Parution: Gouverner le capitalisme, d’Isabelle Ferraras

Le livre

Isabelle Ferreras commence son ouvrage par un constat sans appel : les citoyens salariés souffrent. Ils souffrent parce qu’ils sont écartelés entre leur aspiration à plus de justice démocratique au travail et la réalité qui domine aujourd’hui l’entreprise : celle d’un régime de gouvernance unilatéral. Le travail salarié ne connaît donc pas la démocratie. Une fois franchi le seuil de l’entreprise, le citoyen devient un « facteur travail » soumis aux décisions des seuls apporteurs en capital.
Pourtant, l’histoire occidentale nous a appris la base du processus de démocratisation
: le système bicaméral. Innovation institutionnelle majeure, il a rendu le gouvernement légitime, raisonnable et intelligent sous la responsabilité conjointe des deux Chambres. Gouverner le capitalisme commencerait donc par mettre en place un bicamérisme économique : une Chambre des représentants des apporteurs en capital, une Chambre
des représentants des investisseurs en travail, un gouvernement de l’entreprise
responsable devant les deux Chambres.
À l’heure où le capitalisme mondialisé inflige de lourdes pertes de souveraineté aux États et où les salariés font la dure expérience de la contradiction capitalisme/démocratie, il est temps de penser les conditions d’une souveraineté légitime dans l’entreprise capitaliste. Cet ouvrage dresse une archéologie du monde du travail et propose un nouveau modèle de gouvernance des entreprises : s’inspirer de l’histoire de nos révolutions démocratiques,
pour penser le despotisme économique. Et en sortir.

L’auteur
Sociologue et politologue, Isabelle Ferreras est chercheur qualifié du Fonds national de la recherche scientifique (Bruxelles), professeur et membre permanent du centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, institutions, subjectivité (CriDIS) à l’université de Louvain, ainsi que Senior Research Associate


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search