Gros plan sur… la thèse de Vincent Moeneclaey, sur le conseil et les consultants en gestion de restructurations et reclassement de salariés licenciés

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur un travail de recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Vincent Moeneclaey, doctorant depuis octobre 2006 et inscrit au laboratoire Printemps (CNRS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) sous la codirection de Michel Gollac et de Frédéric Lebaron.

 

L’intitulé provisoire de votre thèse est « Une division du travail de normalisation. Le conseil et les consultants en gestion de licenciement et en reclassement de salariés ». Pouvez-vous nous en dire plus sur son objet ?

Ma thèse prend pour objet l’espace dit du conseil et des consultants qui interviennent lorsqu’une entreprise décide de licencier. Une partie de ces professionnels conseillent les dirigeants et les DRH pour, comme ils disent, « piloter » les plans sociaux, en tâchant de maîtriser les manières dont les salariés, les représentants syndicaux, les pouvoirs publics et les médias réagiront à leur annonce et tout au long de leur déroulement. Une autre partie de ces consultants, suivant ces mêmes objectifs, s’attache à « reclasser » les salariés licenciés ; tandis qu’un autre segment encore se concentre spécifiquement sur un « outplacement » de cadres qui ont été « licenciés individuellement » ou qui ont démissionné.

Cet espace professionnel et marchand a commencé à se construire en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis au cours des années 1960 et 1970. En France, il se structure au cours des années 1980. Le point de départ de ma thèse fut un étonnement quant au fait que licencier – ou, ici, aider à licencier – soit aujourd’hui un métier. Il s’est alors agi d’interroger cette division du travail, les agents sociaux qui la font, son histoire, les fonctions sociales qu’elle remplit, etc.

 

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Les matériaux que j’ai rassemblés proviennent de plusieurs types de recherches :

– une ethnographie, durant environ un an, d’un cabinet dont les trois métiers principaux sont l’aide au pilotage des plans sociaux, le reclassement collectif et l’outplacement individuel, et qui s’est plus ou moins répartie entre une période au siège du cabinet à Paris et une autre sur une antenne de reclassement en Picardie ;

– des entretiens avec des consultants, des salariés licenciés, des cadres d’entreprise, des DRH, des représentants de l’administration du travail et d’autres acteurs qui constituent le monde social commun auquel appartiennent les consultants ;

– l’analyse statistique d’une base de données élaborée grâce à deux annuaires qui, en 1999, ont recensé les cabinets d’outplacement individuel et ceux de reclassement collectif ;

– un corpus constitué des publications des consultants au cours des années 1980 ainsi que du dépouillement de la revue Personnel entre 1970 et 1990.

 

Dans quels cadres théoriques vous inscrivez-vous ? Notamment en sociologie économique.

Il faut d’abord souligner que j’emprunte tout autant à la sociologie du travail et des professions qu’à la sociologie des rapports sociaux de classes et à ce que j’appellerais la sociologie des faits et des pratiques économiques. Plus précisément, j’ai d’abord appréhendé mon objet comme traitant du travail et des rapports sociaux de classes au travail. J’ai ensuite réalisé que la rupture du contrat salarial, et donc les pratiques qui se proposent d’assister celle-ci, sont également d’ordre économique : pour les entreprises et pour l’Etat, faire tendre à ce que les licenciements soient considérés comme normaux permet de construire une « production économique » et un « marché du travail » plus autonomes. Avec des auteurs comme Pierre Bourdieu, François Vatin ou Florence Weber, qui s’attachent particulièrement à remettre en question les catégories, et donc les oppositions, à partir desquelles nous interrogeons le monde social (« travail » / « hors travail », « économie » / « travail », etc.), il m’a été possible de construire mon objet en respectant davantage les réalités indigènes.

Plus précisément, les travaux de Bourdieu m’aident à penser la construction sociale et le fonctionnement des espaces marchands étudiés. Ces derniers apparaissent notamment comme étant le produit d’une relation homologique entre certaines caractéristiques du fonctionnement du champ économique, dont émane « la demande » d’un traitement différencié des licenciements et des différents types de salariés, et les propriétés et les mécanismes de structuration du sous-espace du consulting, dans lequel « l’offre » est produite. Celle-ci appréhende les licenciements et les restructurations selon les rôles qu’ils jouent dans le fonctionnement du champ économique, en contribuant, avec d’autres sous-espaces du consulting, à une fabrication des profits économiques, à un réenchantement permanent du capitalisme ainsi qu’à une production en pratique de « politiques managériales » « gagnant-gagnant » ou « modérées ». Ici, les travaux de Luc Boltanski, qu’il s’agisse de La production de l’idéologie dominante, des Cadres, du Nouvel esprit du capitalisme ou de ceux plus récents sur la construction de « la réalité », m’aident aussi beaucoup.

De manière corrélée, je montre également la contribution des acteurs étudiés au renforcement de la construction historique d’un habitus économique. Sur ce sujet, l’« ethnographie économique », telle qu’elle est envisagée par Florence Weber, m’est utile pour penser les ressemblances et dissemblances entre, d’une part, les pratiques et les façons d’être et de penser prônées par les entreprises, l’Etat, les consultants et les autres acteurs des marchés du travail, et, d’autre part, les pratiques sociales ordinaires des salariés licenciés. Si toutes s’inscrivent sur un même continuum, celles de nombreux candidats au retour à l’emploi restent éloignées de ce qu’envisagent les consultants : ces derniers, avec des différences liées à leurs trajectoires et à leurs positions dans ce dispositif professionnel et sociotechnique de gestion des licenciements, croient à une possibilité que tous les salariés se transforment en « entrepreneurs de soi ».

Enfin, pour interroger les manières dont les consultants étudiés ont construit leur marché et le travaillent au quotidien, j’utilise les travaux d’auteurs qui traitent particulièrement ces questions, tels Franck Cochoy, Sophie Dubuisson-Quellier ou encore Lucien Karpik.

 

A voir : la page de Vincent Moeneclaey sur le Répertoire français des sociologues, http://www.afs-socio.fr/rep/hopmembres/ficheperso.php?id=779

A lire :

Vincent Moeneclaey (2012) « Aux fondements du ‘marché’ de la gestion des restructurations. La relation structuralement homologique entre le champ économique et le sous-espace du consulting », communication à la journée d’études « Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu », Lille, 6 septembre, http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article627

Vincent Moeneclaey (2012) « Le jugement des plans sociaux : fabrication et fonctions du ‘taux de reclassement’ », communication aux XIIIèmes Journées Internationales de Sociologie du Travail, Bruxelles, 25-27 janvier, http://metices.ulb.ac.be/spip.php?article347

Vincent Moeneclaey (2009) « ‘Parcours professionnels’, ‘flexicurité’… Que nous enseigne l’observation du reclassement de salariés licenciés ? », Education permanente, n°181, 4, p. 91-104, http://www.education-permanente.fr/public/articles/articles.php?id_revue=1699&id_article=1943#resume1943


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search