Soutenance de thèse – Fanny Vincent – “Un temps qui compte Une sociologie ethnographique du travail “en 12 heures” à l’hôpital public”

Fanny Vincent soutiendra sa thèse de doctorat en sociologie, intitulée :

Un temps qui compte
Une sociologie ethnographique du travail “en 12 heures” à l’hôpital public

La soutenance aura lieu le vendredi 9 décembre, à 14h, à l’Université Paris Dauphine, Place du Maréchal de Lattre de Tassigny, en Salle A (au 2è étage).

Le jury sera composé de :

Paul Bouffartigue, Directeur de recherche au CNRS, LEST (rapporteur)
Nicky Le Feuvre, Professeure de sociologie, Université de Lausanne
Dominique Méda, Professeure de sociologie, Université Paris Dauphine, IRISSO (directrice de thèse)
Jérôme Pélisse, Professeur de sociologie, Sciences Po Paris, CSO (rapporteur)
Frédéric Pierru, Chargé de recherche au CNRS, CERAPS

Pour faciliter l’organisation du pot et pour établir la liste demandée par la sécurité pour l’accès à l’université, merci d’informer F. Vincent de votre présence à une des adresses suivantes : fanny.vincent73@yahoo.fr ou fanny.vincent@dauphine.fr

Résumé :
Cette thèse porte sur le développement du travail « en 12 heures » des infirmières et des aides-soignantes de l’hôpital public depuis une dizaine d’années. Elle l’envisage comme un dispositif révélateur des transformations de l’action publique et du travail. Permettant à la fois de dégager des économies pour les directions et de condenser le nombre de journées travaillées pour les soignants, ce mode d’organisation du temps de travail cristallise les enjeux actuels de l’institution hospitalière, entre rationalisation gestionnaire, intensification du travail et aspiration des soignants à se réapproprier une vie « à eux » en dehors de l’hôpital.Défini en 2002 comme une dérogation à la durée maximale du travail dans les cas où « les contraintes de continuité du service public l’exigent en permanence », le dispositif tend à se normaliser par les recours qui y sont faits, venant parallèlement nourrir un écart grandissant entre droit et pratiques. Alliant sociologie du travail, sociologie de l’action publique et sociologie du droit,la thèse se présente comme une ethnographie multi-située du travail en 12 heures, interrogeant les conditions d’émergence du dispositif et les appropriations/retraductions qu’en font les différents acteurs (réformateurs,intermédiaires du droit, soignants). La thèse montre ainsi que, à côté de l’idée d’une amélioration de la qualité du service et de l’épanouissement de soignants (qui y trouvent un équilibre entre travail et vie privée), le dispositif s’accommode de l’intensification du travail et fait le jeu de la rationalisation à l’œuvre à l’hôpital.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search