Gros plan sur… La thèse de Joseph Cacciari, sur l’impératif de transition énergétique dans le domaine de la consommation d’énergie des ménages

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Joseph Cacciari, chercheur post-doctorant au Laboratoire Ville Mobilité Transport (Université Paris-Est Marne-la-Vallée, IFSTTAR, ENPC). Il a soutenu en décembre 2017 sa thèse de sociologie, sous la direction de Pierre Fournier, intitulée : Les ménages face aux impératifs de « transition énergétique ». Des raisonnements pris entre marché, normalisation institutionnelle et références pour agir forgées au fil de la trajectoire biographique.

1. Votre thèse, réalisée au Laboratoire méditerranéen de sociologie, porte sur la consommation d’énergie des ménages dans le contexte de l’impératif institutionnel de transition énergétique. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Cet intérêt trouve son origine dans mon master de sociologie pour lequel je souhaitais travailler sur le thème des économies domestiques populaires. Une contrainte liée au financement d’un stage de recherche m’a alors conduit à enquêter sur la reconversion économique de l’ancien bassin de minier de Provence et plus particulièrement de Gardanne, m’imposant d’y examiner également la question de la transition énergétique. L’idée était d’observer ce processus en train de s’accomplir presque en temps réel, ou au moins à court terme. L’intérêt d’enquêter la transition énergétique sur ce territoire était assez évident pour qui connaît un peu la socio-économie locale. À Gardanne le charbon n’avait pas seulement été une production réservée à alimenter des centrales de production d’électricité fonctionnant là et ailleurs. Il y avait tout un système économique et social autour de l’extraction minière et de la production locale d’énergie (sécurité sociale minière, logement, fourniture d’énergie, accès aux loisirs). Le charbon, comme ressource, « coulait » aussi dans les veines de la ville : il alimentait la centrale thermique locale dont une partie de la production était revendue à prix avantageux à d’autres industries implantées sur le territoire ; il abondait les chaudières municipales ; il était distribué aux ménages ouvriers.

J’ai réalisé là-bas deux enquêtes : la première portant sur la mise en politique du thème du développement durable, puis de la transition énergétique à Gardanne à la suite de la décision du gouvernement de fermer les mines de charbon du pays, processus étiré des années 1980 aux années 2000 ; la seconde abordant les effets induits par ce processus sur les modes de vie des classes populaires locales et surtout pour les ménages d’anciens ouvriers-mineurs.

En travaillant sur le thème de la transition énergétique à Gardanne, tout en le liant aux questions sur le devenir des classes populaires qui m’étaient chères. Vue la prégnance de l’économie charbonnière dans l’économie locale, il m’a semblé que les différents aspects du processus de transition énergétique et de la reconversion socio-économique des ménages ne pouvaient être analysés séparément.

Par exemple, il était possible d’observer dans cette configuration le passage pour les ménages enquêtés d’une conception de l’usage domestique de l’énergie à une autre : d’un droit d’usage presque illimité à l’obligation de penser ce domaine de l’économie domestique comme celui d’une consommation ordinaire. C’était particulièrement vif dans la situation des anciens mineurs, car ils n’avaient pas eu à se poser de questions « économiques » sur ce domaine de leur existence quotidienne avant la mise à la retraite. Ils ont longtemps eu accès à un droit de tirage accordé par l’employeur sur le charbon extrait de la mine ou à des forfaits chauffage à tarif préférentiel. Maintenant hors travail, avec des revenus plus faibles, ils devaient l’inscrire à leur budget comme une consommation. Il y a là quelque chose d’assez classique pour la sociologie qui concerne le lien entre les structures sociales et les structures mentales.

Ce « laboratoire gardannais » m’a ainsi guidé pour redéfinir l’impératif de transition énergétique comme un objet de lutte politique, sociale mais aussi de normalisation économique. En matière de consommation d’énergie, il s’agissait, une fois en thèse, de généraliser cette idée pour l’examiner au-delà de ce territoire. Ce dernier pouvait en effet être considéré comme singulier. En réalité, il me semblait avoir permis de saisir très distinctement plusieurs dimensions du problème des mutations des systèmes énergétiques qui se posaient probablement partout ailleurs, dans des configurations beaucoup plus complexes brouillant le regard sociologique.

En fin de compte, j’ai redéfini l’impératif de transition énergétique comme un mot d’ordre économique dans le domaine de la consommation individuelle. Il n’est pas seulement cela, mais c’est de cet aspect dont traite ma thèse, c’en est l’objet.

2. Quels cadres théoriques avez-vous mobilisés pour aborder ces questions ?

Mon cadre théorique a quatre sources d’inspiration principales. Premièrement, une veine marxienne, avec l’idée que dans cette lutte pour la définition de l’avenir énergétique les groupes sociaux sont inégaux. Certains parviennent à monopoliser la production du sens et de la matérialité de ce processus, tant sur le plan économique qu’idéologique (comme le personnel politique et les groupes capitalistes du secteur énergétique à Gardanne).

Deuxièmement, j’ai été influencé par la sociologie économique de P. Bourdieu que j’ai commencé à mobiliser une fois en thèse, ainsi que par la manière dont F. Weber définit les perceptions et les conduites économiques. Le lien entre ces deux approches donne sa consistance à l’idée de mot d’ordre économique et à l’hypothèse liée d’un façonnement socio-historique des perceptions et conduites économiques.

Troisièmement, ma thèse emprunte au travail de S. Dubuisson-Quellier qui enquête depuis longtemps sur des questions proches de celles que je souhaitais soulever à propos du gouvernement des conduites de consommation.

C’est le souci d’aborder ce dernier thème au plus proche des pratiques qui m’a amené, quatrièmement, à porter une grande attention au rôle qu’occupent dans ce domaine des groupes professionnels liés au thème de la consommation d’énergie des ménages (Conseillers info énergie de l’ADEME ; Médiateurs sociaux à la consommation du secteur associatif, notamment). Pour cela c’est la sociologie des groupes professionnels et les recherches sur les streets levels bureaucrats qui m’ont aidé. Je pense aux travaux d’A. Abbott, de C. Gadéa, de V. Dubois et de M. Lipstky.

Voilà pour l’essentiel. Il y a aussi toute une partie de ma recherche qui est construite sur les bases de la sociologie de la socialisation de M. Darmon, de la sociologie des classes populaires développée dans le sillage d’O. Schwartz, des formations sociales de H. White. D’autres travaux ont eu une influence plus ponctuelle : ceux V. Descombes sur les thèmes de l’institution du sens et de l’apprentissage de références pour agir dans le monde social et d’un appui sur l’ouvrage La langue des institutions indo-européennes de E. Benveniste.

3. Comment avez-vous enquêté ? Quelles données mobilisez-vous ?

Il m’a fallu faire tenir ensemble de nombreuses dimensions. D’abord, il s’est agi de retracer l’histoire des catégories de consommation et de consommateur d’énergie. J’ai procédé pour cela à une lecture critique (au sens historien) de travaux académiques dispersés portant sur différentes dimensions de l’histoire du secteur de l’énergie.

Ensuite, pour définir un programme d’enquête autour de cette catégorie, j’ai examiné comment la sociologie avait traité de la question de la consommation et du consommateur d’énergie. Ce travail a pour assise une relecture de recherches de différentes périodes avec une grille d’analyse combinant : mot d’ordre/réalité sociale/perception et conduite économique.

Troisièmement, la thèse s’appuie sur une enquête auprès de ménages appartenant aux classes populaires du « haut » : proches du revenu médian, possédant parfois des statuts protecteurs, il s’agit de ménages ni assez en difficulté pour faire l’objet d’un encadrement direct de leur pratique, par la puissance publique au prisme du travail social par exemple, ni assez dotés en toutes espèces de capitaux pour échapper à des formes de réflexivité quotidienne sur leurs pratiques et envisager sereinement l’avenir. Ces ménages se situent dans la double tension quant à la légitimité de leurs pratiques qu’avait bien mis en exergue O. Schwartz : une inquiétude de déclassement ; un horizon borné.

L’enquête auprès de ces ménages a été menée à l’échelle de la région Provence-Alpes Côte-D’Azur par entretiens standardisés (N=64) et questionnaire (N= 104) ainsi que par des monographies de familles (N=9). Pour ce travail auprès des ménages, j’ai un peu refait le coup de Gardanne en m’intéressant principalement à des ménages liés au passé mono-industrielle de la ville de La Ciotat.

Enfin, il a fallu analyser de manière diachronique et synchronique le territoire professionnel du conseil en économies d’énergie. Cela a été fait à partir d’un état de la littérature scientifique sur le thème combiné à la réalisation de deux monographies de groupes professionnels de ce territoire, évoquées précédemment.

4. Quels sont les résultats de la thèse ?

Je peux résumer mes résultats de la manière suivante. Sur un premier plan la thèse montre que les pratiques domestiques mobilisatrices d’énergie se construisent, pour le groupe social enquêté́, autour de référentiels principalement hérités d’une socialisation qui passe par l’entourage : les proches, la famille, mais aussi ceux auxquels on s’identifie, qui fournissent les repères pour agir. Elle met également en évidence d’autres éléments structurants dans la construction de ces références : les situations de mobilité́ ascendante ou de déclassement qui tendent à̀ produire des dissonances entre les différentes références disponibles. La trajectoire résidentielle apparaît également centrale, car elle produit un certain nombre de déterminations techniques et sociales. Enfin, est mis en exergue le rôle du territoire qui offre des opportunités économiques et sociales différenciées structurant aussi les pratiques.

Un deuxième résultat tient à l’analyse des contributions des groupes professionnels de la question énergétique à la normalisation institutionnelle de la catégorie de consommateur d’énergie de la transition énergétique. Leur positionnement est ambigu d’une part au sein d’une configuration complexe de professionnels intervenant dans la prescription des pratiques énergétique (entre les fournisseurs d’énergie et les magasins de bricolage notamment) et plus spécifiquement dans un entre-deux, que les ménages peinent à interpréter, entre intervention publique et offre privée.

Le troisième résultat éclaire enfin les limites que rencontrent les injonctions institutionnelles autour de la consommation domestique. Celle-ci est difficilement isolable de pratiques sociales plus larges que ne saisit pas cette politique publique parce qu’elles renvoient plus globalement à des « formes de vie » : des manières d’habiter, de recevoir, de manger, de se laver, de se distraire, d’être avec d’autres ou en famille qui font configuration. La thèse montre ainsi les dispositions acquises des ménages à raisonner « en gros », par une forme de synthèse entre plusieurs dimensions du quotidien, s’abstrayant par-là d’un mode de faire qui correspondrait à la maîtrise comptable et détaillée, analytique, imposée par la définition institutionnelle du consommateur d’énergie.

5. Quelques liens pour préciser les choses

Sur les groupes professionnels du conseil en économie d’énergie :

https://www.cairn.info/revue-societes-contemporaines-2017-1-p-53.htm?1=1&DocId=433234&hits=35+34+

et

https://www.cairn.info/revue-formation-emploi-2016-3-p-137.htm?1=1&DocId=64895&hits=13+12+

Le compte rendu de ma recherche sur la catégorie de consommateur d’énergie de la transition énergétique : https://www.cairn.info/revue-gouvernement-et-action-publique.htm.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.