Gros plan sur… La thèse d’Alice Valiergue sur le marché « volontaire » de la compensation carbone Nord-Sud

  1. Votre thèse porte sur l’émergence et le fonctionnement du marché « volontaire » de la compensation carbone Nord-Sud. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Avant de revenir sur mon intérêt pour le sujet, je vais présenter ce marché qui a vu le jour au début des années 2000.

Son émergence suit la signature du protocole de Kyoto en 1997. Ce dernier est un accord international qui vise à organiser une politique internationale de lutte contre les changements climatiques. Parmi les instruments d’action publique issus du protocole de Kyoto, se trouve un mécanisme marchand permettant aux entreprises du Nord d’acheter des « crédits carbone ». Ces derniers sont censés représenter des tonnes de gaz à effet de serre (GES) évitées ou réduites dans les pays du Sud, via par exemple la capture de méthane, s’échappant de la décomposition des déchets dans des décharges à ciel ouvert. Ces achats de crédits carbone permettent aux entreprises des pays du Nord de « compenser » leurs émissions par une « non-émission » dans un pays du Sud qu’elles auraient financée. Dans le cadre du protocole de Kyoto, seulement certains secteurs d’activités des pays du Nord (industrie lourde et énergie notamment) sont visés par ce mécanisme marchand. Un bureau de l’ONU se consacre au suivi de ce mécanisme marchand. Et selon les règles établies par ce dernier, les projets doivent être évalués par des auditeurs accrédités par les Nations unies. Ce bureau a aussi conçu un répertoire d’activités de réduction de GES pouvant donner lieu à la production de crédits carbone.

Le marché sur lequel porte ma thèse repose sur le même mécanisme marchand. Cependant ses promoteurs (ONG de protection de l’environnement et petites entreprises spécialisées dans le conseil en développement durable) cherchent à produire et vendre des crédits carbone à des entreprises qui ne sont pas visées par le protocole de Kyoto. Aussi, ils nomment le marché qu’ils cherchent à construire marché « volontaire » de la compensation carbone. Ces promoteurs démarchent des entreprises de secteurs divers (la banque et l’assurance, la restauration, l’évènementiel) qui n’ont aucune obligation juridique à investir dans des services de compensation de leurs GES. Les opérateurs du marché « volontaire » prennent aussi des libertés par rapport aux règles établies dans le cadre onusien. Par exemple, ils étendent le type de projets répertoriés par l’ONU pouvant donner lieu à la production de crédits carbone. Sur le marché « volontaire », il est par exemple possible d’acheter des crédits carbone provenant de la vente de fours améliorés ou de la distribution de filtres à eau à des ménages vivant dans des zones rurales. Pourquoi et comment des entreprises se mettaient à acheter des crédits carbone, sans y être juridiquement contraintes ? C’est cette question qui a constitué une première énigme empirique à l’origine de ma recherche.

Si je me suis intéressée à ce sujet, c’est parce que je connaissais déjà un peu les marchés du carbone par le biais de relations familiales. Pendant un cours de sociologie économique à Sciences Po, j’ai découvert les questions sociologiques que soulevaient les marchés du carbone, via notamment la présentation de la recherche de McKenzie (2009). C’est dans la veine de ses réflexions sur la création de mise en équivalence permettant de créer de nouvelles marchandises que j’ai commencé cette recherche. En resserrant ma recherche au marché « volontaire », j’étais initialement intéressée par l’apparition de nouvelles marchandises, en l’occurrence des « crédits carbone » achetés « volontairement » par des entreprises. Cette question m’intéressait d’autant plus qu’au moment où j’ai commencé cette recherche, en 2012, on arrivait à la fin de la période d’engagement du protocole de Kyoto. Les négociations internationales sur le climat n’avaient pas encore débouché sur des accords concernant ces mécanismes marchands. L’avenir de ces marchés du carbone semblait incertain. Aussi l’hypothèse de l’anticipation d’une réglementation pouvant expliquer l’achat de crédits carbone ne tenait pas. La question portait alors sur le processus de création d’une nouvelle marchandise et de sa signification sociale. Les services de compensation carbone constituaient-ils un nouveau service marketing pour des entreprises ? Ou une nouvelle forme de don pour la protection de la nature qui ne serait pas forcément remis à des organisations à but non lucratif ? Ou autre chose encore ?

  1. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Au début de ma thèse, je me suis intéressée aux questionnements théoriques sur la production sociale de la valeur économique, lesquels sont regroupés dans les valuation studies. Pour renseigner cette question, j’ai surtout mobilisé les travaux de la sociologie économique française sur les dispositifs et l’intermédiation marchande (par exemple Callon et al. 2013; Dubuisson-Quellier et Neuville 2003). Ils m’ont permis d’analyser la construction de la demande, le rôle des labels, des activités d’échange et d’ajustement marchand. Ainsi équipée, j’ai pu, petit à petit, rendre compte du processus de construction de la valeur des services de compensation carbone Nord-Sud sur le marché « volontaire ».

Une fois que j’ai commencé à enquêter, j’ai réalisé à quel point la question des controverses soulevées par le marché de la compensation carbone Nord-Sud était centrale dans le fonctionnement de ce marché. Au vu de l’importance des désaccords moraux, suscitées par la commercialisation des services de compensation carbone, la sociologie des marchés contestés (Steiner et Trespeuch 2014) et celle des boucles de récupération de la critique (Boltanski et Chiapello 1999) m’ont également beaucoup aidé à analyser et rendre compte de la dynamique du développement du marché volontaire de la compensation carbone Nord-Sud. Je me suis alors davantage intéressée à la façon dont les critiques structuraient l’organisation de ce marché.

 

  1. Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Mon cadrage théorique autour de la production sociale d’une nouvelle marchandise, via une attention portée aux dispositifs et à l’intermédiation marchande, m’a conduite à opter pour un dispositif d’enquête qualitative visant à accéder au plus près des activités de production et de vente de crédits carbone. J’ai donc cherché à analyser les activités des organisations (entreprises et ONG) mettant en œuvre des projets de compensation et vendant les tonnes de gaz à effet de serre évitées auprès de leurs entreprises clientes. Pour ce faire, j’ai privilégié la réalisation d’entretiens et d’observations permettant de saisir les activités mettant en forme la valeur marchande des crédits carbone. Je me suis rendue sur les lieux de mise en œuvre de trois projets de compensation carbone différents dans un pays situé dans le continent africain. Dans un cas, j’ai pu suivre le travail commercial d’un vendeur de crédits carbone. Celui-ci prend principalement la forme d’un travail de compilation d’information sur les « bénéfices » que le projet peut apporter aux populations locales (création d’emplois, amélioration de la santé, etc.). Ces informations alimentent le travail de vente de crédits carbone à des clients en France. Dans d’autres cas, j’ai pu assister au travail d’évaluation de la mise en œuvre des activités de compensation et saisir à partir de quelles opérations concrètes, il devenait possible de produire des crédits carbone (comptage d’arbres, suivi de l’utilisation de fours améliorés par des ménages dans des zones rurales du continent africain).

Les données ainsi recueillies montrent que ces acteurs mènent un ensemble d’activités en rapport direct avec les controverses soulevées par leur marché. Sans enquêter directement auprès des acteurs produisant ces critiques, j’ai rassemblé un ensemble de sources écrites qui m’a permis de préciser quelles étaient ces critiques, qui les portaient et dans quelles arènes. En combinant ces données avec les récits d’activités et observations, il est devenu possible de saisir comment l’organisation du marché était structurée par les critiques qu’il suscitait.

Source : https://makewealthhistory.files.wordpress.com/2011/09/carbon-offset.jpg

  1. Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

A ce stade, un des résultats majeurs de la thèse est que le marché « volontaire » de la compensation carbone Nord-Sud a pu voir le jour en dépit des controverses pouvant être soulevées à son égard par des ONG ou des journalistes. Et ce, en partie, parce que les promoteurs de ce marché cherchent à construire la stabilité de leur marché vis-à-vis de ces critiques.

La thèse revient sur l’origine de ce marché et montre que dès ses débuts le marché de la compensation carbone Nord-Sud suscitait un ensemble de critiques portées par différents acteurs dans différentes arènes. Ces critiques ne sont pas confinées à des experts et elles sont visibles notamment dans la presse. Des journalistes et ONG de protection de l’environnement proches des mouvements altermondialistes, comme les Amis de la Terre, ont dès le début de ce marché soulevé un ensemble de controverses à son égard. Ils reprochent aux opérateurs de profiter de la mauvaise conscience des pollueurs pour s’enrichir, ou aux clients (les entreprises achetant des crédits carbone) de s’acheter une image verte sans pour autant réduire leurs émissions de GES. Pour ces acteurs, le marché de la compensation apparait comme un mécanisme pervers qui ralentit au contraire les investissements dans des énergies renouvelables et peut même causer des expulsions de populations de leurs territoires dans les pays du Sud.

Afin de consolider leur marché vis-à-vis de ces critiques, les promoteurs du marché « volontaire » mettent en place différents dispositifs et pratiques qui valorisent monétairement ces services de compensation carbone. Ils créent par exemple des labels qui donnent des garanties aux clients sur les activités menées dans des pays du Sud afin de réduire des émissions de GES. Du côté des vendeurs au Nord, le travail commercial consiste à développer des services d’accompagnement de la communication sur les achats de compensation carbone. L’objectif est de s’assurer contre le risque d’un scandale médiatique pour greenwashing, c’est-à-dire d’avoir exagéré la communication sur leurs actions en faveur de la protection de l’environnement au regard des pratiques réelles. C’est aussi en ciblant des acteurs en particulier, comme les directions développement durable au sein des grandes entreprises, que les commerciaux parviennent à vendre leur service de compensation carbone. Parce que ce service est associé à d’autres services vendus aux entreprises, comme l’évaluation des émissions de GES, il peut au sein d’entreprises être perçu par les directions développement durable comme un outil de reporting environnemental utile à leur mission.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.