank Dobbin ou Paul DiMaggio pour n’en citer que quelques-uns – sont aussi d’un grand recours pour saisir les mutations complexes de cette industrie de réseau. D’un côté, la SNCF converge vers le modèle de l’entreprise privée. De l’autre, il existe des contraintes matérielles liées au fonctionnement des chemins de fer, mais aussi diverses formes de résistances politiques, culturelles et sociales qui freinent la disparition du modèle du service public « à la française ». Je suis aussi intéressé par les travaux sur la « performativité » (Michel Callon, Donald MacKenzie). On observe en effet dans les chemins de fer des innovations organisationnelles qui semblent avoir été directement inspirées par des économistes comme Maurice Allais, William Baumol ou Jean Tirole.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Pour analyser la construction du marché ferroviaire dans une perspective historique, je mobilise un corpus de matériaux hétérogènes dont il est difficile de faire le tour ici. Grâce aux archives de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF), j’ai accès à de nombreux documents d’entreprise, en particulier des rapports annuels, des bilans sociaux, des publications internes destinées aux dirigeants de la SNCF, des organigrammes, etc. J’ai également dépouillé la Revue générale des chemins de fer, qui est le principal lieu de débats techniques, économiques et, parfois, politiques sur les chemins de fer. On y trouve des exposés relatifs à la tarification, des données comptables, ou encore les premiers résultats des travaux marketing menés par la SNCF dans les années 1970. Je m’appuie aussi sur une série de rapports administratifs consacrés aux entreprises publiques en général et au secteur ferroviaire en particulier, ainsi que sur une littérature grise très abondante.

Mon travail consiste par ailleurs à repérer les acteurs du changement, à déterminer leurs trajectoires et leurs motivations ou attentes à l’égard du changement. C’est pourquoi je consulte fréquemment des dictionnaires biographiques type Who’s Who in France, des annuaires des « grandes écoles » et des témoignages écrits des acteurs eux-mêmes. En recoupant toutes ces sources, on arrive à recueillir beaucoup d’informations. Tous ces éléments sont par ailleurs enrichis par une série d’entretiens réalisés auprès des ex- ou actuels dirigeants de la SNCF, des représentants syndicaux de l’entreprise, des hauts fonctionnaires en charge de la politique des transports en France ou à Bruxelles, ou encore des représentants des entreprises « nouvelles entrantes » qui viennent concurrencer la SNCF.

 

A voir : la page de Jean Finez sur le site du CLERSÉ, http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article441

A lire : Catherine Comet et Jean Finez « Le cœur de l’élite patronale », Sociologies pratiques 2/2010 (n° 21), p. 49-66, https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2010-2-page-49.htm

Jean Finez et Catherine Comet « Solidarités patronales et formation des interlocks entre les principaux administrateurs du CAC40 », Terrains & travaux 2/2011 (n° 19), p. 57-76, www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2011-2-page-57.htm.

 

Vous souhaitez présenter un travail de recherche dans ces pages ? N’hésitez pas à nous en faire part en écrivant à afs.rt12[arobas]gmail.com.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search