Parution: l’espérance-monde, de François Vatin

Le livre

Alors qu’une crise économique, mais aussi sociale et politique, sans précédent depuis plus d’un demi-siècle s’est abattue sur le monde et l’Europe en particulier, la question du progrès retrouve une pertinence que l’on a tendance à oublier les temps de prospérité.

Cet ouvrage propose une réflexion sur ce thème à travers un parcours libre dans le temps et l’espace, du xviiie siècle à nos jours, de l’Afrique subsaharienne au monde « occidental ». Car la question du progrès nous renvoie à la problématique de la « mondialisation ». Il ne s’agit pas là simplement du degré de libre-échange dans le commerce international, mais bien de la prise de conscience du caractère désormais mondial de la « société » sur une terre qui nous apparaît dorénavant petite et fragile.

D’où l’ouverture de l’ouvrage sur l’Afrique : le continent le plus tardivement entré dans cette dynamique de la mondialisation sociale, et sa clôture sur la thématique écologique, par laquelle s’exprime aujourd’hui l’inquiétude radicale sur le devenir même de l’humanité.

De la pensée des Lumières au débat écologique contemporain, de la critique de l’industrialisation au xixe siècle au débat sur le colonialisme du milieu du xxe siècle, de l’économie forestière à la sociologie du travail, c’est bien une même interrogation sur notre modernité et sur la destinée collective de l’humanité mondialisée qui oriente cet ouvrage.

L’auteur

François Vatin est professeur de sociologie à l’université de Paris X-Nanterre, directeur de l’École doctorale « Économie, Organisation, Société » et directeur du site de Nanterre de l’IDHE (Institutions et Dynamiques Historiques de l’Economie, laboratoire du CNRS). Il est l’auteur, notamment, de : Le Travail, économie et physique (1780-1830),  (PUF, 1993). Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique : politique, épistémologie et cosmologie, (La Découverte, 2005). Le Travail et ses valeurs, (Paris, Albin Michel, 2008). Refonder l’Université, avec Olivier Beaud, Alain Caillé, Pierre Encrenaz et Marcel Gauchet, (La Découverte, 2010)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.