Soutenance de thèse de Simon Bittmann: « Des loan sharks aux banques »

Simon Bittmann soutiendra  le 18 mai sa thèse de doctorat de sociologie, intitulée : Des loan sharks aux banques. Croisades, construction et segmentation d’un marché du crédit aux Etats-Unis, 1900-1945.

Le jury sera composé de

Mme Marion Fourcade, Professor of Sociology, University of California, Berkeley (directrice de thèse)

M. Gilles Laferté, directeur de recherche à l’INRA, Centre d’économie et de sociologie appliquées à l’agriculture et aux espaces ruraux (rapporteur)

Mme Claire Lemercier, directrice de recherche au CNRS, Centre de sociologie des organisations, Institut d’études politiques de Paris (directrice de thèse)

M. Pap Ndiaye, professeur des universités en histoire nord-américaine, Institut d’études politiques de Paris

M. David Stark, Professor of Sociology, Columbia University

Mme Sylvie Tissot, professeure de science politique, Université Paris 8 (rapporteure).

 

Résumé de la thèse :

Si de nombreux travaux soulignent l’existence d’une segmentation de l’offre de crédit aux États-Unis, entre un marché primaire occupé par les banques et un marché secondaire constitué d’agences de crédit allant des payday lenders aux agences de crédit immobilier subprime, peu de recherches s’intéressent précisément à la mise en place d’une telle segmentation ou à ses origines historiques. Cette thèse propose une telle généalogie à partir de l’histoire d’un type de crédit spécifique, sous forme de prêts de petites sommes d’argent, lors des quatre premières décennies du XXe siècle. Elle étudie tout d’abord le déploiement d’un système de crédit au début du XXe siècle, permettant à nombre de travailleurs des classes populaires d’emprunter sur la base de leurs revenus futurs ou sur la propriété de biens mobiliers. À partir de deux études de cas portant sur le Sud et le Midwest, nous proposons une nouvelle conceptualisation, intersectionnelle, de la relation de crédit en soulignant les différentes formes d’encastrement de ce système d’échange ; dans le procès de travail, le système judiciaire et la ségrégation raciale.  La thèse analyse ensuite la construction d’une offre légitime de crédit des salariés, à travers l’étude des « croisades » et des controverses autour des « loan sharks », ces créanciers perçus comme des usuriers parasitaires qui gravitent aux marges du capitalisme industriel jusqu’au milieu des années 1940. Ce travail de sociologie économique s’inscrit dans la continuité des études sur les processus de moralisation marchande, mais il propose une extension de ces approches en mobilisant des outils de la sociologie des organisations, de l’action publique, des mouvements sociaux et du droit, dans l’optique de comprendre précisément comment la résolution d’un problème public et le droit, ainsi que les cadres normatifs dans lesquels puise l’action politique, peuvent affecter le fonctionnement et la structure du marché. Le cadre théorique construit contribue à faire le lien entre l’analyse des transactions, des contrats et des relations marchandes et celle de la construction politique et culturelle du marché, une division souvent déplorée aussi bien par la sociologie française que nord-américaine.

Abstract:

The segmentation of the American credit market, between a primary banking market and a secondary “fringe” market, characterized by high-rate services offered by credit agencies ranging from payday lenders to subprime mortgage dealers, is often mentioned and bemoaned, particularly as it would mirror the structure of the dual labor market, and yet very few studies are dedicated to understanding its origins. This dissertation offers such a perspective through the study of one specific type of credit transactions, in the form of small unsecured loans to different types of wage-earners. First, we study the emergence of new credit systems at the beginning of the XXth century, which enabled (mostly) lower-class workers to borrow using their future wages or small property as collateral. Two case studies focusing on the South and the Midwest enable us to set forth a new, more intersectional conceptualization of the credit relationship : we underline the different forms of embeddedness of these exchange systems, particularly in the labor process, in the judicial system and in specific forms of racial segregation. Second, our research analyses the moral and political construction of a legitimate “business” of unsecured lending, through the study of the crusades and controversies targeting “loan sharks”, a certain class of creditors associated, by many reformers, with usurious practices, and which gravitated on the fringe of industrial capitalism until the mid-1940s. This work in economic sociology contributes to a growing body of studies of market moralization processes, but it relies on insights from the sociology of organization, public action, social movements and law in order to understand more precisely how the resolution of a public problem, and the legal evolution it produces, as well as the frames and normative settings on which political action dwells, can impact the shape and the structure of the market. Our theoretical framework thus tries to bridge the gap between the sociological study of economic transactions, practices and contracts and the political-cultural approach of markets as politics, a separation often criticized by French and American sociologists alike.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *