Journée d’études : Travail gratuit, service et citoyenneté

IDHES
Journée d’études
Travail gratuit, service et citoyenneté
Unpaid labor, service and citizenship

Université de Nanterre
Salle 2- rdc Bâtiment Max Weber
1er février 2018

Accueil

Matin (10h-13h)

Introduction : Anne Conchon (IDHE.S, Université Paris 1) et Maud Simonet (CNRS, IDHES- Université Paris Nanterre)

– Simone Di Cecco (URMIS, Université Paris Diderot): «Nettoyage ethnique? Race et citoyenneté néolibérale dans les projets de bénévolat pour les demandeurs-ses d’asile en Italie»

– Irene Peano (Institute of Social Science, University of Lisbon) : «Theorising free labour in relation to agro-industrial production in Italy: migration, reproduction, history»

Pause

– Anne Conchon (IDHE.S, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) : « La réquisition de travail comme forme de service civique : Soldats et civils sur les chantiers d’infrastructures au XVIIIe siècle »

– Itamar Shachar (Anthropology Program « mooving matters », University of Amsterdam) : « The Rise of ‘Conscripted Volunteering’: Between Corporatization of Militaries and the Moralisation of Society »

Après-midi (14h30-16h30)

– Alessandro Stanziani (CRH, EHESS) : « Le travail obligatoire en AEF (1895-1914) »

– Florence Ihaddadene (IDHE.S, Université Paris Nanterre): « Si on les payait, ils ne voudraient peut-être plus le faire ». Le service civique, un engagement citoyen ? »

– Maud Simonet (CNRS, IDHE.S – Université Paris Nanterre) : « Les programmes locaux de bénévolat pour les allocataires du RSA : un workfare à la française ? »

Cette journée d’études pluridisciplinaire s’intéresse au travail gratuit dans ses rapports à la fois pratiques et discursifs aux notions de service et de citoyenneté. Elle a vocation à organiser un premier dialogue entre historiens et sociologues autour de différentes formes instituées et plus ou moins coercitives du travail gratuit : du travail forcé au service civique, en passant par le workfare, le travail requis ou les programmes de bénévolat pour les militaires, les demandeurs d’asile ou les allocataires du RSA. L’objectif est non seulement d’étudier les formes institutionnelles et les dynamiques historiques du travail gratuit, mais aussi d’interroger leurs échelles (la Nation, la commune, la colonie…) et la manière dont celles-ci révèlent à la fois les politiques publiques dans lesquelles ces formes de mise au travail gratuit s’inscrivent et les rapports sociaux de sexe, de classes et de race qui s’y expriment et s’y produisent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search