Soutenance de thèse de Pierre Robert – “Une économie politique de la pauvreté énergétique. Le cas du Sénégal”

Pierre Robert soutiendra sa thèse intitulée:

Une économie politique de la pauvreté énergétique.

Le cas du Sénégal

- Composition du jury :

  • M. Tom BAULER, Professeur, Université Libre de Bruxelles, (Rapporteur)
  • Mme Catherine FIGUIERE, Maître de conférences, HDR, Université Pierre Mendès France, Grenoble, (Rapporteure)
  • Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès
  • M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1, (Président)
  • M. Benoît Lallau, Maître de conférences, HDR, Université de Lille 1 (directeur)
  • M. Bruno Boidin, Maître de conférences, HDR, Université de Lille 1 (directeur)

- Résumé :

Cette thèse livre une analyse de la pauvreté énergétique au Sénégal, dans une perspective d’économie politique. Je montre que l’approche économique standard est limitée pour appréhender ce phénomène, car elle se base sur le modèle de consommations des pays industrialisés et naturalise les besoins. L’apport de ma recherche est alors de considérer la pauvreté énergétique selon un rapport dynamique entre des consommations énergétiques réalisées (demande effective) et des besoins en énergie institués (demande sociale). L’ancrage théorique institutionnaliste de la thèse me permet de caractériser et d’articuler ces deux aspects. Dans un premier temps, avec l’Économie des Conventions, j’interroge la manière dont la société sénégalaise formule ses besoins en énergie et cherche à les satisfaire. Je montre ensuite que cette demande sociale en énergie peut s’appréhender au travers d’une convention de service énergétique, qui soutient l’action de l’État sénégalais dans le secteur de l’énergie. J’en étudie l’évolution sur plus d’un siècle (1887-2015), en me concentrant sur la dynamique des politiques publiques ainsi que leurs effets sur les dispositifs socio-techniques assurant la fourniture des services énergétiques. Pour cela, je mobilise différents matériaux (textes de loi, rapports et documents publics, littérature scientifique, archives). Je complète leur analyse par une série d’entretiens semi-directifs auprès d’acteurs du secteur énergétique sénégalais (25 entretiens).

Pour évaluer plus précisément le phénomène de pauvreté énergétique, j’ai engagé deux études de cas en zone rurale sénégalaise (bassin arachidier et zone des Niayes). J’ai ainsi construit une grille d’analyse permettant d’appréhender les trajectoires « énergétiques » des ménages. Cette grille s’appuie sur l’approche par les capabilités de Sen et sur celle des « sustainable rural livelihoods » de Chambers et Conway (1991). Le travail empirique consiste à suivre et à reconstituer, sur plus de quarante ans, la situation de vulnérabilité des populations en relation avec leurs pratiques énergétiques. Il mobilise une enquête menée sur deux temps à partir d’entretiens semi-directifs (187).

Deux grands résultats émergent de cette thèse. D’abord, je mets en évidence un processus politique de formulation de la demande sociale préalable à la mise en œuvre des politiques énergétiques. Je montre ainsi que les populations rurales sont les plus touchées par la pauvreté énergétique au Sénégal, car ces dernières sont absentes de ce processus. Par ailleurs, cette phase préliminaire de médiation des besoins en énergie est à l’origine d’un mécanisme « d’accès à l’énergie » qui débute par une dégradation des ressources naturelles énergétiques, ce qui entraîne une institutionnalisation de la rareté et débouche sur une extension des rapports marchands en matière énergétique.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search