L’ETAT, L’INGÉNIERIE, LE SOCIAL. LES TECHNIQUES ÉCONOMIQUES DANS L’HISTOIRE RABAT, ECOLE DE GOUVERNANCE ET D’ÉCONOMIE, 14-16 DÉCEMBRE 2016

L’ETAT, L’INGÉNIERIE, LE SOCIAL. 
LES TECHNIQUES ÉCONOMIQUES DANS L’HISTOIRE
RABAT, ECOLE DE GOUVERNANCE ET D’ÉCONOMIE, 14-16 DÉCEMBRE 2016
De multiples appels au retour de l’Etat interventionniste se font actuellement entendre en Afrique, au nord comme au sud du Sahara : stratégies économiques volontaristes de développement des infrastructures, de développement agricole ou d’attraction des investissements étrangers ; retour des subventions à la consommation (dans le sillage des « émeutes de la faim » et des mouvements de lutte contre la vie chère) ; programmes d’emploi pour les jeunes chômeurs ; transferts monétaires aux « pauvres » ou « indigents »… Qu’ils soient mis en œuvre au nom de la « lutte contre la pauvreté », de l’« inclusion » ou de « l’émergence », ces programmes renouvellent les techniques employées pour piloter les politiques économiques et sociales. Les transferts sont alloués à des individus identifiés par des procédés de « ciblage » socioéconomique, tandis qu’à la demande de nombreux organismes internationaux, le financement des programmes de développement n’intervient désormais souvent qu’après des « expérimentations » sur des groupes cibles. Les politiques de développement, pilotées à travers des indicateurs de résultat, s’inscrivent en outre dans le paradigme du New Public Management, en traduisant les politiques en objectifs quantifiés qu’il convient d’atteindre.
Comment étudier de telles transformations, et que peuvent nous apporter les sciences sociales dans leur compréhension ? L’emploi de ces pratiques de la gestion économique est loin de n’interpeller que le continent africain : les expérimentations aléatoires sont aujourd’hui employées en Europe, tout comme les techniques de l’ajustement et de la rigueur mise en œuvre dans les années 1980 et 1990 en Asie, en Afrique et en Amérique latine sont aujourd’hui utilisées en Grèce ou au Portugal, et progressivement ailleurs. Les techniques de ciblage des politiques sociales sont, elles aussi, l’objet de réinventions contemporaines, tout en ayant des antécédents historiques dans les politiques mises en œuvre depuis le XIXe siècle en Europe. Les techniques circulent entre continents et entre époques. Contrairement à ceux qui pensaient que « tout changeait pour que tout reste pareil » lorsqu’advint la fin officielle de l’ère de l’ajustement structurel, l’entrée dans le nouveau siècle a ouvert une période de pluralisation des pratiques et discours économiques, qui mérite d’être étudiée au regard de l’histoire.
Pour cette septième Semaine de la recherche organisée par le CRESC et la Chaire d’Etudes africaines comparées – en partenariat avec le FASOPO, l’Institut d’Etudes avancées de Nantes, et l’association des chercheurs de Politique africaine – nous nous proposons d’étudier le changement social et politique à travers les mutations du rôle des chiffres et des techniques économiques. Nous chercherons à comprendre comment les innovations économiques et gestionnaires peuvent contribuer à modifier les rapports sociaux et politiques, aussi bien au niveau interne, dans diverses situations nationales, qu’au niveau international. Nous analyserons les dynamiques, plurielles, à l’œuvre dans le retour des instruments de planification, en montrant comment des instruments ou dispositifs similaires peuvent prendre des significations différentes, d’une période à l’autre, ou d’un lieu à l’autre. Nous montrerons comment des techniques économiques s’immiscent dans les logiques d’inclusion et d’exclusion politique et sociale, comme l’illustrent les pratiques de ciblage des politiques sociales. Nous essayerons enfin de comprendre comment les ingénieries économiques induisent des transformations en dehors des champs qu’elles sont censées gouverner, par exemple en contribuant à façonner des rapports de genre, ou à consolider le développement d’une société capitaliste.
PROGRAMME
MERCREDI 14 DÉCEMBRE 2016
DE 9H30 À 10H00 – INTRODUCTION GÉNÉRALE
Béatrice Hibou, Boris Samuel et Saïd Hanchane
DE 10H00 À 12H00 – PANEL 1 « Innovations de l’ingénierie économique et transformation des rapports sociopolitiques »
Président : Pierre-Louis Mayaux
Discussion : Nicolas Belorgey
Ce panel sera consacré à la relation entre nouvelles techniques et émergence de nouvelles réalités sociales. Les innovations économiques et gestionnaires résultent du développement de travaux d’ingénierie qui, pour naître dans le monde des technocrates ou des experts n’en changent pas moins profondément les rapports sociaux et politiques. Ainsi, le développement des enquêtes auprès des ménages a, par exemple, transformé les modes de gouvernement et contribué à façonner les sujets politiques, en Afrique dans le colonialisme tardif, comme en Europe dès les années 1930. De même, l’utilisation des techniques de l’expérimentation aléatoire coïncide souvent avec le déploiement d’un nouvel Etat social, même si les politiques qu’elles engendrent sont souvent loin du récit idyllique qui est fait de leur efficacité. A l’inverse, les outils les plus sophistiquées résultent toujours de contextes sociaux et politiques singuliers, et sont enchâssés dans des mondes sociaux qui leur donnent sens bien que leur mise en œuvre soit aussi le produit d’événements particuliers et contingents.
– Agnès Labrousse, « L’économiste en plombier: retour sur l’histoire des expérimentations aléatoires et sur une expérience marocaine »
– Bérénice Bon, « Les nouvelles techniques de financement des infrastructures de transport par la vente du foncier, de l’Inde au Kenya »
– Said Hanchane et Mustafa Ziroili, « Les innovations dans la mesure de l’informel au Maroc, et leurs effets »
DE 12H00 À 13H00 – GRAND TÉMOIN « Une expérience de planification dans le Cameroun des années 1970-80 »
par Fritz Eboko Ekoka
Discussion : Boris Samuel
DE 15H00 À 17H00 – PANEL 2 « L’Etat, la planification et l’histoire » 
Président : Béatrice Hibou
Discussion : Didier Péclard
Cette séquence se penchera sur la planification dans l’histoire et sa résilience contemporaine. En Afrique, au sein de l’Etat, les directions du « Plan » ont longtemps été de hauts lieux de l’économie politique du développement, jouant à la fois un rôle central dans la formulation des politiques économiques et sociales et dans les circuits d’accumulation – via la gestion de l’argent de l’aide et des « projets ». Alors que l’ère de la planification centralisée est bien révolue, la planification n’en continue pas moins à recouper une réalité sociale multiforme. Elle est remise au goût du jour au nom de l’«émergence » et du volontarisme en matière économique et sociale. Les répertoires et imaginaires auxquels elle donne lieu, notamment en référence au passé, peuplent en outre les scènes sociales et politiques : mémoires de l’Etat bienfaiteur, frustration de sa disparition, ou au contraire souvenir des échecs passés et de l’inefficacité des interventions étatiques orientent les demandes d’État et les contestations de divers ordres. Analyser les trajectoires historiques de la planification permet de saisir les significations et enjeux changeants qu’elle recouvre. L’analyse historique permet également de montrer que de nouvelles formes de planification peuvent faire émerger de nouveaux sujets politiques, ou de nouveaux types d’hommes.
– Dominique Connan, « Vision 2030 et le rôle de la planification dépolitisante dans l’histoire longue des conflits sociaux et politiques du Kenya »
– Nourredine El Aoufi, « La trajectoire de la planification au Maroc »
– Alexis Roy, « Le premier plan quinquennal du Mali (1961-1965): socialisme, ruralité et désenchantement »
DE 17H30 À 19H00 – SÉANCE DE PROJECTION ET DÉBAT SUR LE THÈME « Filmer l’économie » 
Par Vincent Gérard, cinéaste documentariste
JEUDI 15 DÉCEMBRE 2016
DE 9H30 À 11H30 – PANEL 3 « Les Objectifs de Développement Durable, quoi de neuf ? » 
Président : François Enten
Discussion : Pierre-Louis Mayaux
L’objet de ce panel sera d’interroger les processus transnationaux qui animent les techniques de l’Etat économiste et ingénieur à travers l’analyse des objectifs de développement durable (ODD) qui sont venus, en 2015, prendre la suite des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Depuis 2000, les OMD et la lutte contre la pauvreté ont induit un flot de chantiers de réformes et de transformation de l’Etat, notamment appuyés par les institutions internationales, agences des Nations Unies, OCDE et Banque Mondiale en tête. Ces chantiers ont entrainé l’emploi des procédés néolibéraux du new public management, en particulier incarnés en Afrique dans les procédés de la « gestion axée sur les résultats » ; mais ils ont aussi induit des appels au retour d’un Etat planificateur et à l’emploi de techniques volontaristes dont certaines peuvent rappeler l’ingénierie du développement employée dans les périodes de décolonisation et dans les décennies qui les ont suivies, parfois exportée par des pays du bloc soviétique.
– Daniel Speiçh Chassé, « The Roots of the Millennium Development Goals: A Framework for Studying the History of Global Statistics »
– Boris Samuel, « De l’ajustement structurel aux OMD et aux ODD : nouvelles formes et nouveaux usages de la planification en Afrique de l’Ouest »
– Abdellatif Nihou, « Des OMD aux ODD dans la planification marocaine »
DE 11H30 À 13H00 – CONFÉRENCE « Indicateurs et démocratie, justesse et justice des chiffres »
Par Robert Salais
Discussion : Mohamed Tozy
DE 15H00 À 18H00 – PANEL 4 « Chiffres et inclusion sociale »
Président : Robert Salais
Discussion : Agnès Labrousse
Les interventions de cette session centreront leur analyse sur les dynamiques de citoyenneté et d’inclusion sociale que les techniques quantitatives véhiculent avec elles. En comptant les citoyens, en mettant en nombre leurs pratiques économiques et sociales, en construisant les interventions et les politiques publiques sur ces statistiques, l’Etat peut inclure les citoyens par le biais de chiffres et de techniques. Ainsi le ciblage des politiques sociales entend resserrer les interventions étatiques sur des populations désignées comme prioritaires, dans la lutte contre la pauvreté, la distribution de prestations sociales, la mise au point de programme d’aménagements de l’espace… Ce mouvement est censé être opéré au nom du renforcement de l’efficacité de l’action étatique et s’inscrit aujourd’hui dans une logique liée à la nouvelle gestion publique. La transformation des politiques sociales liées à la promotion des techniques du ciblage ne génère pourtant pas seulement un renforcement de l’Etat social : elle engendre aussi de nouveaux rapports entre citoyens et Etats, de nouvelles formes de vulnérabilité, de nouveaux rapports de dépendance, et de nouvelles formes d’exclusion.
– Said Hanchane, « La promotion du ciblage comme recherche d’une nouvelle forme de cohésion sociale au Maroc »
– Raphael Cottin : « Les inégalités de soin au Maroc »
– Nicolas Belorgey : « Le gouvernement des politiques hospitalières par les chiffres en France »
– Alfred Inis Ndiaye : « Les enquêtes sociales au service de la lutte contre la pauvreté et les inégalités au Sénégal »
– Ayache Khellaf : « Le système des retraites et la politique des chiffres au Maroc »
VENDREDI 16 DÉCEMBRE 2016
DE 9H30 À 12H30 – PANEL 5 « Les temporalités des pratiques de l’économique »
Président : Jean-François Bayart
Discussion : Dominique Connan
La dernière séance de la Semaine de la recherche sera consacrée à la question des temporalités composites dans lesquelles les actions étatiques s’inscrivent. Le temps court de la réponse à la conjoncture, voire le temps très court de la gestion financière, ainsi que les innovations qu’ils induisent, peuvent s’insérer dans les nappes des transformations sur la longue durée des modes d’intervention sur les économies. L’examen de différents contextes historiques rappelle que les techniques économiques (et leurs réformes) sont des sites de concaténation des durées. Souvent, les interventions de l’Etat semblent répondre à des rationalités clairement énoncées, le besoin de relancer une économie ou l’urgence de faire face aux besoins alimentaires des populations. Même le discours et la logique de l’urgence, lorsqu’ils entendent répondre à des besoins jugés vitaux pour des groupes de citoyens, sont socialement construits et révélateurs de rapports politiques historiquement ancrés entre citoyens et Etats. L’examen dans le temps de techniques répondant à des préoccupations uniformes (par exemple compter la population par des recensements) permet de mettre en exergue des évolutions et transformations longues, comme l’émergence d’une société capitaliste. Les techniques permettent aussi de caractériser des moments dans une trajectoire nationale, en reflétant les enjeux et modes de gouvernement propres à une situation politique, comme le révèlent les moments de « crise ».
– Louise Barré, « Les modes changeants de comptage de la population comme témoin de la promotion du capitalisme dans le temps long en Côte d’Ivoire (1920/1970) »
– Ousmane Zina, « Le scénario du triomphe de l’éléphant, ou la mise en place d’une action économique « post-crise » en Côte d’Ivoire »
– François Enten, « Les chiffres et l’urgence alimentaire en Ethiopie »
– Nadia Hachimi, « Le gouvernement économique du local au Maroc et la concaténation des durées »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search