Gros plan sur… La thèse de Julien Gros, une ethnographie d’un marché du travail forestier.

Chaque mois, le carnet du RT12 braque le projecteur sur une recherche en cours, thèse de doctorat ou projet. Aujourd’hui, nous nous intéressons au travail de Julien Gros, doctorant depuis la fin de l’année 2010 au Centre Maurice Halbwachs, à l’EHESS, sous la direction de Florence Weber.

Votre thèse porte sur le marché du travail forestier. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce sujet ?

L’origine de ce sujet est un travail d’étudiant réalisé au sein d’un stage de terrain ethnographique dans une région rurale de l’est de la France. Ce stage était organisé par une équipe de chercheurs de l’INRA de Dijon. C’est dans ce cadre que j’ai commencé à travailler sur les bûcherons. Par la suite, j’ai continué à faire des séjours réguliers sur le terrain et à participer au travail de l’équipe ESMR (Encadrement et Sociabilité dans les Mondes Ruraux).

A mes yeux, l’un des aspects intéressants de ma thèse est d’analyser la manière dont un marché du travail s’inscrit dans les rapports sociaux à l’œuvre dans un espace local. Il s’agit d’observer comment, sur un marché du travail, des propriétés sociales sont converties en une position économique. Les bûcherons évoluent sur un marché du travail hybride où l’on trouve à la fois des salariés et des indépendants qui vendent leur force de travail sous la forme d’un contrat d’entreprise (ce sont les Entrepreneurs de travaux forestiers). On peut par exemple observer qui devient indépendant et qui devient salarié, quelles ressources sont mobilisables pour acquérir une réputation (et, indirectement, générer des profits), comment certaines propriétés sociales prennent une valeur différente selon que l’on est indépendant ou salarié, etc.

Par ailleurs, les bûcherons indépendants ont des conditions de travail ambivalentes. D’un côté, ce sont celles d’un travail manuel et d’exécution, celles d’un ouvrier. D’un autre côté, les bûcherons disposent d’une grande autonomie dans la réalisation de leur travail, beaucoup travaillant seuls. Cette ambivalence peut fonctionner comme une ressource dans des trajectoires d’ascension sociale d’individus de classes populaires tenant à l’écart le monde de l’usine.

Quels cadres théoriques mobilisez-vous pour aborder ces questions ? Quels travaux en sociologie économique vous ont particulièrement aidé dans cette analyse ?

Dans un premier temps, mon travail a été un travail empirique : je l’ai commencé sans avoir de connaissances théoriques précises en sociologie économique. Les cadres théoriques que j’ai ensuite mobilisés sont liés à ma socialisation académique. D’abord, les travaux de Florence Weber autour de l’ethnographie économique ont été décisifs dans l’attention que je porte aux manifestations concrètes et situées des phénomènes économiques. Mon travail obéit par ailleurs à un souci constant de rendre compte des trajectoires sociales des individus enquêtés, de leurs propriétés sociales et de leur position dans un espace social – en l’occurrence un espace social localisé. A cet égard, j’ai été nourri par les approches d’autres membres plus confirmés de l’enquête collective (Gilles Laferté, Nicolas Renahy). A mes yeux, les enquêtés ne sont donc pas seulement des acteurs économiques mais des acteurs sociaux qui évoluent sur un marché, marché qui est aussi un espace social.

Je porte aussi un grand intérêt à la manière dont Pierre François relit la sociologie des marchés, en s’appuyant toujours sur de solides enquêtes empiriques et avec le souci permanent de restituer leur contexte précis aux phénomènes économiques (règles plus ou moins formelles, institutions, rapports de domination, etc.).

Comment enquêtez-vous sur ce terrain ? Quelles données mobilisez-vous ?

Il s’agit essentiellement d’une enquête ethnographique localisée. Je réalise des entretiens longs et répétés visant à retracer le plus précisément possible la trajectoire de l’individu (son origine, sa famille, ses relations, son travail). Je réalise également des observations aussi variées que possible : des situations de travail comme la coupe et le chantier forestier, des ventes de bois, du travail de bureau et des moments de la vie privé. Ces entretiens et observations menés sur la longue durée me permettent de relever de manière fine des variations des pratiques, de récolter quantité d’informations plus ou moins anodines sur les trajectoires familiales, sur le fonctionnement d’un marché etc. Le foisonnement souvent déroutant des matériaux autorise en revanche une restitution précise de l’épaisseur du phénomène social étudié. A cela s’ajoutera probablement une dimension statistique visant à replacer mon terrain dans un contexte plus large.

A voir : http://www.cmh.ens.fr/hopmembres.php?action=ficheperso&id=416

Vous souhaitez présenter un travail de recherche dans ces pages ? N’hésitez pas à nous en faire part en écrivant à afs.rt12[arobas]gmail.com.  


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search