Soutenance de thèse: Alice Valiergue, “Vendre de l’air : Sociologie du marché « volontaire » des services de compensation carbone”

Soutenance de thèse d’Alice Valiergue: “Vendre de l’air : Sociologie du marché « volontaire » des services de compensation carbone”

Lundi 1er octobre 2018 à 09h30

à l’Institut d’études politiques de Paris 

Ecole doctorale, salle de réunion (3e étage)

Composition du jury:

– M. Philip Balsiger, Professeur assistant, Université de Neuchâtel, Institut de sociologie

– M. Franck Cochoy, Professeur des Universités, Université Toulouse-Jean Jaurès, LISST (Rapporteur)

– Mme Sophie Dubuisson-Quellier, Directrice de recherche, CNRS, CSO (Directrice)

– Mme Marie Trespeuch, Maîtresse de conférences, Université Paris-Sorbonne, GEMASS

– Mme Pascale Trompette, Directrice de recherche, CNRS, Pacte (Rapporteure)

– M. François Vatin, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre, IDHES

Résumé:Cette thèse porte sur le marché dit « volontaire » des services de compensation carbone. Sur ce marché, des entreprises, qui n’ont aucune obligation de souscrire à ces services, achètent à des opérateurs privés, ONG ou entreprises, des « crédits carbone » pour « compenser » leurs émissions de gaz à effet de serre (GES). Pour obtenir ces crédits carbone, les opérateurs du marché mettent en œuvre des projets de réduction des émissions de GES dans les pays du Sud. Ces nouveaux échanges marchands du début des années 2000 ne sont pas sans susciter de critiques. Journalistes, ONG environnementales et scientifiques considèrent que ce marché, d’une part, ne permet pas de réduire efficacement les émissions de GES et, d’autre part, que les populations du Sud encourent de potentiels dangers avec la mise en œuvre de tels projets. La thèse interroge ainsi l’apparent paradoxe du choix des entreprises d’investir dans des services environnementaux contestés alors que ces derniers ne constituent pas une obligation réglementaire et peuvent mettre en danger leur réputation. En considérant le marché « volontaire » comme un « marché contesté », selon le sens donné à cette notion par Steiner et Trespeuch (2014), la thèse rend compte des conditions d’existence et de maintien de ce marché. A partir d’entretiens, d’observations et de l’analyse de sources écrites, elle examine le rôle de divers dispositifs, du travail marchand ainsi que de l’appropriation de l’offre par les acheteurs dans l’organisation de ce marché. La thèse interroge plus généralement le rapport entre économie et environnement et s’intéresse aux ressorts de l’engagement « volontaire » des entreprises pour le climat.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search