Gros plan sur… La thèse de Pierre Deffontaines, « Survivre » 25 ans après la chute de l’URSS : classes populaires et marchés dans les espaces ruraux ukrainiens

Le carnet du RT12 braque régulièrement le projecteur sur un travail de recherche de doctorat en cours. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Pierre Deffontaines, doctorant en sociologie depuis 2014 à Dijon, au laboratoire CESAER, Centre d’Economie et de sociologie appliquée à l’Agriculture et aux Espaces Ruraux, sous la direction de Gilles Laferté et Ronan Hervouet.

 

Votre thèse, réalisée au CESAER sous la direction de Gilles Laferté et Ronan Hervouet, porte sur les classes populaires et les marchés dans les espaces ruraux ukrainiens. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

Le début de mon travail de recherche est d’abord stimulé par un terrain d’enquête et une rencontre. Je fréquentais l’Ukraine bien avant de commencer ma thèse. J’y avais des amis et notamment Tanya que je retrouve en 2013 avant de déposer mon projet de recherche alors que j’enseigne le Français dans un institut à Kiev. Tanya est alors fatiguée. Dans la capitale, elle travaille comme éducatrice de jeunes enfants. Elle accumule les heures supplémentaires et les gardes d’enfants en plus de son emploi pour soutenir financièrement sa famille au village, ce qui lui laisse peu de temps pour elle. Il m’a rapidement semblé que les outils de la sociologie pour saisir les pratiques économiques de cette famille dans les espaces ruraux de l’Ukraine contemporaine pouvaient permettre de mieux comprendre ce que vivait Tanya en ville.

« Survivre » est un mot du terrain, une manière de percevoir la situation économique, reprise par les personnes rencontrées au village. Cette expression souligne le caractère temporaire et instable des pratiques économiques quotidiennes, leur faible encadrement administratif et juridique et le sentiment d’une débrouille généralisée. Pourtant, ce qui est frappant, ce sont les régularités dans les pratiques observées : dans l’organisation du travail agricole saisonnier d’une exploitation à l’autre par exemple, entre les expériences de migration sur les chantiers de construction ou entre les manières de vendre les produits sur les marchés. Je me suis alors efforcé de rendre compte de ces régularités, de comprendre comment sont instituées les pratiques économiques dans un contexte de crise, dans un pays ayant connu des transformations institutionnelles importantes depuis 25 ans et dans des espaces éloignés des centres urbains.

 

Quels cadres théoriques avez-vous mobilisé pour aborder ces questions ?

Mon questionnement est aussi le fruit d’une confrontation entre une littérature spécialisée sur les espaces postsocialistes d’un côté, et des lectures sur la sociologie des classes sociales en France de l’autre.

Les sciences sociales, spécialisées sur les régions ayant connu le socialisme, ont participé à une critique des réformes dites « de marché » après l’URSS en analysant les transformations réelles des pratiques et des institutions depuis les années 1990. Ces analyses se fondent à la fois sur des études de cas ethnographiques (Burawoy et Verdery, 1999 ; Humphrey et Mandel, 2002) et sur des enquêtes statistiques (Clarke, 2002). Je m’inscris pleinement dans cette perspective, m’évertuant à ne pas essentialiser a priori ce qui relève d’une « économie de marché » pour comprendre les pratiques dans leurs multiples dimensions. Sur ces terrains les travaux d’ethnographie économique des années 1990 ont souvent insisté sur les manières individuelles et collectives de s’en sortir face aux multiples changements.

Ma démarche diffère un peu en ce qu’elle tente de saisir les modes de structuration de l’espace social au-delà des marges de manœuvres des personnes. Pour ce faire, je me suis intéressé aux marchés, marchés du travail, marchés des produits agricoles, marchés du crédit ou encore marchés fonciers, comme à autant d’espaces de relations sociales dans lesquelles les pratiques économiques s’inscrivent et qu’elles contribuent à façonner et à institutionnaliser, en-deçà bien souvent des contrôles légaux. Alors que les perspectives en termes de classes sociales ont été relativement délaissées dans les études postsocialistes (Crowley 2015), je me suis évertué à démontrer leurs pertinences pour rendre compte des inégalités et des conflits que j’ai observés sur ces marchés. La continuité et la régularité des pratiques économiques ne sont pas simplement liées à leur ancrage culturel, ni à des rapports marchands ou salariaux formels. Elles tiennent en réalité à la reproduction de rapports sociaux de classes et de genre à l’œuvre dans les relations d’emploi ou les relations marchandes.

Cette approche en termes de classes s’appuie sur les acquis des travaux de sociologie des classes populaires dans la France contemporaine (entre autres : Renahy, 2005; Weber, 1989), eux-mêmes inspirés par les recherches de Pierre Bourdieu. Cependant, lorsqu’il s’agit d’étudier des classes sociales en Ukraine, le sociologue se trouve dans une situation très différente de celle rencontrée dans un pays comme la France. L’effondrement de la société salariale y est tel que les relations d’emploi déclarées ne sont plus déterminantes ni dans l’accès à des droits (retraites, assurances, chômage), ni dans l’identification, notamment statistique, des groupes sociaux. De fait, la sous-déclaration de l’activité économique est devenue la règle et de nombreuses trajectoires professionnelles sont touchées par des bifurcations nombreuses. En cela, le terrain ukrainien, subissant de plein fouet une nouvelle crise économique en 2014-2015, représente une opportunité pour poursuivre et enrichir une telle approche.

 

Comment enquêtez-vous (ou avez-vous enquêté) sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

A ces inspirations, je dois aussi ma méthode d’enquête. Elle repose en premier lieu sur une recherche ethnographique. Celle-ci s’est appliquée à la fois à l’observation des espaces domestiques et des scènes de travail, mais également au travail des administrations et à leurs usages des catégories statistiques et règlementaires. J’ai passé 9 mois cumulés dans le village de Fruktivka et le canton de S. dans une région du centre de l’Ukraine, travaillant moi-même à la cueillette des pommes, à la construction de maisons ou à la coupe du bois ou encore à la vente des framboises. De cette manière, j’ai pu décrire les arrangements non déclarés et les relations d’emploi ou marchandes au plus près du vécu des personnes. Parallèlement, par l’enquête dans les services de l’Etat et le recours aux statistiques publiques ukrainiennes, j’ai eu accès à la perception qu’ont les administrations locales de ces activités qui leur échappent en grande partie.

Pour interroger la recomposition des rapports de classes, j’ai eu recours à d’autres matériaux permettant de les situer dans le temps et dans un espace social plus large. J’ai donc mené également des entretiens avec des responsables régionaux et nationaux du monde agricole, consulté des archives et exploité une base statistique (Ukrainian Longitudinal Monitoring Survey) regroupant les données à propos de plus de 7000 trajectoires dans 3000 ménages ukrainiens au cours des années 2000. La mise en œuvre conjointe de ces méthodes permet une combinaison des échelles d’analyses, des phénomènes les plus localisés aux processus sociaux plus larges.

 

Quelles conclusions tirez-vous dans votre thèse ?

Le premier apport de la thèse est de montrer les modes de régulation des activités économiques, en-deçà et au-delà de tout encadrement légal. D’une part, la structuration des marchés de l’emploi ou des produits agricoles aujourd’hui témoigne de la reproduction des rapports hiérarchiques datant de la période soviétique. Les dirigeants des entreprises agricoles, désormais privées, ne sont autres que les anciens encadrants des entreprises d’Etat d’avant 1990. Ils dominent aujourd’hui non seulement le marché des emplois agricoles qui s’est fortement réduit, mais également le marché foncier locatif (la terre agricole ne peut être vendue en Ukraine) et les marchés de produits agricoles. Aujourd’hui, les transferts entre les entreprises et les maisonnées des travailleurs sont de différentes natures : rémunérations pour du travail non déclaré, mais aussi loyers pour les parcelles dont beaucoup d’habitants sont devenus propriétaires après les réformes de privatisation, contributions volontaires aux infrastructures des villages… Ces transferts et la reproduction de la structure sociale du village assurent la légitimité de la domination économique des nouveaux chefs d’entreprises, reposant sur une personnalisation locale de leur pouvoir plus que sur un ordre social centralisé.

D’autre part, l’observation de diverses scènes sociales et de leur superposition a permis de montrer le rôle déterminant de l’interconnaissance et des effets de réputations sur les classements et les positions occupées par les personnes rencontrées sur les marchés de l’emploi ou les marchés des produits agricoles. Par exemple, obtenir un poste bien payé sur un chantier de construction pour quelques mois en ville dépend non pas de diplômes ou de contrats, mais de relations (znajomì en ukrainien) et de la visibilité des savoir-faire des travailleurs. L’interconnaissance est la seule garante pour l’employeur de la qualité du travail fourni et pour l’ouvrier d’un paiement honorable. Les relations d’emploi ne s’apparentent plus tant à des relations salariales qu’à des relations commerciales, où le prix du travail est défini par des négociations toujours renouvelées et particulières à chaque relation. La place de l’interconnaissance ne signifie pas l’absence de hiérarchie sociale. Au contraire, les négociations autour du travail rendent cruciales les petites ressources (un peu de terre, le revenu faible mais régulier d’un ou d’une conjointe…) : pouvoir assurer ces arrières donne les coudées franches dans le choix des chantiers et le marchandage sur les prix… Elles sont ainsi à l’origine de nouvelles inégalités au sein des groupes de pairs au village. Elles structurent aussi le marché des emplois, l’espace des possibles pour chaque travailleur au village.

Plus largement, cette recherche interroge la notion même d’espace social. Elle propose une ethnographie des classes sociales attentives aux processus d’unification et de fragmentation des marchés (du travail, des produits, du crédit etc.). Il ne s’agit pas seulement de postuler à l’aide d’un cadre théorique ou statistique prédéfini l’existence de groupes sociaux, dont l’enquête qualitative ne ferait que renseigner les modes de vies. Les multiples conflits locaux et les formes de domination décrits au cours du travail de terrain justifient une approche en termes de classes sociales pour analyser des données localisées. La thèse montre les prises de positions sur différents marchés et ce qui les déterminent. Elle met ainsi au jour la différentiation sociale en train de se faire.

 

Liens et références

 

Juin 2017, « Transformations du marché du travail agricole : Segmentation du système de production et inégalités de genre dans les espaces ruraux ukrainiens. », Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, Vol. 48, n°1-2, p.121-146

 

(A paraître, Printemps 2018) « Pratiques comptables ordinaires et travail des femmes : les inégalités sociales face à la crise en Ukraine », Revue Française de Socio-Economie

 

Page web : https://www2.dijon.inra.fr/cesaer/pierre-deffontaines/

 

Contact: Pierre Deffontaines, petrodeffontaines@gmail.com

 

Burawoy, M., Verdery, K. (dirs.), 1999, Uncertain Transition: Ethnographies of Change in the Postsocialist World, New-York, Rowman & Littlefield Publishers, 322 p.

Clarke S., 2002, Making Ends Meet in Contemporary Russia: Secondary Employment, Subsidiary Agriculture and Social Networks., Cheltenham, Edward Elgar, 281 p.

Crowley S., 2015, « Russia: The Reemergence of Class in the Wake of the First “Classless” Society », East European Politics & Societies and Cultures, 29, 3, p. 698‑710.

Humphrey, C., Mandel, R. (dirs.), 2002, Markets and Moralities: Ethnographies of Postsocialism, New-York, Berg, 240 p.

Renahy N., 2010, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale., Paris, La Découverte, 285 p.

Weber F., 2009, Le travail-à-côté, une ethnographie des perceptions., Paris, Editions de l’EHESS, 239 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.