Soutenance de thèse – Arthur Jatteau – “Faire preuve par le chiffre ? Le cas des expérimentations aléatoires en économie”

Arthur Jatteau soutiendra sa thèse d’économie et de sociologie, intitulée :

Faire preuve par le chiffre ? Le cas des expérimentations aléatoires en économie

 

Le lundi 5 décembre 2016 à 14h à l’ENS Cachan, nouvellement ENS Paris Saclay. L’Ecole se situe au 61 avenue du Président Wilson 94230 Cachan (RER B, station Bagneux). Vous trouverez un plan d’accès ici. La soutenance aura lieu dans l’amphithéâtre Curie.

Les participants au pot à l’issue de la soutenance sont invités à remplir ce doodle pour prévenir de leur présence afin d’adapter le buffet en fonction.

 

Le jury de thèse sera composé de :

–          Emmanuel DIDIER, Chargé de recherche, CNRS.

–          Patrice DURAN, Professeur des Universités, ENS Paris Saclay.

–          Gaël GIRAUD, Directeur de recherche, CNRS.

–          Florence JANY-CATRICE (rapporteure), Professeure des Universités, Université de Lille 1.

–          Agnès LABROUSSE (co-directrice de thèse), Maîtresse de Conférences, Université de Picardie – Jules Verne.

–          Frédéric LEBARON (co-directeur de thèse), Professeur des Universités, ENS Paris Saclay.

–          Theodore M. PORTER (rapporteur), Professeur des Universités, Université de Californie à Los Angeles.

 

 

Résumé de la thèse :

Par l’intermédiaire d’Esther Duflo et de son laboratoire le J-PAL, les expérimentations aléatoires ont connu un essor remarquable depuis les années 2000 en économie et sont présentées par leurs promoteurs comme une méthode particulièrement robuste dans l’évaluation d’impact. Combinant méthodologies quantitatives et qualitatives, cette thèse examine la construction sociale de la preuve expérimentale et apporte une contribution à une épistémologie sociale et historique des expérimentations aléatoires, ainsi qu’à la socio-économie de la quantification.

Dans une première partie, nous développons une socio-histoire de cette méthode. Les origines des expérimentations aléatoires sont pluridisciplinaires et antérieures à leur utilisation massive en médecine depuis les années 1940, puis en économie depuis la fin des années 1960. Nous en tirons des enseignements méthodologiques éclairant la pratique actuelle des expérimentations aléatoires.

Dans un second temps, nous nous intéressons aux acteurs de cette méthode, en nous penchant sur les chercheurs du J-PAL. En procédant à une analyse prosopographique, complétée par une analyse de réseau, nous montrons que les capitaux académiques élevés de ces chercheurs et l’existence de leaders permettent de contrôler et promouvoir la diffusion de la méthode.

Dans une dernière partie, nous interrogeons la production de la preuve par les expérimentations aléatoires. En nous attachant à saisir les pratiques expérimentales, nous montrons que les validités interne et externe sont souvent problématiques. Enfin, nous analysons les liens contrariés entre expérimentations aléatoires et politique(s).

resume-de-la-these-darthur-jatteau


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search