Gros plan sur… La thèse de Quentin Dufour, sur La fabrique du PIB

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Quentin Dufour, doctorant en sociologie depuis 2014 à l’Université Paris-Dauphine, au laboratoire de l’IRISSO, sous la direction de Dominique Méda ; ainsi qu’à l’École des Mines de Paris, au CSI, sous la direction d’Alexandre Mallard.

Votre thèse, réalisée à l’IRISSO et au CSI, sous la direction de Dominique Méda et d’Alexandre Mallard, porte sur la fabrique de l’indicateur du PIB. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Mon projet de thèse porte sur le travail ordinaire de production du chiffre du Produit Intérieur Brut (PIB). On définit classiquement le PIB comme un indicateur d’activité économique d’un pays, calculé en sommant les valeurs ajoutées créées par les acteurs économiques (entreprises, banques, administrations publiques…). La façon dont j’ai appréhendé cet objet se situe au croisement de deux préoccupations.

Premièrement, le lien entre quantification et activité de gouvernement. Les chiffres de gouvernement ont partie liée avec le développement de l’État moderne, comme entité politique capable de gouverner un espace national, grâce au déploiement d’outils statistiques (Desrosières, 1993 ; Didier, 2009) et comptables (Miller, 1990 ; Fourquet 1980). La sociologie politique de la quantification a proposé un programme de recherche passionnant sur ce sujet, en envisageant les chiffres de gouvernement comme le résultat d’une politique publique. Comme l’expliquent Bardet et Jany-Catrice (2010), les chiffres de gouvernement font l’objet d’une politique publique, c’est-à-dire que leur production est pensée par et pour l’État, selon une organisation administrative réglée. Ainsi, au même titre qu’il existe une politique des transports, ou de la santé, il existe une politique de quantification. Un des éléments qui m’intéresse dans le PIB, c’est son rôle dans une chaine d’actions politiques plus étendue : la manière dont on organise sa production est en lien avec les usages administratifs qui en seront fait, comme les prévisions macroéconomiques de Bercy ou l’établissement des lois de finances.

Deuxièmement, la question d’inspiration foucaldienne de la production de la connaissance. En l’espèce, ce qui m’intéresse c’est la production de la connaissance économique chiffrée. Ce qu’on appelle l’économie (d’une entreprise, d’une région, d’une nation…) se donne généralement à voir dans une multitude d’indicateurs, qu’ils soient comptables ou statistiques. S’intéresser à la production de cette connaissance économique revient à saisir les conditions et les modalités particulières de construction des chiffres comptables. Comme nous l’apprend la sociologie de la quantification, les données reposent sur un ensemble de conventions, c’est-à-dire des choix dans la façon de définir l’objet de la mesure. En rendant visible, mais également en occultant certains aspects du monde, en définissant le domaine du pensable et du gouvernable, elles ont des répercussions politiques importantes sur notre façon de nous représenter et d’agir sur l’économie (Espeland et Stevens 1998). L’origine des conventions sur lesquelles repose le PIB a été largement documentée à la suite des critiques de la croissance (définition de la richesse orientée vers les transactions marchandes, non prise en compte des dégâts environnementaux…). Dans mon projet de thèse, j’ai souhaité regarder les conventions « en action », c’est-à-dire la façon dont on les met effectivement en œuvre au moment de fabriquer les données de la comptabilité nationale, et le problèmes qui se posent à cette occasion. Ce moment de la production constitue une médiation incontournable dans la chaine d’action politique, puisqu’il fournit la matière première qui permet à l’État de gouverner l’économie. À ce titre, il peut faire l’objet d’une enquête sociologique à part entière.

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Une première source d’inspiration renvoie à toute une tradition de sociologie des sciences proche de l’ethnométhodologie. Ce sont notamment les ethnographies de laboratoire qui m’ont intéressé, dans la mesure où elles proposent une véritable sociologie du travail des scientifiques : les faits scientifiques deviennent ici le résultat d’une activité ordinaire et pratique faite d’opérations matérielles concrètes (Latour et Woolgar 1979, Woolgar and Lynch 1990). La mobilisation de la sociologie des sciences pour étudier les quantifications n’est d’ailleurs pas une idée nouvelle. Elle est évidemment au cœur des réflexions sur la révolution probabiliste. On la retrouve également chez certains sociologues de la comptabilité, dans la lignée de Peter Miller et la revue Accounting, Organizations and society. Elle sert enfin de point d’appui dans certaines études politiques de la statistique, à l’image du travail d’Emmanuel Didier (2009) sur la chaine de production des statistiques américaines durant le New Deal.

Plus spécifiquement, je m’appuie sur une certaine sociologie du travail, en lien avec les science studies, qui s’est penchée sur la relation entre travail, catégories et politique. On retrouve ici des auteurs comme Bowker et Leigh Star qui décrivent la politique fine des catégories et du classement. Leur ouvrage Sorting things out, paru en 2000, propose un véritable programme de recherche sur le sujet, autour de trois questions phares : que font les catégories ? qui les travaille ? quelle écologie du visible et de l’invisible dans le travail ? On peut également citer Martha Lampland, dont les réflexions sur la construction des chiffres comptables permettent de prendre au sérieux le travail de quantification. Dans un article de 2010, sa description des « pratiques de formalisation » permet d’appréhender à nouveaux frais la nature et les effets des productions chiffrées. Plus récemment, l’ouvrage de Woolgar et Neyland (2015) insiste lui aussi sur les pratiques de travail comme point d’entrée privilégié pour étudier l’activité de gouvernement.

En passant par ces auteurs, j’essaie d’interroger le mode d’existence ordinaire du chiffre, celui d’un travail de quantification. Cela revient à s’intéresser à toute une écologie de pratiques autour de la construction du chiffre, qui permet, en bout de chaine, de délivrer une information économique considérée comme solide ; et de poursuivre l’activité de gouvernement. Il ne s’agit donc pas d’un projet de thèse sur la genèse des conventions comptables, ni sur l’usage que l’on peut faire du PIB une fois diffusé par l’INSEE, mais bien d’une étude sur le processus de fabrication des données.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Envisager le PIB comme le résultat d’un travail de quantification implique d’aller voir au concret la façon dont on produit cet indicateur. Pour ce faire, je me suis donné comme fil conducteur méthodologique de suivre la chaine de production du chiffre. Je me suis beaucoup inspiré de l’ouvrage d’Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ?, dans lequel il propose, avec un matériau archivistique, de suivre le déploiement de la statistique agricole aux Etats-Unis. Entre ma première et ma troisième année de thèse, j’ai réalisé plusieurs mois d’enquête ethnographique auprès du producteur du PIB français : le département des comptes nationaux de l’INSEE.

Mon travail a commencé par une série d’entretiens auprès de la hiérarchie du département. Ce point d’entrée m’a permis de poser quelques repères sur l’organisation formelle du département, de saisir la répartition générale du travail, et d’obtenir quelques informations sur la nature des tâches réalisées par les agents. Au cours de ces entretiens, j’ai eu l’occasion d’appréhender certains éléments cruciaux pour mener à bien mon enquête : par exemple, le caractère collectif de l’activité, indispensable pour assurer la cohérence comptable entre des données de formats variés, et venus d’horizons divers ; ou encore, la temporalité particulière du travail, où un certain nombre de tâches se répètent de manière cyclique avant que le chiffre du PIB ne soit stabilisé.

Après ce premier contact par entretiens, je suis venu ponctuellement à l’INSEE pendant plusieurs mois, afin de collecter des données sur les opérations de travail. La question s’est vite posée de savoir comment suivre une activité qui se jouait majoritairement à un bureau, sur un écran d’ordinateur. En l’occurrence, j’ai procédé comme suit. Je rencontrais d’abord les agents par le biais d’un entretien classique. C’était pour moi l’occasion de poser des questions larges sur les différentes tâches dont la personne devait s’acquitter, avant de m’attarder plus précisément sur des dossiers spécifiques, en essayant de reconstituer le cheminement du travail. Suite à l’entretien, je négociais d’assister à des « situations de travail ». Hybride entre l’entretien et l’observation, la situation de travail est un moment où la personne qui a accepté de me recevoir dans son bureau accomplit sa tâche ordinaire, et m’explique en même temps ses actions. La date est donc cruciale, puisque certaines tâches ne sont réalisées qu’à certains moments bien précis. L’intérêt de cette démarche, c’est évidemment la compréhension fine de ce qui se joue lors de la fabrique du chiffre. C’est dans ces moments qu’il est possible d’expliciter de nombreuses informations sur l’activité restées implicites lors des entretiens. De plus, elle rend particulièrement saillants et vivants des points généraux comme la coordination entre les travailleurs au sein du département, la temporalité du travail, ou encore les relations avec d’autres institutions. Durant cette deuxième phase d’enquête, j’ai également mené des observations plus classiques lors de réunions de travail. Là encore, le fait d’avoir assisté au préalable à des situations de travail m’a permis de rentrer plus facilement dans le contenu des discussions techniques qui se jouaient lors de ces moments collectifs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *