Soutenance de thèse – Glenn Mainguy – “L’Economie du quotidien. Une étude de la précarité à travers l’exemple des pratiques agricoles domestiques dans le monde rural russe”

Glenn Mainguy soutiendra sa thèse intitulée:

L’économie du quotidien.

Une étude de la précarité à travers l’exemple des pratiques agricoles
domestiques dans le monde rural russe

La soutenance aura lieu le mercredi 07 décembre à 9h00, Amphithéâtre Gintrac – Université de Bordeaux (Place de le Victoire).

Jury:

Mme MESPOULET, Martine, Professeure des Universités, Université de Nantes, Présidente

M.LAFERTE, Gilles, Directeur de recherches à l’INRA, CESAER INRA Dijon, rapporteur

M. Le VELLY, Ronan, Maître de conférences HDR, SupAgro Montpellier, rapporteur

M. ROGER, Antoine, Professeur des Universités, IEP de Bordeaux, directeur de thèse

M. HERVOUET, Ronan, Maître de conférences, Université de Bordeaux, co-encadrant de thèse

La soutenance sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Résumé de la thèse :

L’année 1991 reste dans la mémoire de beaucoup de russes comme le symbole du début de la fin d’un monde, celui de l’union soviétique.
Aujourd’hui, plus de vingt cinq ans après, le développement de l’économie capitaliste et la /grande transformation/ du système agricole
collectiviste, ont profondément transformé le visage des campagnes russes. L’analyse de ces transformations a suivi deux directions
principales. La première appréhende le monde rural à partir d’une rhétorique du chaos et de la perte, de la désorganisation sociale et de
l’anomie. La seconde cherche dans l’écriture de monographies de villages, à reconstruire un monde rural, à la fois singulier et séparé
du reste de la société. Contre ces deux lectures, ce travail défend la thèse selon laquelle le monde rural, à l’image de la société russe dans
son ensemble, a connu à partir des années 2000, un processus de normalisation économique et sociale. Cette thèse s’attache à étudier ce
phénomène – /par le bas/, /au ras du sol/ – à partir de la restitution des résultats d’une enquête ethnographique multi-située, effectuée lors
de deux séjours (d’octobre 2012 à juin 2013 et de février 2014 à juillet 2014), au sein des espaces ruraux russes, portant sur les pratiques de
la vie quotidienne dans divers lieux et auprès de différents acteurs en situation de précarité.

Je propose de suivre tout au long de cette thèse une argumentation obéissant à un double mouvement : j’entends présenter à la fois les
conséquences de l’extension des logiques marchandes au sein de la société russe, et les pratiques mises en place par les acteurs pour se
protéger contre les conséquences de cette extension. Aussi, à partir de la restitution des données recueillies durant de l’enquête ethnographique, je montre d’une part comment le développement de l’économie de marché au cours des années 1990 a généré au sein de la
population rurale russe des formes diverses de précarité, et d’autre part que l’investissement des individus au sein de l’économie domestique
peut être considéré comme un moyen de se protéger contre le risque de précarisation, en se reconstruisant des formes de vie stables et en
réduisant par là-même l’incertitude de leur existence.

L’argumentation suivie au cours de ce travail s’articule autour de trois axes. Dans un premier temps, l’examen de l’organisation de l’économie
domestique est centré sur la mise en place des mécanismes de protection, en réponse à la situation de précarité vécue par les acteurs. L’étude de
l’organisation de la production agricole domestique me conduit dans un second temps à réfléchir à la place des hommes au sein du monde
domestique. Je mets en évidence que le repli vers la sphère domestique entraine une redéfinition de leur rôle au sein de la famille, et comment
leur intégration à un collectif de travail domestique//leur//permet de retrouver une place légitime dans la société. Dans un troisième temps,
l’analyse de l’organisation de l’économie domestique permet d’interroger le rapport que les acteurs entretiennent avec le capitalisme en général,
et avec le marché en particulier. Je montre comment les logiques marchandes véhiculées par le développement du régime économique
capitaliste, sont retraduites dans les pratiques économiques ordinaires et quotidiennes, et comment elles expriment un mouvement conjugué de
domestication du marché et de marchéisation de la sphère domestique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search