Gros plan sur… La thèse de Pierre Blavier, sur les budgets de ménage face au chômage de masse

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Pierre Blavier, qui a soutenu sa thèse en 2017, à l’EHESS, sous la direction de Jérôme Bourdieu (PSE) et Frédéric Lebaron (ENS Paris-Saclay).

 

 

  1. Votre thèse, réalisée sous la direction de Jérôme Bourdieu et Frédéric Lebaron, porte sur les manifestations du chômage de masse dans la récession de 2008. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

 

J’avais réalisé auparavant, dans le cadre de mon master, un mémoire sur la révolution tunisienne de 2011 et en particulier sur le rôle qu’y a joué le chômage des diplômés des régions de l’intérieur des terres : j’avais alors pu montrer l’importance quantitative de ce phénomène à la fin des années 2000, puis sa visibilité sociale à partir d’une enquête de terrain in situ. Le système de Ben Ali s’est heurté de plein fouet à la remise en cause de l’équivalence entre diplôme et emploi, avec une génération de jeunes dont beaucoup étaient les premiers à faire des études. Celles-ci impliquent un soutien et un investissement fort de leurs parents et plus largement de leur famille. Aujourd’hui je donnerais tout pour faire un budget de ménage approfondi d’une famille tunisienne. J’ai malheureusement laissé cet aspect un peu de côté lors de mon master alors que c’était sous mes yeux et que cela serait, encore aujourd’hui, très précieux pour comprendre ce qui se jouait dans cette révolution et ses suites. Mais cette expérience a été décisive pour comprendre comment mener une recherche, notamment dans un pays étranger mal connu de prime abord.

Pour diverses raisons je n’ai pas continué sur ce terrain, mais la dimension internationale et l’intérêt pour le chômage au travers de ses manifestations socio-économiques et socio-politiques me sont restés, et c’est donc là-dessus que j’ai poursuivi en thèse au travers du cas de « la crisis » espagnole de 2008. On dispose finalement d’assez peu de travaux sur les manifestations socio-économiques des récessions économiques : des effets sont souvent présumés, mais rarement documentés.

 

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Je me suis situé à la croisée de trois courants de recherches.

D’abord, celles contemporaines sur les récessions, comme les travaux américains de Grusky ou de David Stuckler et Sanjay Basu. Ce sont des contributions très empiriques, mais qui aident à comprendre les effets des récessions sur la mortalité, les accidents de la route, ou la santé. Cette approche rejoint un questionnement au fond assez durkheimien, notamment au travers du travail précurseur de François Simiand, qui cherchait à connecter les séries historiques des salaires avec des faits sociaux comme la mortalité, la fécondité, l’alcoolisme, ou les changements électoraux.

Ensuite, je me suis inspiré de travaux comme ceux d’Edward P. Thompson, d’Alf Lüdtke, ou des Annales, et ce à trois égards : 1/ s’intéresser aux niveaux et conditions de vie, 2/ les documenter aussi précisément que possible à partir de différents indices dont des données de budgets de ménage, 3/ les mettre en regard avec la manière dont ils sont perçus par les intéressés, et garder en vue leurs possibles liens avec des changements politiques. Rares sont les travaux qui tiennent ensemble ces trois axes, ne serait-ce que comme horizon de pensée. Ceux-ci ont bien entendu chacun leurs particularités, mais leur point commun, outre leur impressionnant travail empirique, est de mettre en relation des réalités socio-économiques avec des représentations et des mouvements sociaux.

Enfin, mon inspiration la plus importante vient certainement des travaux contemporains instigués par Alain Cottereau et Stéphane Baciocchi (et collectif) autour de la notion d’ethnocomptabilité et de la tradition leplaysienne. Celle-ci est difficile à résumer en quelques mots (voir l’introduction d’Une famille andalouse), mais une de ses particularités est sans doute de procéder par comptages (ou relevés), c’est-à-dire de remettre au centre la dimension comptable des budgets (en termes monétaires mais aussi temporels ou de quantités alimentaires) sans pour autant s’y restreindre, et de mettre en regard ces données avec les évaluations que les intéressés leur portent et avec les grandes enquêtes de la statistique publique. Cette démarche a été précieuse pour moi, à la fois comme trame d’enquête et comme assise d’une critique constructive des données statistiques que j’utilisais par ailleurs.

 

  1. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

D’abord, j’exploite des données issues des grandes enquêtes de la statistique publique espagnole et plus largement européenne. Elles m’ont permis de faire des analyses statistiques (par exemple sur l’évolution des indicateurs d’inégalité), de situer les ménages observés (notamment grâce à des nuages d’individus d’analyses factorielles), de donner des ordres de grandeur des phénomènes observés (par exemple de certaines difficultés économiques et leurs évolutions), et de tester à une plus grande échelle des relations observées sur le terrain (par exemple le lien entre immigration et difficultés financières). Ces données ont le grand avantage d’embrasser un très grand nombre de cas, mais leur limite est qu’elles en rendent compte de manière parfois assez décalée par rapport aux expériences des intéressés.

Dès lors, une enquête de terrain d’environ un an et demi à Valencia m’a permis de discuter empiriquement de la pertinence des mesures statistiques, mais aussi d’observer des phénomènes qui autrement demeurent largement invisibles, comme le recours à des « boulots de chômeurs », à des crédits de cartes bancaires, ou à des réaménagements pratiques de la consommation. Autrement dit, les données recueillies par ethnocomptabilité ont une portée critique mais aussi constructive en proposant un point de vue assez réaliste et documenté sur la tenue des budgets de ménage et sur les manières dont ils « joignent les deux bouts ». Pour cela, j’ai enquêté de manière aussi précise que possible une dizaine de ménages et un en particulier (relevés alimentaires, relevés des différentes sources de revenus, …), tout en réinscrivant ces observations détaillées dans un corpus plus large, récolté à partir d’un questionnaire dans une association d’aide alimentaire à laquelle participaient une soixantaine de ménages.

L’articulation des méthodes qualitatives et quantitatives est devenue une vaste « tarte à la crème » en sciences sociales, et est en réalité très difficile à tenir et à mener jusqu’au bout. Ici, modestement, leur articulation visait à jouer autant que possible sur les échelles, autrement dit à reconstituer les marches qui vont d’un ménage enquêté de manière hyper-détaillée à une récession d’ampleur européenne ou mondiale : partir du « micro » pour saisir des enjeux « méga ».

 

  1. Quels résultats tirez-vous de votre thèse ?

Le premier est que les récessions se manifestent de manière moins évidente que ce que l’on pourrait croire a priori : leurs manifestations empruntent des chemins détournés et parfois contre-intuitifs. Ceux-ci sont souvent masqués par des discours globalisants et univoques quant à une soi-disant dégradation perpétuelle des conditions de vie et un accroissement inéluctable des inégalités – ces termes étant en outre à préciser, car ils peuvent recouvrir des phénomènes très différents.

Pourtant, si l’on prend par exemple les conditions de vie des chômeurs, celles-ci se sont dans un premier temps … améliorées ! Ce constat contre-intuitif tient au fait qu’à court terme des canaux de solidarité étatique (État-Providence), associatif (dons alimentaires et autres), familiaux (dons familiaux, monétaires ou en nature) se mettent en place pour faire face au chômage de masse et au progressif déclin des revenus qu’il génère. Ce n’est que dans un second temps, qui prend en réalité plusieurs années, que les conditions de vie se dégradent pour de bon, d’où des situations de grande précarité que j’ai pu observer au sein de certaines franges des classes populaires espagnoles. Les canaux de solidarité précités sont alors remis en cause : épuisement de l’épargne familiale, réduction des droits à une indemnité chômage, attrition des dons caritatifs. C’est ce que j’ai appelé le phénomène de « vague brisée », en lien avec l’évolution du taux de chômeurs indemnisé (augmentation en 2008-2011, puis déclin).

Ma thèse a consisté à étudier les « réaménagements » des budgets de ménage pour faire face à cette situation. Dans un premier temps je parlais d’ « ajustements », mais ce terme est moins adapté car il sous-entend que les changements se sont fait uniquement de manière monétaire, ou quantitative. Or mon enquête suggère que cet aspect quantitatif (réduction des revenus et des dépenses) est à prendre en compte, mais qu’il faut le compléter par des réaménagements pratiques : organisation du ménage pour dépenser moins, participation à des associations d’aide alimentaire, recours à un ensemble d’activités plus ou moins déclarées qui permettent de gagner de l’argent. C’est cela qui permet aux ménages confrontés à la crise de plus ou moins « tenir ». Cette démarche conduit d’une part à concevoir les ménages comme des entités autonomes et non comme de simples « consommateurs », et d’autre part à visibiliser l’organisation sociale qui structure les budgets de ménage plutôt qu’à toujours parler de « pratiques informelles » comme si celles-ci étaient informes et résiduelles.

Dans les années à venir, j’espère que ce travail pourra déboucher sur une comparaison raisonnée et empiriquement étayée des pratiques budgétaires et conditions de vie à l’échelle européenne, et à une connexion de celles-ci avec les bouleversements politiques que nous traversons.

 

  1. Liens à ajouter : (articles et/ou pages web)

 

Baciocchi S., David J., 2005-2006, Frédéric Le Play, Éléments d’épistémologie et de science sociale, Société d’Économie et de Science Sociale.

Blavier P., 2016a, « Un couple de chômeurs espagnols dans la récession », Politique Sociale et Familiale, 123, p. 27-40 (coord. E. Le Méner, autour de la notion d’ethnocomptabilité).

Blavier P., 2016b, « Les « petits boulots » dans l’Espagne de la récession », Revue Française de Socio-Economie, 17, p. 103-122.

Blavier P, 2016c, « La révolution tunisienne : chômage, expansion scolaire et fracture régionale ? », Actes de la recherche en sciences sociales, N°211 (coord. C. Hmed, L. Jeanpierre).

Blavier P., 2018, « Les réaménagements de la consommation en contexte de récession », Revue Française de Sociologie.

Cottereau A., Marzok M., 2012, Une famille andalouse, Bouchène.

Grusky D. B., Western B., Wimer C. (eds.), 2011, The Great Recession, New York (ny), Russell Sage Foundation.

Lüdtke A., 2000, Des ouvriers dans l’Allemagne du XXème siècle. Le quotidien des dictatures, L’Harmattan.

Stuckler D., Basu S., 2013, The Body Economic. Why Austerity Kills, New York (ny), Basic Books.

Thompson E. P., 1971, « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past & Present.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.