Gros plan sur… la thèse de Diane Rodet, sur les systèmes de garantie de l’économie solidaire

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur un travail de recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Diane Rodet, doctorante  depuis 2008 au LISE, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économie (CNAM-CNRS), sous la direction d’Antoine Bevort. 

 

Votre thèse porte sur les systèmes de garantie de l’économie solidaire (labels, logos, chartes et systèmes participatifs de garantie). Qu’est-ce qui vous a intéressée dans ce sujet ?

L’économie solidaire m’intrigue depuis longtemps. Il s’agit à la fois d’un objet de recherche (bien que l’ensemble des initiatives concernées soit assez mal délimité), et en même temps pour certains d’un courant de pensée. Par ailleurs, la démarche de la sociologie économique m’intéressait. Étant plutôt pluridisciplinaire de formation, j’avais le sentiment que le regard de la sociologie pouvait apporter beaucoup à la compréhension d’objets analysés habituellement par l’économie. J’ai ainsi eu envie d’étudier l’économie solidaire avec la perspective de la sociologie économique au sens large (et pas nécessairement, ou pas uniquement, celle classée dans le courant de pensée désigné comme celui de l’économie solidaire).

Il se trouve que l’économie solidaire a connu une multiplication et une diversification importante de ses dispositifs de types labels, chartes ou logos, depuis les années 1990. L’économie solidaire constituait donc un bon terrain pour contribuer à l’analyse sociologique des dispositifs qui cadrent les échanges. Elle présentait par ailleurs deux particularités intéressantes : celle de rassembler des échanges marchands et non marchands, d’une part, et celle d’être à la frontière entre sphère d’échanges et mouvement social, d’autre part. L’étude des systèmes de garantie de l’économie solidaire répondait de plus à une question pratique : celle de l’opportunité de multiplier encore ces dispositifs (on parle régulièrement de créer un label d’économie sociale, ou encore un label d’utilité sociale etc.).

Quels cadres théoriques mobilisez-vous dans votre thèse ? Quels travaux en sociologie économique vous inspirent particulièrement ?

Les analyses qui sont faites des dispositifs cadrant les échanges envisagent ces objets comme avant tout destinés aux consommateurs. L’interprétation économique dominante renvoie à la résolution d’un problème d’information imparfaite (G. Akerlof, J. Stiglitz). En sociologie économique, ces dispositifs peuvent être étudiés comme des « prescripteurs » de faits, de technique ou de jugement (A. Hatchuel). Pour l’économie des singularités, il s’agit de dispositifs remédiant à une incertitude radicale sur la qualité en présentant une connaissance orientée sur un bien ou service (L. Karpik). Les labels et logos sont également étudiés en sociologie comme des outils au service d’une consommation engagée ou critique (S. Dubuisson-Quellier, G. Pleyers). Les systèmes de garantie peuvent encore être analysés comme des dispositifs visant à attirer ou attacher les consommateurs aux produits auxquels ils s’appliquent (F. Cochoy, M. Callon).

Sur le terrain de l’économie solidaire, la perspective consistant à étudier les systèmes de garantie comme avant tout destinés à informer, orienter ou attacher les consommateurs, pose question. Si l’usage principal de ces dispositifs est d’orienter les consommateurs, comment expliquer le sentiment de confusion de ces derniers face la multiplication des labels, mentions ou encore logos de l’économie solidaire ? Comment expliquer de même qu’un système unique peine à émerger au sein des domaines observés (le commerce équitable ou l’agriculture biologique par exemple ?). Je fais ainsi l’hypothèse que les dispositifs étudiés ne sont pas uniquement destinés aux consommateurs, mais élaborés et mis en œuvre en partie pour d’autres motifs, liés aux enjeux de positionnement des producteurs eux-mêmes. Je privilégie donc comme angle d’étude celui de la production engagée, c’est-à-dire l’analyse de l’élaboration des systèmes de garantie par les individus et les réseaux qui les mettent en place, ainsi que leurs usages ultérieurs.

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon analyse se fonde sur une enquête auprès de douze réseaux d’économie solidaire créateurs de systèmes de garantie ainsi qu’auprès de structures adoptant ces systèmes. Les domaines que j’étudie sont : le commerce et le tourisme équitable (associations Max Havelaar, Minga, ATES et PFCE), l’agriculture biologique et les circuits courts (AB, Nature et Progrès, AMAP), les échanges non marchands (FORESCO, SEL’idaire), l’insertion par l’activité économique (CNLRQ, CNEI), et la finance solidaire (FINANSOL). La méthode que j’ai adoptée repose sur la réalisation d’entretiens semi-directifs auprès des responsables des réseaux à l’origine d’un système de garantie ainsi qu’auprès de membres de structures adoptant un de ces systèmes. J’ai, de plus, réalisé des observations lors de l’élaboration et la mise en œuvre de ces outils et étudié de nombreux documents de présentation de ces dispositifs par leurs réseaux respectifs.

Comment s’organise votre recherche ?

Un premier volet de ma recherche est consacré à la genèse des dispositifs étudiés (P. François) et à la présentation de leurs différents modes de fonctionnement (certification par tiers, charte seule, systèmes participatifs de garantie). Je mets ces derniers en relation avec des conceptions divergentes des consommateurs et de ce qui fonde la confiance recherchée. J’analyse aussi l’élaboration des systèmes participatifs de garantie comme dispositifs de jugements innovants visant à favoriser la participation des consommateurs. Une étude des textes relatifs à ces systèmes de garantie, à l’aide du logiciel d’analyse textuelle Alceste, met ensuite en évidence les valeurs et représentations distinctes sur lesquelles reposent les mouvements étudiés. Cela me permet de mettre au jour des conventions de qualité différentes selon les modes de fonctionnement adoptés par les systèmes (F. Eymard-Duvernay, B. Sylvander). Les différences de représentations sous-jacentes aux dispositifs étudiés sont analysées à l’aune des trajectoires personnelles et militantes des individus qui en sont à l’origine. Ma recherche met enfin en évidence les usages identitaires de ces dispositifs, en lien avec la dimension de mouvement social des réseaux au sein desquels ils émergent. Le regard porté sur les dispositifs analysés (comme constructions sociales élaborées par des individus œuvrant au sein de mouvements sociaux pour la promotion de valeurs se voulant alternatives) permet ainsi de comprendre un certain nombre d’enjeux liés à l’élaboration de ces dispositifs.


A voir: la page de Diane Rodet sur le site du LISE, http://www.lise.cnrs.fr/spip.php%3Farticle773.html

A lire:

– Diane Rodet (2012), “Des dispositifs de jugement pour et par les consommateurs? Les systèmes participatifs de garantie du commerce équitable, de l’agriculture biologique et des Amap”, Revue Française de Socio-Economie, n°10, pp. 199-217, https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2012-2-p-199.htm.

– Diane Rodet, “La production engagée: les systèmes de garantie de l’économie solidaire comme réponse aux nouveaux enjeux de l’innovation”, communication au Congrès de l’Association Française de Sociologie (AFS), 5-7 juillet 2011, http://www.melissa.ens-cachan.fr/spip.php?article1664

– Diane Rodet (2008) “Les définitions de la notion d’utilité sociale”, Economie et Solidarités, vol. 39, n°1, http://www.ciriec.uqam.ca/pdf/numeros_parus_articles/3901/ES-3901-11.pdf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search